sak ifé nout jordu ék nout demin

Olivier Rivière : "Je n'accepte pas les quelque miettes jetées par le comité organisateur du Grand raid"


Dans la presse
Vendredi 8 Février 2013

"Sans remettre en question l’objectivité du journaliste à l’origine de l’article publié dans le JIR de ce jour, je souhaite réagir et clarifier certains points".


Olivier Rivière : "Je n'accepte pas les quelque miettes jetées par le comité organisateur du Grand raid"
"Tout d’abord, cette annonce de ne plus recevoir le grand raid en 2013, n’est que la formalisation de ce qui a été convenu l’année dernière entre le Président du comité organisateur et moi même : à moins qu’il ne soit envisagé en 2013 l’arrivée du grand raid à Saint-Philippe, l’édition 2012 serait notre dernière participation.

Le comité organisateur ayant déclaré récemment que le départ se ferait toujours à Saint-Philippe, cette annonce n’est effectivement pas une surprise, mais elle n’est pas non plus un "pari téméraire" ni même un "bluff". Peut-être est-ce l’affaire des paris truqués qui secoue actuellement la France métropolitaine qui amène à voir des paris partout ?

Si tel avait été le cas, j’aurais attendu quelques semaines avant le départ pour faire cette annonce, ce qui en toute impartialité, aurait été bien plus problématique pour les organisateurs. Vous conviendrez avec moi que ça aurait fait un bon bluff !

J’ai plutôt choisi de la faire en début d’année, quelques jours après que le comité organisateur ait dévoilé unilatéralement l’itinéraire afin de leur laisser le temps nécessaire pour rechercher un autre site.

En tant que réunionnais,  je souhaite longue vie au grand raid.

En tant que maire de St-Philippe, partenaire vieux de 20 ans du grand raid, je souhaite amener les membres du comité organisateur sur un tout autre terrain : celui du respect, y compris à l’égard de la "Réunion d’en bas" à laquelle j’appartiens ; cette Réunion d’en bas qui n’acceptera pas les quelques miettes que "les grands" du comité organisateur lui jettent de la table.

Ensuite, et pour finir, je souhaite apporter des précisions quant aux relations que j’entretiens avec M. Didier Robert, président du Conseil Régional, des relations manifestement mal comprises par Lukas Garcia, journaliste sportif. Il y a un profond respect mutuel entre nous, ce qui exclue les pressions et chantages, un vrai partenariat en somme".

Réactions



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?