sak ifé nout jordu ék nout demin

Mayotte : "Non à la récupération politique", dit Eric Beeharry


Édito
Vendredi 21 Octobre 2011

"Alors que la situation à Mayotte semble dégénérer un peu plus chaque jour, nous ne pouvons rester indifférents à ces événements. En tant que Réunionnais (et tout simplement humains), nous ne pouvons ne pas réagir à ce qui se passe chez nos voisins et concitoyens Français. D'autant plus qu'une partie des Réunionnais sont originaires de cette île".


Mayotte : "Non à la récupération politique", dit Eric Beeharry
"Nous regrettons le décès d'un manifestant. N'en sachant pas la raison, nous ne condamnerons personne. Mais il va sans dire que nous dénonçons toute forme de violence, d'où qu'elle vienne. Au-delà de ce drame, il convient de réfléchir aux origines de cette mort regrettable pour que le sacrifice d'un homme ne reste pas inutile.

S'il est nécessaire que l'égalité sociale se fasse sur tous les territoires de la République, il est évident qu'elle restera insuffisante pour régler le problème de la vie chère. Sur les îles comme Mayotte et la Réunion, les grands monopoles de l'aérien, l'importation et la distribution ont toute liberté pour gonfler les prix et se gaver au passage sur le dos de la population. Population d'ailleurs souvent rémunérée par l'Etat Français, via les aides sociales et la fonction publique, le développement économique restant faible voire néant sur nos îles.

Il est donc impératif d'activer le décollage économique, dans des secteurs clé comme le tourisme, l'export, les services et les politiques infrastructurelles, qui elles-mêmes favoriseront le développement économique.

Parallèlement, on doit susciter la concurrence en soutenant la création d'entreprises et la venue de nouveaux entrants sur les marchés du transport aérien, de l'importation et de la distribution. Car ce sont là les conditions sine qua non pour enfin voir des prix raisonnables.

Ces prix baissant, du pouvoir d'achat sera redonné aux consommateurs qui par définition consommeront davantage, provoquant par là même une hausse d'activité pour les entreprises locales et donc de l'emploi. Les salaires se substituant aux minima sociaux, on verra alors une nouvelle hausse de la consommation, à nouveau créatrice d'activité et d'emplois. Cercle vertueux.

Voilà donc les 2 recettes pour combattre la vie chère: décollage économique et concurrence.

Enfin, nous nous élevons avec ardeur contre les tentatives de récupération politique. En effet, on a vu ça et là des personnalités politiques réunionnaises prendre parti pour les Mahorais en rebellion. Cela, alors même que ces partis politiques ont été longtemps au pouvoir et n'ont jamais eu de résultat significatif sur la problématique de la vie chère et d'autres sujets urgents pour les Réunionnais, comme l'emploi et le logement.

Nous continuerons donc nos messages de vulgarisation sociale et économique pour que la population se réapproprie la politique confisquée par des dirigeants, trop égoïstes pour les uns, trop incompétents pour les autres, pour réussir à aider concrètement la population.

Aussi, si vous avez des idées, n'hésitez pas à venir les échanger avec nous ce samedi 22 octobre à Saint-Pierre, dans le cadre de notre rencontre-débat http://www.facebook.com/event.php?eid=278090438877906 "

Eric Beeharry
Ensemble pour la Réunion / Les Indignés




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit