sak ifé nout jordu ék nout demin

Lettre ouverte au Préfet de La Réunion


Politique
Mercredi 14 Janvier 2015

Nouvelle Route du Littoral : tout faire pour que les travaux soient les plus rapides possible !


Lettre ouverte au Préfet de La Réunion
Monsieur Le Préfet,

Vous et votre administration ont toujours fait preuve de célérité dans l'avancement du projet puis du chantier de la nouvelle route du littoral et ce depuis les choix politiques de 2010 de réaliser une nouvelle route entre St-Denis et La Possession avec viaducs et digues. Nous tenons à vous rendre hommage ainsi qu'à vos prédécesseurs et collaborateurs pour votre implication constante dans cette opération.

Ceci dit, l'actualité récente nous montre qu'il faut qu'il continuer d'agir vite pour ce chantier. Malgré les propos de certains détracteurs, on a bien vu que les digues du chantier ont bien résisté au cyclone. Certes tout n'est pas parfait. Il faut consolider davantage les structures et accélérer la cadence des travaux pour mettre le chantier définitivement à l'abri des intempéries pour la sécurité des personnels qui travaillent sur le chantier et qui ont déjà repris bien avant la rentrée traditionnelle du Bâtiment Travaux Public de janvier.

L'actualité météorologique est là pour nous le rappeler, il est urgent de réaliser dans les plus brefs délais la nouvelle route du littoral. En effet, lorsqu'un cyclone passe au plus près de nos côtes, un train de houle déferle sur l'actuelle route du littoral avec la projection de paquets de mer qui peuvent entraîner avec eux des galets qui mettent en péril la sécurité des automobilistes et de leurs véhicules obligeant dans cette situation la Direction Régionale des Routes (DRR) à fermer les voies côté mer. Dans le même temps les fortes précipitations rendent rapidement obligatoires la fermeture des voies côté montagne qui eux risquent des chutes de pierres de forte ampleur. Au final l'actuelle route du littoral se trouve facilement et totalement fermée à la circulation pour d'évidentes raisons de sécurité entraînant ainsi une paralysie de l’économie réunionnaise et d'interminables embouteillages dans les villes de St-Denis et de La Possession.
Les Réunionnais sont pressés de voir les piles et les digues de cet ouvrage se dresser devant nos yeux car la nouvelle route du littoral est gage de sécurité en cas d'intempérie et de continuité économique entre le port de La Réunion et l'intense activité économique du Nord-Est (St-Denis et Centrale Thermique de Bois-Rouge pour ne citer que).

Or, nous apprenons dans la presse que les transporteurs de roches pour le chantier sont empêchés de faire leur travail car leur lieu de stockage des andains issus de l'épierrage des terrains agricoles qui doivent servir d'enrochement de la nouvelle route du littoral serait sur dimensionné !

Est-ce que pour quelques mètres carrés de dépassement, tous les travaux doivent être arrêtés? NON ! Il s'agit ici de l'intérêt supérieur de La Réunion, de son avenir, de son développement.

A mon sens, les terrassiers ont raison de manifester leur mécontentement face à un (ou des) agent(s) de service de l’État peut-être un peu trop scrupuleux à mon goût. Ces fonctionnaires me semble -t-il , n'honorent pas la noble fonction publique car il doivent comme leur nom l'indique bien être en fonction dans leur métier pour le service du public c'est à dire servir le public. En l'occurrence il s'agit ici de favoriser, de tout mettre en œuvre au niveau administratif (autorisation et autres dérogations) pour que le chantier de la nouvelle route du littoral avance le plus vite possible et cela pour le plus grand bénéfice du public réunionnais, de notre sécurité et de l'emploi. En effet, pour quelques mètres carrés supplémentaires d'aire de stockage, c'est une partie de l’approvisionnement en roches pour ce chantier qui est menacé. Aujourd'hui avec cette interdiction, c'est l'économie de La Réunion qui est sinistrée, des entreprises qui plongent vers la faillite et du chômage pour de nombreux salariés alors que la nouvelle route du littoral doit permettre de relancer l'emploi et l’économie de La Réunion.

Par ailleurs, n'oublions pas que l’enlèvement des andains dans les champs de cannes va permettre d’accroître les surfaces cannières et donc d'augmenter la production de sucre et les revenus des planteurs à La Réunion. C'est donc un coup double, voir triple, pour l'économie de la Réunion, la filière canne solidifiée, les fondations de la Nouvelle Route du Littoral posées et les transporteurs pérennisés dans leur travail. Et je pense Monsieur Le Préfet, qu'il est toujours préférable de procéder à des enlèvements d'andains plutôt que de subir des carrières « marrons » ou alors d'importer des roches massives alors que notre île basaltique par définition regorge de gros galets.

Monsieur Le Préfet, je vous demande très solennellement d'intervenir de toutes ses forces devant cette situation de blocage et de lever toutes les réticentes pseudo-administratives qui nuisent à la progression du chantier de la nouvelle route du littoral. Il est urgent de faire avancer la situation pour La Réunion, pour les Réunionnais.

D'avance merci

Salutations républicaines

Président de l'Association des Usagers de la Route en Corniche (AURC)

Roland Lambert



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Karine le 16/01/2015 10:23
Il est urgent que l'on termine cette route! Autant pour notre sécurité que pour notre économie et je rajouterais pour le gain te temps! La commune de la Possession était bloquée hier soir!

Personnellement je fais appel éagelement à tous les politiques qui font blocage pour ce chantier, n'oubliez pas qu'il y a notre sécurité comme enjeux mais aussi notre économie, l'emploi! Cessez vos querelles d'élèves de maternelles!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 7 Septembre 2020 - 15:00 Alain BENARD : Candidat sur la 2e

Dimanche 30 Août 2020 - 08:17 Le combat continue