sak ifé nout jordu ék nout demin

Les couleurs du désistement républicain


Édito
Lundi 21 Février 2011

A droite comme à gauche, l'union des forces départementalistes ou de progrès est portée en étendard. La main sur le cœur, chaque camp et chaque parti ont inventé (ou réinventé) l'union. L'union est multicolore. Et, sa teinte plus prononcée.


Les couleurs du désistement républicain
A gauche, le rouge et le rose se mélangeront au second tour. A droite, le bleu foncé de l'UMP a laissé place à un vert "soft" de La Réunion en confiance. Au deuxième tour, peu importe l'additif ou la teinte, le bleu prendra la couleur de contrat d'union.

Au centre, le Nouveau centre fait confiance aux couleurs défendues par Didier Robert, et le Modem reste dans l'"orange". Chez les "écolos", les Verts ne sont toujours pas mûrs, tantôt rose, tantôt rouge pâle, le vert se dégrade parfois en des teintes surprenantes.

Il est vrai que cela fait un moment que les partis politiques passent par toutes les stries. Il est vrai aussi que même si La Réunion est une terre de métissage, tous ces mélanges au nom de l'ouverture ou de l'union, sont uniquement de circonstance.  

Il est vrai enfin, qu'à l'instar de la majorité “arc-en-ciel" du Conseil général et de la construction des listes de l'Alliance et de La Réunion en confiance aux Régionales 2010, la politique ne cesse de perdre les couleurs en terme de crédibilité. "Assez peint à nou oui !"

Et ces cantonales ne vont pas améliorer ou arranger "la peinture". Pire, la politique va encore voir de toutes les couleurs, surtout lors du second tour. Le tableau pourrait s'intituler "le désistement républicain". Une autre copie du "Radeau de la Méduse"…

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit