sak ifé nout jordu ék nout demin

Législatives à Saint-Denis, la photo de trop


Courrier des Lecteurs
Jeudi 8 Mars 2012


Législatives à Saint-Denis, la photo de trop
Nous avons été surprises, et nous nous sommes émues de constater que l’image de notre père, Jean-Baptiste Ponama, est associée à la communication de Pierre Vergès, candidat aux législatives 2012 dans la première circonscription. Dès ce lundi 05 mars, nous avons interpellé celui-ci pour lui demander de retirer cette photo en lui adressant un commentaire sur son blog. Or, il n’est toujours pas publié. Force est donc de constater qu’il a été censuré, ce qui nous conduit à faire part à l’opinion publique de notre position.

En effet, 34 ans après son exclusion du Parti communiste réunionnais, Jean-Baptiste Ponama disparu depuis bientôt 20 ans, recouvre aujourd’hui et très soudainement un statut de militant exemplaire aux yeux d’un parti en pleine crise et à l’occasion d’une campagne électorale au climat délétère. Cette décision a d’autant plus de résonance que Jean-Baptiste Ponama a été banni, honni, calomnié dans les colonnes de Témoignages (février 1978) et a été gommé de l’histoire du PCR alors qu’il en avait été l’un de ses acteurs les plus engagés, l’un de ses esprits les plus brillants et l’un de ses bâtisseurs les plus opiniâtres, au point d’être victime avec une poignée d’autres compagnons de lutte de l’ordonnance scélérate de Michel Debré.

Quel fût son crime ?

Alors que la richesse de ses analyses politiques ainsi que la qualité de son engagement lui valent d’être considéré comme le numéro 2 et le "ministre des affaires étrangères" du PCR, Jean-Baptiste Ponama entre en dissidence en octobre 1977, à la suite d’un conflit personnel et sur une profonde divergence idéologique. S’estimant trahi dans ses valeurs fondamentales d’intégrité, de droiture et considérant son idéal politique bafoué, il porte cette rupture devant les Réunionnais.

Il demande, alors au Secrétaire général, un débat transparent sur le Parti et son fonctionnement. A ses sollicitations pressantes et médiatiques, un silence absolu lui est opposé.

Dans l’histoire du PCR c’est la première fois qu’un cadre aussi haut placé ose défier sa direction sur l’éthique même de sa ligne. Outre "les dérives" et "la complicité du PCR avec les chefs d’entreprise", Jean-Baptiste Ponama dénonce "la disparition du mot autonomie" dans le discours politique du PCR, "contre un retour vers l’assimilation et la départementalisation". Il prédit, alors, l’implosion du Parti, voire sa disparition ou tout du moins son remplacement par une autre structure.

 Après plus de quinze années de services et de dévouement inconditionnel au Parti et à la population, Jean-Baptiste Ponama est donc exclu du Comité Central le 19 mars 1978 et de la cellule Raymond Mondon le 24 mars 1978.

En réponse à ces condamnations et à défaut de débat il affronte le Secrétaire général du PCR  aux législatives de 1978 dans la seconde circonscription.

L’Histoire se répèterait-elle ?

En tout cas, par sa voix dissidente, Jean-Baptiste Ponama se retrouve isolé, vilipendé, mis au ban et éliminé par ce qui fut sa famille politique. Il en gardera une blessure vivace jusqu’à la fin de sa vie.

C’est pourquoi, nous regrettons de n’avoir été ni associées à cette démarche, ni consultées sur la publication de la photo de notre père, non pas au titre de son droit à l’image qui est éteint du fait de son décès, mais bien par égard aux liens filiaux mémoriels que nous entretenons au delà de sa mort.

Or, sans scrupule aucun, on exhume des cadavres. Quel soutien que celui d’un défunt qu’on a froidement cloué au pilori !

Est-ce ainsi que doivent être honorés celles et ceux qui ont tant contribué à l’avènement des forces de progrès à La Réunion, parfois au prix de leur vie ? N’aurait-il pas été plus juste et plus respectueux envers la mémoire de ces personnes disparues et de leurs familles de réfléchir ensemble à la meilleure façon de leur rendre un hommage à la hauteur de leur dévouement pour leur pays ?

Pour la mémoire de Jean-Baptiste Ponama, ce ne serait que justice au regard du travail acharné et combien remarquable accompli par lui, salué semble-t-il dans l’historique très partiel de la section de Saint-Denis qui figure sur le blog de Pierre Vergès. A ce titre, il est à craindre qu’une utilisation aussi restreinte de l’engagement de Jean-Baptiste Ponama soit préjudiciable à l’Histoire et fasse apparaître une volonté insidieuse de réviser celle-ci.

Cette photo est choquante tant son choix s’inscrit dans une stratégie marketing obscène. Le fait de ne montrer que très partiellement le visage de Jean-Baptiste Ponama dénie le devoir de mémoire pourtant affiché tel un idéal et ne sert en définitive qu’à mutiler l’honneur d’un souvenir tristement exhibé.

Aussi, nous demandons expressément à celles et ceux qui ont pris cette initiative, en leur conscience, d’éviter soigneusement la mise en scène de l’idéal et de la vaillance de Jean-Baptiste Ponama et de n’utiliser à des occasions électoralistes ni sa photo ni son nom.

Il est indispensable pour celà de partager avec nous le même idéal de justice, de solidarité et de respect vis-à-vis des camarades, tel Jean-Baptiste Ponama, qui ont construit La Réunion notamment sous les auspices du PCR.

"Un combat révolutionnaire se mène avec des camarades qui respectent d’abord leurs frères d’armes…" nous disait-il.

Puisse-t-il être entendu !


Élisabeth, Françoise et Jacqueline Ponama
Sources : archives privées Jean-Baptiste Ponama



Législatives de Saint-Denis



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par PCR, Parti des Cadavres Réanimés le 08/03/2012 16:32
Très belle communication, enfin La Réunion se réveille, il était temps
Que d'autres voix se lèvent pour dénoncer les méthodes malsaines du PCR qui utilisent le savoir et le savoir faire des militants.
Mais ce parti n'aime pas les têtes émergentes, tout pour le parti, rien pour vous.
sans scrupule ce parti exhume des cadavres pour servir leur cause
Ils ont fait la même chose avec Lucet Langenier
Ils font la même chose avec les cadavres des vivants.
Sans scrupule ce parti étouffe les talents des jeunes , mais jusqu'à quand, ...

2.Posté par Bayoune le 08/03/2012 18:19
Ils ont fait la même chose avec notre dévoué camarade Hary Payet, ils l'ont exilé à Ste Rose pour laisser St André à in zamalien ét bézèr ronm aranzé. Zot la mètt Miniempoullé dann plakar, zot la brile Daniel Honoré dosi St Benoit ébonpé dot kamarade la travye au péril de leur vie pou fé monte sate i krwayé té zot parti, alor ke lété in lantreprize familial dé Vergès. Minm dan lamigrasiyon na dé kamarade la dévoué azot, pou fé tourne zot stand témoignages la fête Lumanité du Pcf, zot té i ramss solman larzan, nadéfwa son trozoriyé té viein rode la moné an France. Konbiyin zané in boug konm Gervais Barret la fé le stand Témoignages pour enrichi, non pa lo parti, mais la famiye Vergès. I fo toute kamarade i détake la lang i fini ek so rass dabizèr, pou pa di volère. Mwin minm, mwin lé sir mwin na inpé mon larzan dan la poss Vergès, tandis ke mwin lé o Q, mi kontinu tire lo diab par la ke.

3.Posté par Cy-toyen le 10/03/2012 08:06
Quel talent !

Le printemps réunionnais lé en marche !

Ben oui @bayoune vous avez réson ! I fo détake la langue et faire résonnez la justice le respect

Je rajoute lutter combattre denoncer linjustice que nous font subir les politiciens de tout bord
Allons S'affranchir de toutes les dynasties qui trustent le pouvoir


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Mars 2014 - 09:48 "L’arrogant mépris de Gilbert Annette !"