sak ifé nout jordu ék nout demin

Le Président de la Région Didier ROBERT, contre le monopole des pétroliers


Économie
Vendredi 31 Janvier 2014

La situation de blocage que connait La Réunion depuis ce milieu de semaine impacte déjà l'économie et les familles réunionnaises. Ce blocage est le fruit d'une absence de réflexion, sur la réalité de la situation de monopole et d’un manque de vision quant aux vraies solutions. Je le déplore vivement. Le Gouvernement ne prend pas avec suffisamment de sérieux l'importance de ce dossier.


C'est un coup dur de plus qui intervient dans un contexte économique et social encore de grande fragilité dans notre île.
Le pouvoir d'achat, la baisse du carburant, la fin des monopoles, sont des revendications que nous portons à la Région depuis 2010 - nous avons, dans ce sens engagé de nombreuses mesures depuis 3 ans (intervention sur le prix de la bouteille de gaz ramené à 15 euros, mise en place d'un carburant « professionnel »...)
 
Or que penser du simulacre auquel nous assistons, entre la SRPP et le gouvernement socialiste, dans une mise en scène digne des meilleures séries Hollywood, fruit du hasard, en pleine campagne électorale !
 
Cela fait des décennies, que de rapports en rapports, de commissions d’enquêtes, en commissions d’enquêtes, chacun cherche à décortiquer, analyser, la structuration des coûts, et des prix des hydrocarbures dans les DOM.
 
Tout récemment encore, le PDG du groupe Total a menacé de quitter Mayotte, si les pouvoirs publics décidaient de remettre en question leur marge. Cette position et le chantage exercé par les pétroliers montrent bien le danger des situations de monopole plus particulièrement dans les dom.
C'est vrai pour Mayotte et c'est vrai pour La Réunion !
 
Nous ne devons pas être dupes et nous contenter de cette mascarade que certains nous jouent ces dernières semaines à la fois du coté du Gouvernement et du coté des Pétroliers.
 
La situation économique et sociale exige un principe de responsabilité, un principe de vérité, un principe d’émancipation des situations qui nous ont été imposées depuis des décennies.
 
J’ai engagé l’an dernier une discussion approfondie avec le groupe indien : Indian Oil.
 
Nous avons signé une lettre d’intention, préalable nécessaire à leur implantation pour desservir notre île.

J’attends actuellement du gouvernement socialiste, une position claire pour nous permettre de remettre en question aujourd'hui et sur le long terme la situation actuelle avec le seul opérateur, la SRPP.
 
Dans le même temps, je me bats aussi pour conserver et préserver le modèle de l’emploi dans les stations services.
 
La solution dans ce cas est de remettre en question le système de location/gérance tel que nous le connaissons.
Actuellement les gérants de station subissent totalement la main mise et les diktat des pétroliers et des importateurs.
C'est un système pervers qui ne profite, en définitive qu'aux pétroliers et qui renforce les positions dominantes de monopoles.

Je dénonce une fois de plus la mascarade du gouvernement socialiste, et du groupe Total, qui font mine de s’affronter, sans pour autant s’attaquer aux véritables causes de cette situation.

Je demande au gouvernement et aux pétroliers de reprendre les discussions. Il faut de la part du Gouvernement une vraie écoute des gérants de stations service.
 
Je demande ensuite à l'ensemble des acteurs de la filière de mettre fin à ce mouvement de grève qui paralyse l’économie réunionnaise et les Réunionnais.

Je demande enfin qu'on ouvre réellement un débat de fond pour permettre définitivement de mettre un terme à la situation de monopole en matière d’importation, de stockage, de distribution des hydrocarbures, du carburant et de gaz.

Je suis prêt à ce que la Région Réunion apporte toute sa contribution à ce débat

Didier ROBERT



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Le gouvernement une bande d''''incompétent le 31/01/2014 16:49
Le gouvernement au contraire de ce que pourrait nous dire ses représentants n'aident pas aujourd'hui la population réunionnaise à mieux vivre.

Le gouvernement n'est pas assez réactif sur le concurrent indien. Le lobbying des pétroliers semblent marcher au sein du parlement et du gouvernement.
Ou peut-être que le PS le fait pour des raisons électoralistes, c'est à dire empêcher la région d'avoir des points sur le Indian Oil.

En tant que personne a politique, je trouve intéressant que le gouvernement n'est toujours pas décidé quelque chose de ce projet de Didier Robert sur l'indian oil. Il est courageux particulièrement lorsqu'il se met à dos les pétroliers

2.Posté par Bravo le 31/01/2014 16:50
Merci Mr Robert d'essayer de faire bouger les choses et de chercher des solutions comme vous le faites.

3.Posté par william tarby le 03/02/2014 13:10 (depuis mobile)
Peu importe que l on soit de droite ou gauche Mr Robert a au moins le mérite d être clair dans ses propos au moins il prend clairement ses positions qui est loin d être le cas de nombreux élus.Depuis trois ans ils agit et il lutte contre les monopole

4.Posté par pour infos... le 03/02/2014 14:28
Région/Indian Oil: Vers un complexe carburant d'importance à la Réunion?

Le 13 juin dernier, à Chennaï en Inde, la Région Réunion et Indian Oil ont signé une déclaration d'intention en vue de l'implantation de la compagnie pétrolière comme nouvel opérateur carburant à la Réunion. Objectif, faire bénéficier aux Réunionnais de carburant et de gaz moins chers. Une compagnie pétrolière qui pourrait arriver dans ses valises avec une raffinerie. La Région, quant à elle, garde l'idée de construire une nouvelle unité de stockage de carburant. Se dirige-t-on vers un grand complexe de carburant à la Réunion ?


C'était le 21 juin dernier. Depuis, plus rien... Pourtant, l'occasion était bonne de faire un point d'étape non?

5.Posté par Francis de Montgaillard le 04/02/2014 11:12
Comme tous les politiques, il a attendu que la situation devienne insoutenable pour s'y intéresser de près.
Quand va t-il dénoncer cette mascarade de Liste de LUREL , appelée Le bouclier Qualité Prix. Et s'attaquer aux marges des super marchés ? .

6.Posté par La liberté de vous contredire le 04/02/2014 11:19
J'ai beau relire ce que vous dénoncez, et je n'arrive pas à comprendre votre logique. Pourtant, moi futur gérant, je dois bien trouver des liquidités pour acheter ma "première cuve" et "payer ma location', mon stock épicerie et les futurs salaires" Comme une franchise j'acquiers un stock et je bénéficie de l'attractivité et du marketing d'une marque. Mon engagement économique n'est pas suffisant, il faut donc une forte dose de persévérance aussi.

Vous dites "La solution dans ce cas est de remettre en question le système de location/gérance tel que nous le connaissons. Actuellement les gérants de station subissent totalement la main mise et les diktat des pétroliers et des importateurs. C'est un système pervers qui ne profite, en définitive qu'aux pétroliers et qui renforce les positions dominantes de monopoles."

Devant votre jugement hâtif et votre duplicité permanente, je me permets de vous rafraîchir la mémoire avec la SPLA Maraina, je vous retourne votre a priori et je décrète comme vous que votre SPLA est "un système pervers", qui ne profite, en définitive qu'aux proches amis de tout président de région, passés et actuel. L'important est de payer des figurants dans une coquille vide à la barbe de 130 000 chômeurs.

Dans votre SPLA, vous déboursez pour des gens à ne rien faire, juste à commander des études et à les commenter, pour le prix de deux cuves de carburants par an. Vous assurez à chaque directeur de SPL (SPLA Maraïna, SPLER, etc , une belle rente financière et la garantie d'un salaire souvent supérieur à leurs compétences. Et vous parlez de perversité du système !!!!! MDR

A la station, il y a des achats, des ventes, des salaires et des bénéfices. Vous ne pouvez pas dire autant de la SPLA en question. Elle est à la fois une usine à gaz et une pompe à fric, voilà en quoi votre système est pervers. (...)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Juin 2019 - 15:52 Diabète : que fait l’ARS ?