sak ifé nout jordu ék nout demin

Le MAR dénonce la venue de Marine Le Pen


Courrier des Lecteurs
Lundi 6 Février 2012

Au moment où notre pays, la Réunion, victime depuis 65 ans de la politique coloniale continue de s’enfoncer dans la crise. Devant l’échec de leur politique, les partis traditionnels s’entredéchirent entre eux, se brisent, se disloquent en leur sein même. Chacun voulant être le meilleur prébendier pour servir "démocratiquement" leurs maîtres, le colonialisme français.


Le MAR dénonce la venue de Marine Le Pen
Au moment où notre pays, la Réunion, victime depuis 65 ans de la politique coloniale continue de s’enfoncer dans la crise. Devant l’échec de leur politique, les partis traditionnels s’entredéchirent entre eux, se brisent,  se disloquent en leur sein même. Chacun voulant être le meilleur prébendier pour servir  « démocratiquement » leurs maîtres, le colonialisme français.

Cela sans se soucier de l’intérêt de la population réunionnaise, encore moins de s’engager dans une politique de reconstruction économique qui permettrait aux réunionnaises et réunionnais de recouvrir leur dignité, leur fierté par le travail, sans être soumis aux chantages de petits roitelets locaux à une politique d’assistanat, de petits contrats aidés - qui se généralisent , favorisant l’élection de politiciens ripoux, abizèr de leur privilège, du presque droit de vie ou de mort d’une famille réunionnaise qui aurait  "mal voter".

Devant un tel désastre, de crise sociale où prime l’individualiste (du sauve qui peut), des réunionnais seraient malheureusement tentés par le pseudo programme populiste du Front National, pensant naïvement que ce parti  frontiste à caractère fascisant ferait mieux que les autres.

Le M.A.R (Mouman antikoloniyalis renioné) rappelle que depuis 65 ans nous vivons que de belles promesses non tenues. Nous assistons tous les jours et années à la dégradation  de la société réunionnaise, destruction de l’économie, un chômage démesuré et expansif frappant essentiellement les familles réunionnaises, femmes et jeunes en priorité, un manque de logement, pas sans conséquence pour la cellule familiale,  dislocation, accroissement de la délinquance, alcoolisme, drogue etc…

La venue de Marine Le Pen à la Réunion le 7 février n’est pas sans nous rappeler tristement l’intrusion dans la vie politique réunionnaise d’un Michel Debré à l’époque.. Cette venue constitue une agression sans précédent, - un attentat contre la dignité du peuple réunionnais. Un peuple colonisé et sous domination française.

Le M.A.R refuse que la population réunionnaise connaisse demain, ici à la Réunion  les tribulations et atrocités de la bataille d’Alger où les tortionnaires - massacreurs exécutaient les patriotes Algériens, nos frères en lutte pour sa libération du joug colonial français.

Le MAR dénonce qu’au nom d’une démocratie à la française, la venue de la Marine Le Pen  soit tolérée par le monde politique et  « les grands démocrates » de la Réunion.

La mobilisation de tous les réunionnaises et réunionnais s’impose pour bouter hors de notre pays le Front National à travers sa Marine Le Pen qui vient comme les autres « parrains » de France faire l’appoint en voix dans le panier électoral réunionnais. Un appoint qui pourrait changer ou modifier la volonté du peuple travailleur français.

Les patriotes réunionnais au sein du MAR condamnent la venue ou l’incrustation éventuelle des Lepeniste à la Réunion, refusent  de servir de caution à la politique impériale de la France, qui sous prétexte de démocratie, nous impose depuis trop longtemps la « démoncratie » avec des élus corrompus, et prostitués de l’étranger, se vendant aux plus offrants, nous rappelant tristement les périodes les plus sombres de l’histoire de la France  sous l’occupation.

Notre pays, la Réunion i pé pa ète in lospiss pou bann kandida o prézidansièle française, na asé de parazite konmsa. Na asé, ni vé pi, boycottons la venue de Marine le Pen du F.N, avant de boycotter les élections présidentielles françaises. Les réunionnais n’ont pas à choisir leur bourreau et maître.

Quel que soit le candidat élu à la présidence française, la libération de notre pays, ne viendra certainement pas des urnes coloniales « démocratiques »,. La Kanaky  avec les massacres d’Ouvéa (en Nouvelle Calédonie) sous un gouvernement socialiste nous donnent raison… d’avance.

Le 4 février 2012-

Le bureau Exécutif du M.A.R
 Tel : 0692 44 42 85

Le MAR – 34 rue des Palmiers -  97440 St André

Jean-Claude Barret



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Mars 2014 - 09:48 "L’arrogant mépris de Gilbert Annette !"