sak ifé nout jordu ék nout demin

L’errance en politique par Nassimah Dindar


Courrier des Lecteurs
Vendredi 15 Juin 2012


 "Quel spectacle affligeant que celui donné par cet entre deux tours. Après on s’interroge pourquoi les électeurs préfèrent l’abstention ? Comment encore croire dans la sincérité des engagements des politiques ?

 Le plus sinistre exemple est donné par Nassimah Dindar dans la première circonscription. On peut penser ce qu’on veut d’Erika Bareigts, mais au moins elle a le mérite d’être claire et cohérente avec sa ligne politique et son appartenance politique.

 Elle ne songe pas à appeler l’électorat UMP par exemple pour s’assurer des chances de victoire. Elle essaye de convaincre l’électorat progressiste qui au premier tour avait porter ses suffrages sur d’autres candidats.

 Quant à Nassimah Dindar, volte-face à 360°, après avoir juré épouser la cause progressiste pour s’attirer les faveurs de sa majorité de gauche au Conseil General – on se souvient des longs discours pour attaquer vertement la politique de l’UMP, de Didier Robert à la Région quand ce dernier lui a ravi le poste de la Sematra.

On se souvient aussi de son discours triomphant après l’échec cuisant de La Réunion  en confiance aux dernières cantonales. Mais c’était il y  a peine 14 mois. Frappée d’amnésie, la présidente candidate investie par le Modem est aujourd’hui très fière et se glorifie du soutien qu’elle a demandé à La Réunion en confiance, l’UMP.

 L’observateur politique et mêmes les journalistes rompus au monde politique local, en perdent leur latin. Ne parlons pas du téléspectateur lamda, électeur dimanche prochain qui doit se déterminer.

 Retrouvant les habits de la candidate de Nicolas Sarkozy, Nassimah Dindar ose encore affronter la caméra et pendant un débat où elle a impitoyablement maniée une grossière mauvaise foi, elle affirme tout le contraire de ce qu’elle récitait il y a encore quelques mois.  

 Cela démontre une chose : elle joue avec l’électorat pour son seul intérêt, croyant encore faire avaler la grosse couleuvre.  

 Ces divagations auront un point d’arrêt dimanche soir. Et c’est la cohérence démocratique et le sens citoyen qui aura triomphé. On compte sur Madame Bareigts pour mettre hors d’état de nuire une candidate qui n’est même pas capable de respecter ses partenaires qui l’ont élue présidente du Conseil Général. Aucun doute sur sa capacité à trahir le peuple lorsque l’occasion lui sera offerte".

Véronique Hoarau



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Mars 2014 - 09:48 "L’arrogant mépris de Gilbert Annette !"