sak ifé nout jordu ék nout demin

Jean-Hugues Ratenon : "Comment peut-on pousser une gamine de 13 ans à s’exhiber devant un public d’adultes inconnu ?"


Invité(e)
Vendredi 19 Octobre 2012

"Les organisateurs de la fête des bichiques nous annonce le programme, si je constate que la manifestation s’éloigne de plus en plus de son objectif principal, à savoir la protection de notre biodiversité, l’élection de miss me scandalise encore plus !"


Jean-Hugues Ratenon : "Comment peut-on pousser une gamine de 13 ans à s’exhiber devant un public d’adultes inconnu ?"
"En effet, comment pousser à une gamine de 13 ans à s’exhiber devant un public d’adulte inconnu et de plus à une heure tardive ? L’autorisation des parents est elle un motif suffisant pour autoriser une telle dérive ?

La direction de l’association organisatrice de la fête des bichiques à Bras Panon en ouvrant le concours à la jeune fille mineur avec un défilé en tenu maillot de bain ont’ elle réfléchit aux conséquences psychologiques sur l’enfant.

La préadolescence est un moment de la vie où l'enfant grandissant doit investir les apprentissages et non l'apprentissage du maquillage. Leur rapport au corps est complexe, mêler de honte, de gêne, il s'agit là d'un remaniement psychologique où le corps est en pleine transformation, où l'adolescent apprend à s'adapter à lui et à l'accepter en tant que corps sexué !

La présence des représentants de la municipalité à la conférence de presse pose un véritable problème sur le rôle et la responsabilité de nos élus,  montrent-ils l'exemple, pourquoi pas mettre les atouts de nos jeunes en valeur en valorisant leur créativité et non pas par des actes irresponsables d’adultes qui pourrait nuire à leur développement en y provoquant des blocages avec le risque d'une perte de l'estime de soi et de la confiance en soi.

Les parents ne doivent pas tomber dans le piège de l'instrumentalisation de leur enfant pour assouvir sans doute l’intérêt d’une manifestation festive.

L’argent publique doit’ il servir a organisé des manifestations ou des dérives sont programmées ?

Pour ma part en tant que conseiller municipale de l’opposition, je demande a Monsieur Daniel Gonthier, maire de la commune de Bras Panon, garant de la bonne utilisation de l’argent publique et du respect des mœurs,  de stopper cette dérive.

Communiqué adressé a Monsieur le préfet de la Réunion pour qu’une action soit entreprise.  

Toujours respectueux  de la liberté d’action des associations, je dis Non à la dérive, car la place d’une fille de 13 ans est auprès de ces parents et non sur un podium la nuit en maillot de bain exposant son corps devant une foule d’adulte inconnue".

Commentaires



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger