sak ifé nout jordu ék nout demin

Jean-Alain Cadet (EELV) : "Ne pas persister dans l'erreur à Mayotte"


Dans la presse
Jeudi 20 Octobre 2011


Jean-Alain Cadet (EELV) : "Ne pas persister dans l'erreur à Mayotte"
Europe-Ecologie Les Verts-Réunion tient à apporter à la famille de M. Ali El Anziz décédé à Mayotte ses plus sincères condoléances pour le malheur qui vient de les frapper.

L’île de Mayotte devenue 101e département français depuis cette année rencontre des difficultés certaines quant à la mise en œuvre et au respect des droits des Mahorais.

Les nombreuses manifestations depuis quelques semaines montrent à quel point, nous EELVR, devons soutenir et accompagner nos voisins de l’océan indien dans leur combat pour une égalité dans notre République.

Ce mouvement social contre la vie chère ne représente malheureusement que l’arbre qui cache la forêt.

En effet, l’éducation, le logement social, l’emploi et bien d’autres domaines pourraient emboîter le pas dans les semaines à venir et nous ne pouvons ni devenir spectateur et encore moins l’accepter.

Notre république, en accueillant l’île aux parfums en son sein, se doit de répondre aux attentes des Mahorais et ne pas les considérer comme des citoyens de «seconde zone».

L’apparition éclair de la Ministre Marie Luce Penchard sans apporter une solution concrète maintenant et à terme, ne suffira pas à résoudre ces conflits pour que les mahorais qui ont fait le choix de devenir français depuis 150 ans, puissent en sortir avec dignité.

La réponse du préfet par l’intervention de la force de police ne correspond en rien au pacifisme des Mahorais.

Notre gouvernement se doit par conséquent, d’accompagner Mayotte afin que les erreurs commises ici dans notre département par le passé, ne puissent se reproduire.

Pour Europe-Ecologie Les Verts-Réunion
Jean Alain Cadet, secrétaire régional.




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?