sak ifé nout jordu ék nout demin

JH Ratenon au ministre des Outre-mers : "Exit les critères de complaisance électoraliste pour les contrats aidés"


Invité(e)
Jeudi 17 Janvier 2013

"La préoccupation des Réunionnaises et des Réunionnais grandit de jour en jour et les solutions durables tardent à venir. Cette situation met en péril le bien être de la population car notre cohésion sociale continue à souffrir et des drames surviennent chaque jour dans notre département".


JH Ratenon au ministre des Outre-mers : "Exit les critères de complaisance électoraliste pour les contrats aidés"
"Comment faire face à cette situation quand bien même nous avons le sentiment que  le changement promis n’est pas vraiment pour maintenant.

Le chômage continue à augmenter, le coût de la vie ne baisse pas, les revenus stagnent, tout cela accompagné d’un service public qui fonctionne en dessous des besoins.

Face à cela, notre incompréhension sur la gestion des emplois aidés par le gouvernement et les politiques locaux est de mise.

Nous ne manquerons pas de vous faire part d’un exposé plus explicite sur la problématique globale du sous emploi et de la politique publique à la Réunion. Mais en l’état actuel de la situation, nous voulons vous interpeller sur les quotas d’emplois aidés pour l’année 2013.

Que se passe-t-il Monsieur le ministre ? Avez-vous conscience des dégâts causés par le flou fait autour sur ces contrats depuis quelques mois ?

Pensez-vous honnêtement que nous pouvons continuer comme cela avec un taux de chômage aussi élevé et un service public aussi désordonné ?

Qui vous conseille à La Réunion pour être aussi décalé des besoins de la population ?

L’ARCP à travers ce courrier souhaite encore une fois vous interpeller sur l’état de catastrophe sociale dans lequel se trouve notre département La Réunion. Nous vous demandons d’agir en conséquence en débloquant dès à présent les quotas d’emplois aidés afin de permettre à nos collectivités et associations de continuer à assurer les services d’intérêts publics.

Aussi, nous comprenons vos réticences face à la mauvaise gestion par certaines collectivités de l’île. Nous pensons qu’il est possible d’y remédier en retirant l’embauche des bénéficiaires par les maires et en confiant sa gestion par l’unique pôle emploi.

Ainsi le choix des personnes se fera sur la base de compétence, de motivation, de besoins sociaux et non plus sur des critères de complaisance électoraliste. Des orientations qui nécessitent du courage politique et un sens développé de l’intérêt général et non partisan. L’ARCP ne doute pas de votre capacité à y faire face.

En l’état actuel des choses et dans l’intérêt de ceux qui attendent aussi un moyen de pouvoir travailler nous  vous demandons de répondre favorablement à notre requête sur le déblocage du quota 2013 des emplois aidés pour le département de la Réunion".

ARCP



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 17/01/2013 07:53
TEGO regarde la photo on leur donnerait le bon dié sans confession une question se pose la fameuse Association Agir Pou Nout Tout de JH Ratenon et quelle est la subvention votée par la REGION REUNION à Agir Pou Nout Tout pour l'année 2013 ? Vite une réponse .

2.Posté par Jordu le 17/01/2013 08:35
Mais quand même, il se passe quelque chose sur la gauche de Ratenon, il a le regard du boxer qui n'apprécie pas venue du facteur… peut-être celui qui lui amène la réponse à ses demandes de subventions…
Tego si tu cherches sur le Facebook de ce Ratenon, tu va le voir tout beau dans son beau costume, peut être a-t'il profité d'un voyage européen pour s'en faire tailler un…

3.Posté par Jordu le 17/01/2013 08:47
Plus sérieusement,

- il faut mettre fin au système des contrats aidés… Ce qui mettra fin aux agissements stériles et aux élucubrations de ce genre de personnage en provenance directe de l'esprit de Verges…

Tous les Réunionnais ont droit à un vrai travail !

STOP aux emplois magouillés…

4.Posté par Gramoune Roger le 17/01/2013 23:44
Voilà la bande des quatres profiteurs de contrats aidés de Bras Panon.
A quand une vraie enquête sur cette organisation vivant de subventions publiques, des dirigeants qui ne travaillent pas, et qui passent leur temps en conférence de presse, en barrage de routes, en occupation de grandes surfaces, quand ils ne sont pas sur le terrain pour faire de la politique.

5.Posté par MARIO le 17/01/2013 23:52
N'y a t'il pas occupation ou utilisation illégale des bureaux d'une association d'emplois aidés, à des fins politiques ?
Qui paye le loyer ? A qui appartient le local ? Combien s'élève le loyer ?
Si on cherche vraiment, il y aura des grosses surprises !!!
Pourvu que le local ne soit pas transformé en permanence électorale en 2014 ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger