sak ifé nout jordu ék nout demin

"Il y avait 100.000 € dans la valise que j'ai été cherché à Paris"


Invité(e)
Mercredi 4 Janvier 2012

L'élu qui nous a dévoilé cette information est conseiller général. Il faisait parti d'un groupe de trois personnes qui sont allés chercher de l'argent en métropole, pour le compte de sa municipalité et de son parti politique. L'heureux donateur est l'un des plus gros groupes nationaux. "Ce jour-là, nous avons reçu une valise contenant 100.000 €".


"Il y avait 100.000 € dans la valise que j'ai été cherché à Paris"
"Le jour J nous avions rendez-vous dans un hôtel parisien. Toute se passe comme dans un film. Le décor est somptueux. Il y a du champagne, des produits de luxe, des individus richement vêtus… Au cours de cette transaction, on parle de tout sauf d'argent. Et à la fin, on repart avec une valise supplémentaire qui entretemps, a été placé à côté de nos affaires".

Et comment vous faites rentrer cet argent à La Réunion ? Notre interlocuteur reste silencieux quelques dizaines de secondes, puis lâche : "La Suisse n'a pas de souci à se faire en matière de devises". Fin de la conversation. Ce genre de transaction, il y en a aussi à La Réunion. "C'est moi qui allait récupéré les enveloppes, à l'époque jusqu'à 70.000 francs pour le remettre au maire", se rappelle cet ex-conseiller municipal.

"Chaque maire a sa caisse noire. C'est nécessaire pour acheter la paix sociale. Nous n'avons plus moyens de donner un travail et un logement à tout le monde, donc on paye les fauteurs de trouble pour qu'il n'y ait pas de troubles", a confié un jour un maire. Faut-il s'en offusquer ? C'est qu'il y a une réalité pas très réjouissante, mais n'est-ce pas l'entretenir pour assurer une éventuelle réélection ?

Est-ce dire qu'à l'époque Hilaire Maillot alors maire de Salazie, a agi avec justesse et justice lorsqu'il a fait tomber Samuel Carpaye, transporteur, venu lui apporter des enveloppes remplies de billets ? Sans aucun doute. Le chef d'entreprise et son frère ont été pris en flagrant délit de corruption. Hilaire Maillot s'était débarrassé du même coup d'un encombrant adversaire politique…

C'est vrai l'argent, c'est le nerf de la guerre, mais qui a fait de la politique et d'une élection, une guerre ?




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger