inforeunion : l'info politique de l'ile de La Réunion - Océan Indien
Ce qui fait la vie de la cité…
Invité(e)

Huguette Belle à Michel Séraphine : "La fraternité est par définition incompatible avec la pensée unique"

Mercredi 21 Mars 2012



Huguette Belle à Michel Séraphine : "La fraternité est par définition incompatible avec la pensée unique"
"Cher Michel Séraphine,

J'ai lu avec la plus grande attention la lettre ouverte que tu as publiée et dont je suis l'une des destinataires.

Ton plaidoyer pour la fraternité est empreint d’excellents sentiments. Je crains toutefois que cette valeur que nous avons en commun n’ait été mise à mal ces derniers temps. La fraternité n’est jamais donnée, elle est d’abord une exigence. Elle nous oblige et nous inspire. Chacun d'entre nous doit s'y référer mais surtout veiller à la faire vivre. Sinon, elle est réduite à une relique qu'on feint d'adorer, à une incantation stérile, voire carrément à une usurpation.

La fraternité est par définition incompatible avec la pensée unique. Elle ne fait pas bon ménage avec la gouvernance autoritaire. La fraternité ne souffre pas l'absence de débat. Elle demande qu'on parle, qu'on discute, qu'on s'exprime. La fraternité apprécie la confrontation. Elle ne s'épanouit pas dans les univers clos où la parole est confinée. La fraternité ne court-circuite pas les consciences, les sentiments, les émotions.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la direction du PCR privilégie l'injonction plutôt que le dialogue. Là se trouve la source du malaise que, comme bien d'autres, tu déplores. Les propositions que j'ai formulées n'ont jamais été portées au débat. À preuve, tu ne sembles même pas avoir été mis au courant : pour rappel, ma stratégie était de gagner au 1er tour dans la 2ème pour ensuite soutenir un jeune candidat et gagner ensemble la 7ème.

Passons rapidement sur la fable qui voudrait faire de moi la sortante d'une circonscription qui n'existe pas. C'est commode. C'est pratique. Mais c'est faux. Je suis sortante de la 2ème circonscription, voilà tout. Prétendre le contraire est un tour de passe-passe qui permet à ses auteurs de contourner le principe que la direction du PCR a toujours eu à cœur d'appliquer : la priorité au sortant. La fraternité ne peut pas être au rendez-vous lorsque la réalité est travestie.

Je sais que les militants sont désemparés. J'ai mis en garde ceux qui ont créé cette division contre les conséquences désastreuses de leur plan. Mais, de toute évidence, ce trouble ne les ébranle pas. Leur décision est animée par des considérations apparemment plus puissantes que l'écoute attentive de nos concitoyens. Peu leur importe que la fraternité se retrouve mise en parenthèse, et qu’il ne nous reste qu’à nous en désoler.

C'est parce que je suis à l'écoute constante des Réunionnais et des Réunionnaises que j'ai décidé de me présenter à nouveau dans la 2ème circonscription. C'est aussi parce que mon souci a été de les défendre et de faire entendre leur parole à l'Assemblée que je me permets de solliciter à nouveau leur confiance.

Je mets bien volontiers sur le compte de ton désarroi, plutôt que sur celui d'une propagande trop efficace, tes affirmations sur mon désir de mener un « combat personnel » ou sur mon prétendu « individualisme ». Je préfère me souvenir qu'il y a à peine trois mois, nous avons longuement travaillé ensemble sur la réforme portuaire et que nous avons pu enfin faire de Port Réunion un grand port autonome. Cette réforme que les personnels portuaires attendent depuis plus d’un quart de siècle a vu le jour cette année grâce à notre travail commun.

À ta légitime interrogation sur le sens de ces élections dans la 2ème circonscription, je ne peux pas répondre. Je ne peux que te conseiller de t'adresser directement à Paul Vergès. Lui seul détient les tenants et les aboutissants de cette situation. Lui seul en connaît les vrais ressorts.

La fraternité, cher Michel, peut s’accorder avec la solidarité, avec la fidélité, voire avec une certaine discipline si elle est légitime et raisonnable, mais elle ne s’accorde jamais avec la docilité, même quand elle se veut douloureuse, même quand elle se veut désolée.


Cordialement.
Huguette Bello


N. B. J’envoie cette réponse à ton adresse. Toutefois, comme tu as choisi de porter ta lettre à ma connaissance par voie de presse, je ferai parvenir la mienne aux mêmes destinataires. À une exception près : l’organe officiel du PCR qui, avec une persévérante lourdeur, a décidé de me boycotter et de m’insulter, ne la recevra pas".

Huguette Bello, députée-Maire de St-Paul




Les commentaires

1.Posté par Pinpin le 21/03/2012 07:20
INFOREUNION remplace la courroie de transmission "Témoignages"… Belle évolution !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter






Derniers commentaires

Les Dernières News













Les plus populaires