sak ifé nout jordu ék nout demin

En partie, sur le long chemin du réveil d’un peuple


Culture - Kiltir
Lundi 10 Décembre 2018

Hier, dimanche 9 décembre 2018, l’Union des Réunionnais en Colère était en pique-nique sous les filaos de l’Ermitage.
Un peu plus d’un an après le début de l’affaire des paillotes, c’est un point d’étape dans la reconquête des espaces naturels sensibles. Le temps d’un échange constructif loin des objectifs de la presse officielle.


L'histoire a commencé au mois de novembre 2017 lors de l'appel réunionnais lancé par un collectif de riverains excédés. Depuis des dizaines d’années ils subissent les tapages et les nuisances de toutes sortes liés à l'exploitation de paillotes illégales.

Cet appel attira  dans un premier temps, sur le collectif, des moqueries de la part de ceux qui seront désignés sous le terme peu valorisant et peu respectueux du monde réunionnais, les Zakaparér. Les Réunionnais se sont retrouvés assez vite catalogués de racistes par le groupe qui tentait de prendre la défense des Zakaparér.
Il y a même eu condamnation d’une internaute pour insultes racistes sur les réseaux sociaux, ce qui avait eu pour effet de mettre des services de l’État dans une position délicate…

Des Réunionnais qui non satisfaits par la lenteur de la justice seront convoqués chez les gendarmes et au tribunal pour des raisons que l’histoire jugera à son tour.

Les actions prient des formes variées tout au long de cette année. 
C’est cet ensemble d’actions qui ont conjugué la réussite réunionnaise de la libération de cet espace naturel en grand danger.

Cette demande légitime que la loi soit la même pour tous a ébranlé les consciences de tout un peuple qui ne comprenait pas cette justice à deux vitesses trop flagrante. 

La justice a été saisie et a fini par ordonner l'application de la loi.
Les contrevenants doivent partir et remettre le lieu en état.

Le respect de notre environnement, ici un lagon en grande détresse doit faire partie de toutes nos attentions. 

Nous nous devons aujourd’hui de continuer d’organiser la prise de conscience de l’impérieuse nécessité de continuer les actions de sauvegarde de notre patrimoine naturel.

Cet épisode réunionnais de la défense de notre patrimoine naturel a eu aussi pour effet de démontrer que les représentants politiques actuels ne sont pas toujours à la hauteur des attentes du peuple qui les a élus.
Et cette histoire montre aussi qu’il y a eu quand même quelques uns qui ont montré leur courage malgré les pressions d’une hiérarchie… aujourd’hui huée par ce même peuple. 

Les Réunionnais on pu prendre conscience que c’est ensemble que nous sommes plus fort.

Un grand merci à tous les acteurs de ce réveil réunionnais.

 

François ORRÉ



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Février 2019 - 13:29 Miss Oui à Kanal Austral Tv

Jeudi 7 Février 2019 - 12:47 Qui sont les "makot" de l'Ermitage ?