sak ifé nout jordu ék nout demin

Didier Robert : Pose du 1er accropode de la Nouvelle Route du Littoral


Politique
Lundi 23 Décembre 2013

Discours prononcé par le Président de la Région Réunion Didier Robert (intégral),
le 20 décembre 2013,
lors de la pose du 1er accropode.


1/ Monsieur le Préfet, M. Jean-Luc MARX,
2/ Monsieur le Ministre du Tourisme et de la culture des Seychelles, M. Alain ST ANGE,
3/ Madame et messieurs les parlementaires,
4/ Monsieur le Maire de la Possession, M. Roland ROBERT
5/ Mesdames et messieurs les élus,
6/ Monsieur le Président de la CCIR, M. Ibrahim PATEL
7/ Monsieur le Président de la Chambre des Métiers et de l’artisanat, M. Bernard
PICARDO,
8/ Monsieur le Président de la FRBTP, M. Bernard SIERIEX,
9/ Monsieur le Directeur Général d’EGIS FRANCE, M. CUNIN
10/ Mesdames et messieurs, chefs d’entreprises, acteurs du monde économique, 11/ Mesdames et messieurs,
Nous sommes aujourd’hui le 20 décembre 2013, une date symbolique et forte pour tous les Réunionnais. Une date qui est pour nous l’occasion de commémorer l’abolition de l’esclavage et la fête de la liberté retrouvée pour tous ceux qui ont eu à souffrir du joug de la domination et de l’exploitation.
Une date qui est pour nous l’occasion de fêter toute la force du métissage d’une société réunionnaise plurielle, d’une population capable de s’affirmer tout autant européenne, africaine, indienne, chinoise, malgache ou encore enfants des autres îles de l’Océan Indien.
Une date qui doit être l’occasion aussi pour chaque Réunionnaise et pour chaque Réunionnais de pouvoir mieux s’affirmer, de pouvoir mieux affirmer ce que nous sommes pour chacun d’entre nous : tout à la fois Français, Européens et Réunionnais.
Une date enfin qui doit être une occasion de plus pour dire que nous sommes capables ici de porter collectivement et solidairement les voies de notre développement, les voies d’une émancipation qui permet à chacun de grandir et de s’épanouir pleinement.
3
Je ne pouvais, cet après-midi, passer sous silence la force du symbole que peut revêtir pour chacun d’entre nous la fête de l’abolition de l’esclavage dans notre île, la fête de la liberté et du métissage, la fête en définitive de tous les Réunionnais.
Je voudrais vous remercier mesdames et messieurs d’avoir accepté notre invitation ce jour, ici à la Possession, pour la pose de la première pierre de la Nouvelle Route du littoral, le plus grand chantier routier jamais engagé dans notre île, une date qui correspond au calendrier que nous nous sommes fixés.
Ce sont 1660 millions d’euros qui vont être mobilisés pendant 7 ans pour nous permettre, une fois cet ouvrage réalisé, de relier la Possession à Saint-Denis par le littoral dans les meilleures conditions.
Une route suffisamment éloignée de la falaise pour que nous soyons à l’abri, définitivement, de tout risque d’effondrement rocheux de masse. Je n’oublie pas tous ceux, victimes d’accidents graves, je n’oublie pas les familles endeuillées après des drames terribles survenues sur cette route. La question de la sécurité des personnes n’est pas négociable!
Notre projet, c’est aussi une route moderne, sans péage.
Une route à deux fois deux voies pour les automobilistes, plus des voies supplémentaires réservées au transport en commun en site propre.
Un chantier qui est à ce jour l’un des plus importants engagé au niveau national et le plus grand chantier routier au niveau européen.
Un chantier qui va mobiliser plus de 2000 Réunionnais sur toute la période .
Un chantier qui représente une véritable bouffée d’oxygène pour toute l’économie réunionnaise, acteurs du BTP bien sûr mais aussi pour tous les métiers périphériques directement et indirectement concernés.
Un chantier qui a déjà permis à plus de 800 jeunes de pouvoir suivre une formation qualifiante et d’être assurés de pouvoir travailler sur le chantier de la Nouvelle Route du Littoral dès l’année prochaine.
4
Un chantier conçu comme une véritable prouesse technique et technologique pour lequel plus de 50 ingénieurs et techniciens sont à pied d’oeuvre depuis 3 ans pour parvenir à la solution technique la plus adaptée et la plus aboutie.
Un chantier pour lequel toutes les précautions liées à l’impact environnemental ont été clairement mesurées, évaluées et prises en compte.
Jamais un chantier de cette importance n’aura fait l’objet d’autant d’attention quant à la dimension écologique, la dimension liée au respect de notre environnement, au respect de la biodiversité réunionnaise, marine et terrestre.
Dire que les travaux engagés n’auront aucun impact serait inexact. Mais dire que tout a été intégré avec la plus grande objectivité et la plus grande vigilance correspond aussi à la réalité. Plus de 60 millions d’euros sont déjà mobilisés pour la protection des milieux et des espèces impactées.
Un chantier pour lequel tous ceux qui ont souhaité s’exprimer ont eu la possibilité de le faire.
Je veux simplement rappeler que depuis 1995 ce chantier est inscrit par la Région Réunion au Schéma d’aménagement Régional.
Je veux aussi rappeler qu’il y a eu pendant toute cette période des promesses faites et des promesses qui n’avaient jamais été tenues.
Je veux rappeler encore que, depuis 2010 nous avons pris l’initiative d’associer le plus grand nombre d’acteurs publics, associatifs, d’experts en tous genres dans le cadre d’un comité de suivi qui a d’ailleurs naturellement vocation à continuer à exister tout au long du chantier jusqu’à la pose de la dernière pierre.
Je veux rappeler encore que plusieurs enquêtes publiques ont été ouvertes, donnant l’opportunité à chaque fois pour tous les Réunionnais qui l’auront souhaité la possiblité de s’exprimer et de dire leur accord, leur désapprobation, de pouvoir faire état de remarques et de propositions auxquelles nous avons toujours été attentifs.
Je veux rappeler encore que ce projet a fait l’objet d’une déclaration d’utilité publique favorable en date du 7 mars 2012.
5
Je veux rappeler encore que toutes les procédures administratives ont été suivies et respectées à la lettre, jusqu’au moindre détail.
Je veux rappeler encore qu’il y a eu des contestations ouvertes auprès des tribunaux administratifs qui toutes ont été rejetées . Elles ont été à chaque fois l’occasion pour la collectivité régionale de faire entendre ses arguments et d’être entendu.
Je veux rappeler encore que nous avons dès 2011 souhaité intégrer la réflexion sur les entrées d’agglomération côté Saint-Denis d’une part et côté Possession d’autre part.
Je dois dire aujourd’hui que la Maire de la Possession, M. Roland ROBERT, a toujours pris et engagé ce dossier avec sérieux, dans l’intérêt bien sûr de sa commune mais aussi dans le cadre de l’intérêt général. Sur la Possession, tout est absolument sous contrôle : le projet d’intégration urbain est validé, de même que les aspects techniques et financiers.
A ce jour, je ne peux pas en dire autant du côté de la ville de St Denis.
Je veux rappeler encore que jamais nous n’aurons réussi à dégager des conditions de financement aussi favorables pour un chantier de cette importance.
Je vous invite une fois encore à effectuer le calcul avec moi: sur un programme de 1660 millions d’euros, l’Etat intervient pour sa part à hauteur de 780 millions d’euros.
L’Europe, à travers les fonds FEDER , à hauteur de 151 millions.
Nous avons, vous le savez, dans le cadre de la déclinaison des Accords de Matignon d’octobre 2010 obtenu, auprès de la Caisse des dépôts et consignation, un emprunt à taux préférentiel cumulé de 622 millions d’euros.
Ce qui signifie qu’il reste pour la Région Réunion à mobiliser sur son épargne à ce jour un peu moins de 100 millions d’euros, c’est à dire 5,90% de l’enveloppe globale.
6
Il faut que vous sachiez aussi que nous dégageons à la Région Réunion un excédent budgétaire depuis 2010 dont le montant oscille entre 160 et 235 millions d’euros positifs chaque année.
Non seulement nous allons pouvoir porter ce chantier pendant les années qui sont devant nous, mais nous le ferons sans rien remettre en question des autres engagements que nous avons pris devant les Réunionnais.
Je fais référence ici aux travaux de modernisation des aéroports, Roland Garros et Pierrefonds.
Je fais référence au chantier du Nouveau Transport Public Réunionnais; au développement et à l’accompagnement des secteurs d’activités prioritaires comme le tourisme, les énergies renouvelables, le numérique, les filières traditionnelles comme la canne, la pêche , l’ensemble des filières agro-alimentaires.
Je fais référence encore aux dispositifs comme la bourse de la Réussite pour plus de 10000 étudiants réunionnais chaque année, le plan ordinateur portable pour 65000 lycéens en trois ans, la continuité territoriale qui aura concerné à ce jour plus de 200 000 Réunionnais.
Je le dis et je le répète : jamais les conditions financières n’auront été à ce point aussi avantageuses pour nous permettre d’engager la pose de la première pierre de la Nouvelle Route du Littoral aujourd’hui avec beaucoup de sérénité et aussi beaucoup de détermination.
Je le dis encore avec solennité : ce projet est aujourd’hui le plus abouti, le plus équilibré, le plus conforme à toutes les réglementations en vigueur, le plus à même de nous permettre de respecter nos obligations et d’assumer pleinement nos responsabilités.
Je laisse aux détracteurs, opposés à ce projet comme à bien d’autres projets par principe...je laisse à tous ceux-là toute leur liberté d’expression !
7
En ce qui me concerne , je me place résolument du côté de l’action. Je me place du côté de ceux qui veulent entreprendre, du côté de ceux qui choisissent de passer des paroles aux actes, du côté de ceux qui choisissent de préférer le concret au virtuel.
Je me place aux côtés des Réunionnais qui croient à la vertu du travail, de l’emploi retrouvé, de la formation, de l’effort et de l’expérience professionnelle.
Je me place aux côtés des entreprises et des entrepreneurs Réunionnais qui se battent pour continuer à exister et à créer les conditions d’une dynamique vertueuse au service de l’activité et de l’emploi.
Nous engageons aujourd’hui ensemble le chantier de la Nouvelle Route du Littoral.
Ce n’est bien évidemment pas un point d’arrivée mais bien le point de départ d’une nouvelle dynamique économique et sociale que nous voulons impulser et imprimer pour La Réunion à travers la relance des grands chantiers réunionnais.
Je voudrais en terminant insister et mettre en lumière l’excellent partenariat qui a toujours prévalu tout au long de ces trois années écoulées entre l’Etat et la Région.
L’excellence d’un partenariat entre les institutions concernées mais aussi entre les hommes et les femmes impliqués.
Je voudrais, Monsieur le Préfet, souligner le rôle déterminant qui a toujours été le vôtre dans la gestion de ce dossier complexe et sensible. Je sais que votre implication est totale, une implication totale au nom de l’intérêt général et pour La Réunion.
Je voudrais encore saluer et remercier les principaux partenaires au premier rang desquels la Commission Européenne, la Caisse des Dépôt et Consignation, les collectivités locales directement impliquées à l’image de la municipalité de la Possession, les acteurs des chambres consulaires.
Je voudrais encore saluer et remercier les membres et la direction générale de maître d’oeuvre EGIS, nos assistants et Conseils BIOTOPE et ARTELIA, ainsi que l’ensemble des experts et spécialistes qui ont eu à travailler et à se prononcer sur le dossier. Ils ont tous fourni un travail remarquable de sérieux et de professionnalisme.
8
Je voudrais enfin si vous me le permettez saluer et remercier mes équipes techniques et administratives, Nicolas MORBE, Philippe DENAEYER ; notre Directeur Général des Services, patron de toute l’administration régionale, M. Mohamed AHMED qui, sous la responsabilité directe de Dominique FOURNEL, ont tous su jusqu’à ce jour d’intégrer et de résoudre toutes les contraintes et toutes les difficultés propres à ce type de chantier pour nous permettre d’être ici, à la Possession, à l’heure et au rendez-vous fixé devant tous les Réunionnais.
Nous sommes à l’heure et au rendez-vous fixé pour la pose de la première pierre, du premier accropode pour être précis, de la Nouvelle Route du Littoral.
Nous sommes aujourd’hui le 20 décembre 2013.
 



Président de la Région Réunion (La Possession le 20 déc. 2013)
 

Didier ROBERT



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 23 Décembre 2013 - 01:00 Rendez-vous réussi