sak ifé nout jordu ék nout demin

Daniel Zaïdani (Mayotte) : "Maintenir les Mahorais à Mayotte et les intégrer à La Réunion"


Invité(e)
Mardi 13 Septembre 2011

Le président du Conseil général de Mayotte veut connaître "le plus rapidement possible la vitesse et le niveau que l'Etat souhaite mettre en place les dispositifs sociaux pour d'un part, maintenir les Mahorais à Mayotte, et d'autre part, intégrer ceux qui sont à La Réunion". La durée pourrait s'étaler sur 25 ans.


Daniel Zaïdani (Mayotte) : "Maintenir les Mahorais à Mayotte et les intégrer à La Réunion"
Daniel Zaïdani, président du Conseil général de Mayotte, espère qu'une discussion Etat - Départements de Mayotte et de La Réunion, aboutirait "plus vite à une politique commune sur cette question du rattrapage. il nous faut répondre rapidement au maintien des Mahorais à Mayotte et à l'intégration des Mahorais, hors de notre territoire".

"Il est évident que si le RSA mahorais est à 25 % de celui en vigueur à La Réunion, le RSA de votre île sera bien sûr plus attractif". Daniel Zaïdani veut donc aller très vite, sur le RSA mais également sur revenus de transfert. "Il ne s'agit pas pour autant de demander l'égalité immédiate. Il s'agit avant tout d'avoir les moyens de notre développement économique".

"Reprenons l'exemple du RSA. Si l'Etat fixe le niveau à 25 % du RSA national, le coût sera environ de 30 millions d'€ par an. Ce coût aurait été de 120 millions, si nous avions 100 % du RSA. La différence, 90 millions d'€, doit être investi dans ce cas précis dans notre développement économique".

"L'intégrations des Mahorais hors de leur territoire, est l'autre volet de la concertation avec l'Etat. "En Corrèze, un président de Département s'est plaint du coût des Mahorais sur son budget social".

"Aussi, nous voulons que des moyens soient mis à la disposition du Conseil général de La Réunion, pour des interprètes, la lutte contre l'illettrisme ou l'apprentissage du français, pour une meilleure intégration des Mahorais à La Réunion ou dans un autre département français", a expliqué Daniel Zaïdani, président du Conseil général de Mayotte.




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger