sak ifé nout jordu ék nout demin

Concours "Traites, esclavage et abolitions"


Citoyen
Samedi 8 Juin 2013

A La Réunion, la commémoration de la traite, de l’esclavage et de leur abolition est célébrée le 20 décembre, date officielle fixée par décret n°83-1003 du 23 novembre 1983.


A l’échelle nationale, le 10 mai est la "journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition" depuis 2006, sur proposition du comité pour la mémoire de l’esclavage. La France est le premier Etat et demeure le seul qui à ce jour ait déclaré la traite négrière et l’esclavage "crime contre l’humanité", elle est également le seul Etat à avoir décrété une journée nationale de commémoration.

Le 10 mai évoque la déclaration de Delgrès en 1802 et marque aussi le jour de l’adoption à l’unanimité par le Sénat, en deuxième et dernière lecture de la loi de 2001 reconnaissant la traite et l’esclavage comme un crime contre l’humanité.

A cette occasion, le préfet de La Réunion, le président de la Région Réunion et le recteur de l’académie de La Réunion ont organisé en direction des lycéens la 2e édition du concours "Traites, esclavage et abolitions" pour l'année scolaire 2012-2013 sur le thème "La traite dans l’océan Indien vers l’île Bourbon au XVIIIe siècle".

Pensé sur le modèle du concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD), il doit récompenser une classe de seconde, où est abordée la question de l'esclavage dans le cadre de l'adaptation des programmes en histoire d’un lycée général, technologique ou
professionnel.

Cahier des charges
Il s’agissait pour les participants de produire un récit de vie fictif (une vie entière ou une partie) d’une personne ou d’un groupe de personnes capturée(s) ou achetée(s) en Afrique, en Inde, en Indonésie, à Madagascar ou aux Comores, transportée(s) et vendue(s) à Bourbon au XVIIIe siècle. Ce projet transdisciplinaire offrait l'occasion d'aborder des caractéristiques historiques et géographiques liées à l'adaptation des programmes de la classe de seconde à La Réunion.

Le récit pouvait prendre des formes variées (un récit littéraire, une bande dessinée, une pièce de théâtre -écriture dramatique seule ou mise en scène d’une pièce écrite, un film, un clip...) et comporter des textes et des illustrations.


Déroulement
Le concours a été proposé aux lycées de l’académie à la fin novembre 2012 et 10 classes issues de lycées généraux, technologiques et professionnels, se sont inscrites, soit plus de 300 élèves.

Le jury composé de 8 membres s’est réuni le 29 avril 2013 à l’hôtel de Région.
La qualité et l'originalité de tous les travaux présentés ont été appréciées par le jury qui a noté le fort intérêt et l'important investissement des lycéens et des équipes pédagogiques dans la préparation du concours. C'est à l'unanimité que les trois premiers prix ont été décernés.

Les prix des lauréats
Trois productions ont particulièrement retenu l’attention du jury :

1er prix : Joseph ou la vie d'un esclave venu de Tanzanie
Lycée professionnel Léon de Lépervanche au Port pour un remarquable travail d'animation de marionnettes utilisant le créole et le français

2e prix : Anissa ou le fantôme de Villèle
Lycée professionnel L'Horizon à Saint-Denis pour un récit original

3e prix : Slâme esclave
Lycée Leconte de Lisle à Saint-Denis avec une production poétique
Les prix du concours offerts par la Région sont :
Un séjour pédagogique de deux jours à Cilaos sur le thème de l'esclavage (1er prix)
Une sortie pédagogique d'une journée sur le thème de l'esclavage (2ème prix)
Une sortie pédagogique d'une journée sur le thème de l'esclavage (3ème prix)

Préfecture



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Janvier 2020 - 20:47 Bonané de l'Est