sak ifé nout jordu ék nout demin

Combien de temps le PS va-t-il encore se voiler la face ? Le conflit avec le Progrès est larvé


Édito
Dimanche 29 Septembre 2013

"La guerre entre le PS et le Progrès n'aura pas lieu". C'est vrai. Philippe Leconstant, premier secrétaire fédéral du PS a raison. Et pour cause, c'est un conflit larvé qui mine le parti socialiste local. Que ce soit à Saint-Benoît, Saint-Pierre, Saint-Denis ou Sainte-Marie, le Progrès continuera à affaiblir le PS, Philippe Leconstant, Virginie Gobalou, et Gilbert et Christian Annette. La création du Progrès, c'est aussi dans cet objectif.


Combien de temps le PS va-t-il encore se voiler la face ? Le conflit avec le Progrès est larvé
A force de répéter que "La guerre entre le PS et le Progrès n'aura pas lieu", le premier secrétaire fédéral va finir convaincre la presse de l'inverse. C'est vrai, Philippe Leconstant est parvenu à circonscrire un départ de flammes à Saint-Benoît. C'est vrai aussi que le contexte politique a obligé le Progrès à revoir ses prétentions à la baisse. C'est vrai enfin, le premier des socialistes réunionnais a beaucoup travaillé pour limiter la casse. Il a réussi en partie.

Cela ne doit pas pour autant occulter la réalité dans certaines communes. Comment interpréter la volonté du Progrès de mettre Krishna Badamia à Saint-Pierre, contre la candidate légitime et "règlementaire" du PS, Virginie Gobalou, pourtant suppléante du député-maire de Saint-Joseph, il est vrai également patron du Progrès ? Comment expliquer la prochaine mise à l''écart des conseillers municipaux de Saint-Benoît, fidèles à Philippe Leconstant et au PS ?

Quelle sera la réaction de ces laisser-pour-compte ? Pour qui vont-ils voter ? Que va faire Philippe Leconstant qui a peu de chance de figurer sur la future de Jean-Claude Fruteau ? Il y a aussi la situation très compliquée à la Petite-Ile. Qui pour succéder à Guito Ramoune au poste de maire ? L'équation à plusieurs inconnues, se jouera sur le terrain. Que dire de la guerre larvée que se livrent certains parlementaires des deux camps aussi bien au sein du parti qu'au gouvernement. C'est le cas sur la route du Littoral. Le Progrès veut sa réalisation, Gilbert Annette préfère réserver 500 millions d'euros pour son boulevard Nord en souterrain….

Philippe Leconstant peut continuer à dire qu'il n'y a pas de "guerre entre le PS et le Progrès", toutefois, il ne pourra pas empêcher la bataille que se livrent Patrick Lebreton et Gilbert Annette depuis des années, ni les conséquences qui en découlent. C'est d'ailleurs lui qui en est la principale victime. A laquelle, il convient d'ajouter les dommages collatéraux présents et à venir. Si "la guerre entre le PS et le Progrès n'aura pas lieu", qu'est-ce qu'il y aurait comme dégâts, si celle-ci devait avoir lieu…





      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par R I P O S T E le 29/09/2013 09:02
Des petits au PS péi qui mettent en avant leur égo , leur stratégie personnelle , leur politique familiale et copinage !

2.Posté par assez casse le cui dont le 29/09/2013 12:11
D'aucun s'accorde à penser qu'aujourd'hui, plus particulièrement en ce week-end de mobilisation des forces "progressistes" nous assistons au plus grand simulacre de démocratie participative du XXIème siècle.
En effet, comment sous la présidence d'un socialiste historique et qui revendique l'héritage de François MITTERAND, cela a-t'il pu se produire?
Je m'explique: tout d'abord, l'origine de la création du "progrès en confiance" repose avant tout et surtout sur une querelle de clocher, pour ne pas dire de personnes puisque tout le monde connaît désormais l'expression PS des champs, et PS des villes.
Comment a-t-on pu laisser les choses en arriver là? Pour une fois ils ont fat pire que la droite...
En filigrane, des enjeux stratégiques se font jour et tous se dirigent vers un seul lieu, la pyramide inversée.
En même temps, certains font d'une pierre deux coups, FRUTEAU à Saint-Benoît se débarrasse de son premier adjoint, qui se être également 1er secrétaire du PS, LECONSTANT, et prive de délégations son 9ème adjoint, Jean-Luc JULIE, pour "rupture de confiance", les 2 plus anciens compagnons de route écartés, il peut faire de la place pour ses nouveaux copains-coquins, et l'équipe de jeunes mannequins des MJS...
A Saint-Benoît, les commentaires fusent "...le maire la fini fou..", li va allé voir son bann nouvo camarade pou marche pou li, anou nous la assez fé...", "...li la oubli anou, nous oublira pas li mois de mars..."
Lorsque l'on prend le risque de présenter une candidature unique à des primaires, on prend le risque d'être comparé à une république bananière ou à une autocratie mais bon, le ridicule ne tue pas!

3.Posté par .. le 29/09/2013 23:19
Jean-Luc JULIE un des deux plus anciens camarades? Vous vous gourrez de Julie là...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit