sak ifé nout jordu ék nout demin

Célébration de la journée Mondiale pour l’Abolition de l’esclavage


Dans la presse
Lundi 2 Décembre 2013

02 Décembre 1949 - 02 Décembre 2013 : 64 déjà … Cette tribune, à l’occasion de la Journée Mondiale pour l’abolition de l’esclavage, est d’abord une invitation à partager et à développer la réflexion sur la nécessaire mobilisation de tous les secteurs de notre société pour combattre ce fléau !


Célébration de la journée Mondiale pour l’Abolition de l’esclavage
1949-2013 : 64 ans déjà, que Le Monde commémore la date du 02 Décembre, adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies, pour la répression et l’abolition de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui.

Où en sommes-nous 64 ans après, et comment célébrons-nous cette journée à La Réunion en nous inspirant de l’esprit de l’abolition de la traite des Noirs ?

 Comment menons-nous le combat de manière permanente, contre toutes les formes d’esclavage moderne, qui privent de très nombreux êtres humains de leurs libertés, et de leurs droits les plus élémentaires à la dignité, au travail libre, à la vie tout simplement ?

L’actualité récente en Grande Bretagne, nous apprend que « deux sexagénaires ont séquestré 3 femmes pendant 30 ans à Londres, et pourraient être à la tête d’un réseau de trafic d’êtres humains »…

C’est un rappel à admettre que l’esclavage et la servitude restent encore trop fréquents, cachés sous des appellations de travail obligatoire, travail forcé, exploitation de la main d’œuvre enfantine…

Aujourd’hui encore, le poids inique et injuste de la dette, les agressions quotidiennes contre les droits de l’homme, la détérioration des termes de l’échange, l’exploitation sexuelle dont sont victimes les enfants, la prostitution des femmes, sont autant de formes de privation de liberté synonymes d’un esclavage type moderne.

 Je souhaite, à cette occasion, sensibiliser l’opinion publique, sur les graves violations des libertés individuelles, en particulier, le trafic d’enfants et de femmes, et lancer un appel pour partager et développer la réflexion sur la nécessaire mobilisation de tous les secteurs de la société, pour combattre ce fléau !

En ce jour, je pense notamment à Madagascar, qui fait partie des pays victimes de cette forme d’esclavage moderne.

Vivement que La Réunion porte particulièrement la célébration de cette date du 02 décembre, qui échappe encore à de nombreux Réunionnais.
Telle est ma contribution à l’occasion de cette Journée Mondiale pour l’abolition de l’esclavage !

Samuel Mouen



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Bayoune le 02/12/2013 14:06
Isi la Réniyon, sé lo 20 désanm l'abolition lesklavaz., lo linternasiyonale ou mondiale garde pou twé, fé in grève la faim dovan le palé lo gouvernèr pou sèye rale domoune deriyère ou, sinon partou an Afril na la plass pou ou kriyé. Isi sé lo 20 désanm, ou la konpri mi yespère

2.Posté par Samuel MOUEN le 02/12/2013 18:15
La difficulté c'est que vous comprenez mal le français...

Mais ça s"apprend mon canard :

3.Posté par Bayoune le 02/12/2013 21:38
"La difficulté c'est que vous comprenez mal le français..." mwin na riyin a siré èk oute fransé. Il serait bienvenu chez l'hote réunionnais de respecter les usages et d'apprendre omwin le créole, tu n'aurais sans doute pas essuyer les pavés devant la préfecture lors de ta pseudo-grève de la faim, si les politiciens, tes complices ont fais semblant de mordre à l'hameçon, mais tous les réunionnais lé pa pli kouyon in Moine de pacotille
Tu dérapes là, fais attention, Mme Taubira s'est fait traité de singe, de guenon. Tu sais comparer l'humain réunionnais à un palmipède pourrait relever du racisme. Je peux t'assurer que je ne pourrais jamais être ton canard, et ne viendrait jamais chambrer avec toi au Bellepierre. Tu as grugé pas mal de couillons, bravo quand même, même le gramoune Vergès est venu cherché un peu du populaire avec toi...

4.Posté par Samuel MOUEN le 03/12/2013 04:43
un de courage et d'honnêteté t'auraient permis de signer tes écrits ... Et peut que tu aurais un tout petit peu de crédibilité pour donner des leçons aux autres...
Surtout quand tu oses t'attaquer à des monuments qui ont fait de toi ce tu ressembles . Ah ! Ah Ah !
Pas nécessaire d'aller plus loin avec des gens de ton genre
C'est déjà t'accorder de trop d'importance de répondre et d'honneur pour toi...
Tu remarqueras que j'ai ignoré ta perfidie au moins une dizaine d'années ... Mais le mépris, tu ne sais pas ce que c'est Bayoune ! Met'encore na p'a assez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?