sak ifé nout jordu ék nout demin

CINÉMA : Lonbraz kann, drame de la vie ordinaire dans un camp sucrier


Culture - Kiltir
Mardi 14 Janvier 2014


2014 pourra être marquée d’une pierre blanche en ce qui concerne le cinéma puisqu’elle fera partie des très rares années qui voient la présentation au public d’un long-métrage mauricien, interprété par des Mauriciens et traitant d’un sujet tout à fait mauricien. Lonbraz Kann, dont le montage commencera dans quelques semaines, devrait en effet sortir dans les salles obscures à Maurice et à La Réunion au plus tard en juin, comme nous l’a annoncé le réalisateur David Constantin peu après le dernier clap de tournage. Quelques souvenirs et réflexions glanés de ci delà. 
 
Les maisons de Marco et Bissoon sont vétustes et modestes comme dans la vie réelle, dans quelque camp sucrier à demi abandonné d’une usine de la commune de Saint-Julien. Lorsque nous y sommes parvenus, au terme d’un dédale de chemins pierreux et chaotiques, il a fallu faire silence, car une séquence était à l’œuvre… sous les regards suspendus d’une impressionnante équipée. Cinq ouvriers étaient assis à l’ombre d’un grand arbre. Une jeune femme installée sur une chaise pliante en plein soleil, à l’arrière de la scène invective l’un d’entre eux sur un ton criard et provocateur : « Al get to Shirley ! » La moutarde monte au nez de Rosario et il faut le retenir pour que la violence ne fasse de lui un autre homme…
David Constantin derrière un grand écran de contrôle, la chef opératrice rivée sur le viseur de la superbe caméra Alexa, Henri Maïkoff toutes ouïes et visage ouvert guettant le moindre parasite sonore, et toute une nuée de précieuses petites mains et de gros bras veillant ici à refaire le maquillage ou à ajuster un pantalon, là à placer un réflecteur ou stabiliser avec des sacs de sable un appareil ou un élément de décor. Même si elle ne représente que quelques secondes dans le film, nous reverrons cette même scène à maintes reprises ce matin-là, notamment à cause du son lancinant d’une tronçonneuse qui est venue jeter le trouble dans ces moments où l’on prévoit de capter toute la concentration du spectateur…
 
Qu’à cela ne tienne, pas de problème sans solution, un assistant est immédiatement dépêché muni d’un talkie-walkie auprès du bûcheron à deux-cents mètres de là. Ce dernier interrompra désormais sa besogne pendant les quelques minutes où la caméra tournera… Des visiteurs sont là aussi et les élèves d’un lycée ne vont pas tarder à arriver. Chacun a sa feuille de service, une grille établissant heure par heure le programme du jour, les comédiens sollicités, l’action à jouer, les caractéristiques de tournage et les décors utilisés, etc. Tout y est sauf la pluie qui est venue détremper entièrement le sol et faire luire les feuillages en début d’après-midi.
 
Comme elle s’est annoncée à la pause déjeuner, le principal sujet de conversation pour l’équipe technique a consisté à décider quelle scène de remplacement allait être tournée… Les figurants déguisés en agent de police tout comme la voiture de police exceptionnellement empruntée deviennent inutiles sous cette pluie. À la demande du réalisateur, nous ne révélerons cependant pas la teneur de la séquence qui sera finalement tournée car elle fait partie de ces moments clés dont il faut préserver l’effet de surprise. Entre chaque séance de tournage, les comédiens sont séchés, voire remaquillés. Tout le monde a revêtu les vêtements de pluie, parka et autres K-Way, et les appareils sont recouverts de grands parapluies, de bâches de protections, les micros et autres perches sont dotés de manchons de protection…


Article paru dans Le Mauricien | 11 January, 2014 - 10:00

INFO REUNION



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 9 Mars 2021 - 07:50 Le Maloya d'Henri

Dimanche 20 Décembre 2020 - 07:15 FONNKÉR POU VINDÉSANM