sak ifé nout jordu ék nout demin

"C'était Hier" .... la graphie étymologique


Invité(e)
Dimanche 4 Novembre 2012

Ecrire en créole phonologique serait l'apanage d'intellectuels "subventionnés". Le KWZ, graphie d'un cercle barbare. Et la "souveraine" étymologique, si malmenée aujourd'hui, serait la ceinte graphie créole passée aux oubliettes. Mon oeil ! pour ne pas dire foutaise ! Qui veut nous faire gober une telle sottise ? Notre Lang Kréol s'écrit comme ça. N'en déplaise à celles et ceux qui cherchent à soigner les lecteurs français. Nout Lang Kréol sa la lang bann Rénioné.

Dans mes petits carnets, Le Tangol trouve sa place de raison. Que l'on fasse un monument aux bâtisseurs de notre belle langue réunionnaise !


Bon dieu ! Nous sommes passés à la télé HD, et certains tapent encore du poing sur leur poste NB. Aidons les. Aidons les. Allons donc ! Moman Papa lé la. Le Kréol s'écrit aujourd'hui encore en étymologique ? en 2012 ? Et pour écrire un mot, que faut-il faire ? Prendre un dictionnaire français, tirer un mot, enlever quelques lettres par ci par là et donner corps à un beau mot Kréol à 70% français? Non, non, innovez. C'est fait, je vous dis. Oui, c'est fait, ouvrez Le GRAND lexique de Gunet (On n'espérait pas un grand dictionnaire non plus, mais quand même). Et ça critique un nominé au prix Goncourt. Et nous, nous l'avons fait. Pardon seigneur ! oui moi aussi je l'ai fait. Combien de Notre Père pour me faire pardonner d'avoir ouvert un Gunet ?


Oui, certains Réunionnais l'ont fait. Ecrire en étymologique. Parce que cela faisait bon genre peut-être. Parce que nous voulions être compris à Paris. Ou parce que le premier à avoir écrit en Kréol n'écrivait sûrement que le français, un français d'une toute autre époque d'ailleurs. Imaginez-vous écrire en 2012 le français du 17ème siècle, ou le parler. La langue française a évolué. Le Kréol Rénioné évolue aussi, et demain encore il évoluera. Qui s'oppose à cela ? Nous sommes au 21ème siècle, et bien des choses ont changé, nos cultures, comme nos vêtements d'ailleurs. Alors, pourquoi pas nos langues ? Et si certains sont coincés dans le passé, qu'ils le restent. Il ne leur est pas interdit d'écrire en "copiant" le français. Je remercie d'ailleurs certains qui l'ont fait.

Merci à Louis Héry. Merci aussi à Jean Albany. Merci Georges Fourcade. Merci Isaac Guény. Parce qu'ils ont écrit le Kréol d'antan, nous forçant à dépasser et le copiste et le créopolitain qui voulait être lu à Saint Germain des Prés, les deux derniers illustres contributeurs de la haute société "bourbonnaise", amoureux des bons mots créoles et de la culture "françoise". Ils utilisaient tous des graphèmes du français pour restituer des phonèmes créoles. Ils ont fait avec les moyens de l'époque. Ils maîtrisaient le français, et par copiage, par mimétisme, créèrent un créole non lue par la population, parce que beaucoup de Réunionnais "de cette époque" ne savaient ni lire ni écrire. C'est le siècle qui fait ça. La Réunion était alors colonie française, principalement agricole. Le seuil de pauvreté était sous terre. L'île se développait doucement.  L'analphabétisme des petites gens ne gênait aucunement.  Ecrire en étymologique ne dérangeait personne.

Octobre 1977. Bon mois, bonne année. Je vous dresse le tableau. La départementalisation n'a pas porté tous les effets escomptés. à ceci près que les Réunionnais ont ouvert les portes de l'école, des écoles, certaines en vue d'ailleurs. Cette année devait vraiment être bonne, pour que naisse une graphie phonologique. Merci à Lékip Oktob 1977. Parce qu'ils sont allés au devant de la problématique de l'analphabétisme. Ils ont donné aux Réunionnais une écriture Kréol. Parce qu'ils avaient compris que la graphie étymologique maintenait notre langue Kréol dans un état de dépendance au français. Parce qu'ils ont donné toute la place aux locuteurs eux-mêmes, enfants d'esclaves venus d'ailleurs, du Mozambique, de Madagascar, d'Inde, de Chine, de Rodrigue, des Comores (parce que l'engagisme fut esclavage). Parce qu'ils ont conféré à notre langue "son labékadèr", son K, son WZ, lettres nobles pour Kayanm, pour Waro, pour Zitte. Et moi donc.

S'il faut se rallier à ceux qui ont mis en lumière la valeur de notre culture, de notre langue, alors, c'est fait, je me suis rallié. Tenez ! comme d'autres, je me convertis au Tangol, graphie phonologique, qui a pour valeur de résoudre la problématique si décriée des variétés de langue (créole des hauts, créole des bas, acrolectal, basilectal). Nous avons enfin une graphie supralectale, qui respectent les variétés de Kréol. Je prends. Ici, je suis un p'tit beur chantant en "LU", je comprends le Kréol en Li, mais je peux écrire en Lu. Quelques ponctuations m'aident dans mon choix graphique.

L'usage faisant les choses, le peuple réunionnais fera ce choix. Peut-être même que l'effet pervers de cette graphie sera d'attiser un autre feu. Que sais-je ! Deux littératures se bataillant le territoire, une en lu, l'autre en li. La constitution de deux langues réunionnaises, l'une en lu, l'autre en li. Deux ethnies alors ! le peuple li, le peuple lu.  Et on trouvera un nouveau terrain de discorde à se chamailler. Qu'importe ! Les Réunionnais utilisent déjà la graphie phonologique. Et nul besoin de lire Témoignages pour s'exercer à sa lecture. Regardez la graphie créole contemporaine, oui regardez devant les boutiques, ou sur Facebook, sur les panneaux publicitaires. Le créole s'affirme. Les Réunionnais changent, leur langue avec eux. Oui, ils choisiront une graphie. Ce ne sera peut-être pas du goût de quelque parti de quelque bon sens en arrière. Mais ce sera comme ça. Puisque, comme vous le dites si bien, c'est l'usage par la population qui fera que l'on écrira ...

Ce que j'en sais aujourd'hui, c'est que l'écriture étymologique ... c'était hier.



Babou B'Jalah



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par A Willy Técher le 04/11/2012 20:43
Venant d'un communiste engagé comme vous dans Témoignages, vos propos ne sont nullement surprenants.
Les graphies que vous défendez sont des graphies politiques d'extrême gauche, pas des graphies linguistiques.
Toutes ces graphies ne sont rien d'autre que des insultes à nos origines et à notre identité françaises.
Si la France vous débecte tant que ça, pourquoi allez-vous vivre dans la Ville rose ? Revenez ici !!!
Et, pour ne pas revenir couillon, allez écouter à Toulouse les merveilleux nombreux orgues à tuyaux : Saint-Sernin, Saint-Pierre des Chartreux, les Augustins, les Dominicains, le Gésu, la Dalbade, la Daurade, l'institut catholique.
Armand GUNET

2.Posté par à M. Gunet pas capable de mettre un harmonium dans une église le 05/11/2012 06:06
Quand M. Gunet n'a plus d'argument, il se met comme son camarade d'infortune Jeannot à dénigrer celui qui avance des arguments percutants et solides qui permettent à nos camarades Réunionnais de réfléchir et qui sait, peut-être de relever la tête…

Si M. Gunet, qui n'a pas été capable de mettre le moindre harmonium dans les églises qu'il fréquente, continue à être grossier nous ferons une pétition pour qu'il ne passe plus dans les commentaires.

OF

3.Posté par Au post 2 le 05/11/2012 08:40
Des arguments percutants et solides ???
Mais vous rêvez là, mon pauvre ami !!!!!
Lesquels ?
Ensuite, M. Gunet ne souhaite pas mettre des harmoniums dans nos églises mais DES ORGUES A TUYAUX !
On voit bien que vous ne savez même pas ce que c'est.
Vous n'êtes qu'un ignare.

4.Posté par Babou B'Jalah le 05/11/2012 09:59
Oui, un communiste, un vrai. pourquoi pas ? Après tout, c'est le parti des grands combats. Quant à savoir si je suis pour des graphies de l'Extrême gauche ... je n'y crois pas une seconde. Je ne suis pas sur ce terrain là. Et si ça contente l'homme au petit grand lexique, celui qui pense avoir apporté une contribution majeure pour la normalisation de la langue créole, allez ! je le dis : le 77 et le KWZ furent des graphies d'émancipation. Oui des réunionnais ont pris en main leur langue. Et ces réunionnais ne sont sûrement pas tous des gauchistes de l'extrême. Et aujourd'hui Tangol réunit des "travailleurs consciencieux", d'obédiences politiques diverses. Parce que ... ce que Gunet ne veut toujours pas comprendre (il va bientôt être le seul), c'est que l'écriture créole n'est plus une question d'appartenance politique. A moins que Gunet veuille à tout prix établir une graphie d'extrême droite. (il faut bien les deux extrêmes).

Le Kréol Rénioné serait donc seulement imprégné de l'identité française ? Mais Gunet a vraiment du mal à s'ouvrir au monde, ma parole. Nos origines sont plurielles, il devrait enfin le savoir. Si je l'ai déjà compris, il pourrait faire un effort. à son âge.

Et sachez-le ... le fait d'être pour le Kréol n'implique aucunement une opposition à La France, à sa langue, à sa culture, à ses valeurs, à la République, à la démocratie. Le fait d'écrire le Kréol, ce n'est pas haïr les langues, ni les autres cultures. Que je vive à Toulouse ou à Québec, à Tananarive ou à Bamako, je suis un Kréol. Et par dessus tout, un Kréol qui continuera à dire une chose : "la graphie étymologique, c'était hier. Les kréol du 21ème siècle ont choisi de vivre au 21ème siècle". ...


5.Posté par Babou B''Jalah le 05/11/2012 10:23
Que Gunet se renseigne ... lorsque l'on parle de graphies,étymologique, phonologique, et même phonético-phonologique, on parle bien de linguistique. Mais je n'en ferai pas tout un foin. S'il ne le sait pas, c'est son tort pas le mien.

L'étymologique est une graphie individuelle, souvent calquée sur la langue socialement prestigieuse. Moi, je suis pour une graphie collective, qui prend compte de la réalité sociolinguistique réunionnaise, réalité actuelle, présente, d'aujourd'hui.

Je ne suis pas pour l'individualité de la graphie du Kréol Rénioné (chacun écrit comme il veut, c'est ce que propose Gunet). Je suis pour la normalisation de la langue, et la normalisation n'a qu'un but : l'utilisation commune d'une seule graphie pour tous les Réunionnais.

6.Posté par Amoinsa le 05/11/2012 10:28
A cause ou la pas écrit out l'article en créole?

7.Posté par Babou B''''Jalah le 05/11/2012 10:43
Pour ce qui est de ma découverte de Toulouse ... que Gunet se rassure. J'ai habité le coeur de la ville rose, et suis passionné par les visites d'église, et notamment la Basilique Saint-Sernin, la plus grande église romane conservée en Europe. Je participe chaque année au Festival International Toulouse les Orgues. Je suis fan. Et je remercie (paix à lui) feu Xavier Darasse d'avoir inspiré ce festival. Je suis aussi passionné par l'art religieux, et notamment catholique, mais aussi musulman, animiste, etc... mais je suis Kréol qui parle et écrit Kréol. n'en déplaise à Gunet.

Par ailleurs, pour que Gunet ne s'inquiète pas de mes soirées culturelles, je suis un assidu de la Cave à Poésie, et je rencontre moult écrivains et poètes francophones. on discute de nos langues. Français de souche, ils n'attaquent aucunement l'initiative des travailleurs de Tangol, ni même le verbe de Danyèl Waro. Ils saluent l'initiative. Ils connaissent Boris Gamaleya et ont lu Axel Gauvin, Jean-François Samlong, Rosemay Nicole, Claire Karm. mais Gunet, ils ne connaissent pas.

8.Posté par Tristesse le 05/11/2012 12:36
M. Gunet, c'est bien ce que je dis, vous n'avez pas été capable de mettre même un harmonium dans "nos" églises, alors à parler d'orgue à tuyaux…

ignare : qui est d’une ignorance excessive.
Je pense que les lecteurs ont compris qui était l'ignare !!!!

L'insulte est l'arme du faible…

9.Posté par Aline Murin Hoarau le 05/11/2012 15:27
La culture créole s’est construite par le contact entre des populations d’origines diverses.
Cette culture est marquée par l’esclavage. Les Réunionnais sont héritiers d’une histoire douloureuse.
Ainsi la musique, la cuisine, l’architecture, la religion, tous les aspects de la culture réunionnaise sont le résultat de la nécessité de tout inventer dans un lieu où tout était à faire. La langue créole a crée la culture réunionnaise.

Cette culture créole est marquée par la tolérance.
Derrière les tares de la colonisation, les restes de la honte collective de la peau noire, des rancœurs, aujourd'hui des femmes et des hommes de toutes les couleurs se côtoient. La Réunion c'est le pays de la fraternité entre les êtres humains de toutes origines. C'est la pays de la culture créole. Nou tou ansamb

Le magique et le religieux
Chez nous, dans notre société créole, la foi en un Dieu se retrouve dans toutes les couches de la population, y compris chez les très jeunes. Cette culture du religieux se traduit par le grand nombre de religions cohabitant sur le territoire même si la religion catholique reste prépondérante. Cohabitent les croyances au magique.

La cuisine
La cuisine créole est marquée par sa diversité gustative. Elle exprime la culture créole : brède mafane, rougail la morue, cari tijac., safran dan brède mouroume... goute a li oté

L’architecture
Bien que la véritable architecture créole née de l’adaptation au climat et ses risques, tende à disparaître, la case créole reste dominant dans le paysage bâti. vien mon case boir un cou si ou kose kréol

La littérature, les arts plastiques, la musique, la danse constituent des richesses culturelles incomparables.
Les nombreux artistes pei Daniel WARO, Daniel Vabois, Alain Peters, Indigo ... donnent à la langue créole le rang qu’elle mérite.
a soir nana kabar oté di kisa léla

Dans le domaine des arts plastiques, les talents créoles sont nombreux. Pour ce qui est de la musique, écouter les radios pour s’apercevoir que la musique créole inonde et éclaire le quotidien des Réunionnais.

À la Réunion tout le monde parle créole, y compris les enfants très jeunes. Quand des métropolitains ou des étrangers arrivent à la Réunion, ils peuvent apprendre le créole facilement. Les enfants dans les cours de récréation parlent en créole. Quand on ne parle pas créole, on se sent exclu de toutes sortes de connivences, d’éléments de culture créole.


Alors pour tous ces esprits réfractaires, frustrés qui se sentent mal dans la société créole réunionnaise: je vous dis : Respect pour ma langue créole, respect pour la culture réunionnaise respect pour la Créole Réunionnaise que je suis. Je ne suis pas une adversaire de la langue française. je respecte les autres cultures. j'ai appris à lire et à écrire en français.
A tous ces personnes qui débitent des inepties énormes sur la langue créole: vous savez ce qui vous reste à faire...

10.Posté par Babou B'Jalah le 05/11/2012 16:15
"akoz ou la pa ékri out lartik an kréol ? "

Pourquoi n'ai-je pas écrit cet article en créole ? C'est une excellente question. Je comptais rédiger la totalité des Carnets de Babou en Kréol (Tangol). Mais il est dit que les médias réunionnais n'ont pas encore fait totalement le pas eux aussi. Même le fanzine de Nasion Rénioné est rédigé en Français. Témoignages donne une chronique quotidienne "Zistin", mais les articles sont en Français. Et pour tout dire, on m'a même demandé de privilégier le français dans les Carnets de Babou.

Sûrement pour que Gunet nous fasse le plaisir de sa lecture et de ses commentaires ;>)

Mais je compte vous faire lire le Tangol ....

11.Posté par Au post 5 le 05/11/2012 18:45
NON, pas du tout !
Contrairement à ce qu'a affirmé Roger Ramchetty et que vous reprenez, l'écriture étymologique, la plus logique et la plus facile tant pour la lecture que pour l'écriture ne se fait pas comme chacun veut, n'importe comment.
Cela, c'est la graphie je-m'en-foutiste !
A.G.

12.Posté par A Aline Murin le 05/11/2012 18:55
Nous cherchons une marraine pour le Crab (Cercle réunionnais d'associations blanches).
Pouvons-nous compter sur vous ?

13.Posté par Au post 4 le 05/11/2012 19:14
1° Les grands combats du communisme ???
Lénine, Staline, Trotsky, Castro, Che Guevara, Pol Pot ???
Ce sont là vos héros ?????
2° Emancipation, avez-vous dit ? Mais de quoi ?
Notre patois est composé de 95 % de mots de patois de l'Ouest de la France.
Notre créole, c'est donc un patois blanc fabriqué par nos ancêtres français. Pas africains ou indiens ni malgaches.
"Moin, mi cause créole", c'est du créole. "Mwin, mi koz kréol", c'est pas du créole, désolé !
"Mon 'tit case l'est gaillard", c'est du créole. "Mon ti kaz lé gayar", c'est un ersatz de créole.
"Mon grand-mère l'a achète poisson", c'est du créole. "Mon granmèr lashèt poison", c'est une falsification de notre créole.
Armand Gunet

14.Posté par Amoinsa le 05/11/2012 19:31
post 10
Peut-être lé trop dur écrit tout ça en créole. ou croit pas ? ...vocabulaire trop faille? si des fois ou comprend pas, vocabulaire insuffisant pour exprimer tout çaqu' ou dit... enfin si ou veut écrire en respectant la graphie ou préfère.

Un p'tit mot pou toute la band' posteurs, zot y fait rire à moin . Zot y cause su le créole, mais la point personne pou écrit en créole. Allez vende la cendre par pinte, band' z'imposteurs! Comme dit Coluche zot y vende un n'affaire zot la point un l'échantillon pou montre à nous!

(post 9 : "Nou tou ansamb" : coça y veut dire ça, la point un problème l'écriture la? comme ça ou prononce ? y manque pas un n'affaire? si ou trouve pas m'a explique à ou.

L'étymologique n'est sûrement pas la panacée, mais ce n'est pas en éloignant les mots de leur origine que vous imposerez votre graphie. Là, zot y fait un l'erreur là. Rouve zot yeux , zot zoreilles, na un bon peu y veut pas ça!

Moin mi cause tout le temps créole; moin la pas besoin dit à tout bout d'champ respecte ma langue , mi cause comme ça , tous les jours. Mi dit, ma langue, pas mon langue, ma manman la apprendre à moin dit comme ça ; la pas créole aussi ça?
Mon band' z'enfants té cause pas créole quand zot té p'tits, asteur, zot y cause très bien français, l'anglais, l'allemand et aussi créole.

15.Posté par A Aline et Willy le 05/11/2012 20:23
Pour moukaté tou lé partizan du kréol fonolojik, jékri de tan zantan an fransé fonolojik pour montré labérasion de ce janre de grafi.
Wi, le fransé osi pe sékrir an fonolojik, mé nès pa ridikul ???
Oté le bande phonologiques, arrête fai' z'aut couillons don' !
Arman Guné

16.Posté par A Willy Técher le 05/11/2012 20:37
Oté le frère, maintenant qu' 'ous l'a désaute la mer et que 'ous l'es dans la Ville rose, 'ous l'a dû entend' le grand z'affaire Cavaillé-Coll l'a mette dan' tribune Saint-Sernin, alorss, dis nout' bande z'élus c'est l'orgue 'ec tuyaux même que l'est le plus gaillard z'instrument musique.
Alà là un bon créole étymologique, mounoir ! ça l'est doss même.
N'importe quel moune i connaît pas créole i gagne lire à lu et i comprend tout' d'suite.
Seulement i fatigue à moin écrire comme ça. En français mi sava plus vite.
Français mon langue, créole mon patois !
Armand GUNET

17.Posté par Babou B'Jalah le 05/11/2012 23:47
Enfin, il se révèle. Gunet signe " Français mon langue". et le créole n'est tout juste qu'un patois (maintenant à 95% de l'Ouest de la France). le Créole est donc occitan. ça fera au moins plaisir à mes amis de l'Ostau dau pais Marselhes.

18.Posté par A GUNET, bonne lecture, le 06/11/2012 05:27
" D’abord dans la classe bilingue de l’école maternelle Pauline- Kergomard, où le recteur a rappelé
que "la prise en compte du créole à l’école vise à lutter contre
l’illettrisme et l’échec scolaire". Il est formel : "Les classes bilingues ou bilangues permettent aux enfants de
faire la différence entre le créole et le français" malgré la ressemblance
des deux langues. Puis M. Fourar s’est rendu dans l’école élémentaire Francis- Rivière, juste à côté, dans la classe
de CP (cours préparatoire). Il s’agit d’une classe "bilangue" où un professeur itinérant, spécialisé
dans l’enseignement de la langue régionale, intervient deux fois par semaine.
L’académie réunionnaise compte actuellement vingt classes bilingues en maternelle, où le temps d’enseignement est
réparti à égalité entre français et créole. Ces classes scolarisent 476 élèves. D’autres projets sont en
cours pour ouvrir de nouvelles classes. Dans l’ensemble de l’enseignement primaire (120 230 écoliers),
environ 3 000 élèves étudient le créole d’une manière ou d’une
autre. En secondaire, ils sont près de 700 (330 en lycées et 365 en collèges), ce qui fait un total d’environ
3 700 jeunes qui suivent un enseignement de langue et culture régionale à La Réunion" ( extrait du JIR)
V.H.

19.Posté par A Willy Técher (post 17) le 07/11/2012 08:33
Je ris à me tordre !
L'occitan dans l'Ouest de la France !!!!!!!
Au fait, comme vous êtes un fan des langues régionales, avez-vous commencé à apprendre l'occitan (80 000 mots) pour bien vous intégrer dans le SUD-OUEST ?
Et cessez de péter plus haut que votre postérieur en qualifiant l'ouvrage le plus complet sur notre patois de "petit Grand Lexique".
En le lisant, vous vous apercevrez que je connais beaucoup mieux le créole réunionnais que vous !!!
Armand GUNET

20.Posté par Anne-May le 09/11/2012 13:13
Le combat de ce monsieur Gunet est un combat d'arrière garde. Ne perdons plus de temps à lui répondre. Pour ce qui est de la graphie, il n'y a pas d'urgence. Comme dans n'importe quelle langue, le Français n'y a pas échappé, la graphie suit toujours le "parler", elle n'est pas codifiée à l'avance, c'est l'usage qui, au fil du temps, la fixe mais c'est le temps aussi qui la modifie et fait qu'une langue reste vivante. Il faut peut-être laisser la porte ouverte ! Le kreol est bien vivant, i bouge enkor ! Ce qui est intéressant et positif c'est que l'on ait aussi compris que le Kreol, sa pratique et son enseignement, ne sont pas un obstacle pour apprendre le Français. C'était là le principal argument "contre le kreol". Bien au contraire, on admet enfin que cela puisse être un atout.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger