sak ifé nout jordu ék nout demin

AntiCor (AntiCorruption) contre la corruption en politique


Invité(e)
Lundi 4 Mars 2013

L’association Anticor a été créée en 2002 pour porter et transmettre la conviction que l’on ne doit pas renoncer à réhabiliter l’honnêteté en politique, même si une poignée d’élus confondent leurs intérêts privés et l’intérêt général.


AntiCor (AntiCorruption) contre la corruption en politique
La conviction qui rassemble les membres d’Anticor n’est pas celle de porter la voix d’un parti en particulier, mais d’exiger de tous les partis et de leurs élus le comportement irréprochable inhérent à leurs responsabilités politiques, et de la part de tous les fonctionnaires, la probité qu’implique la recherche de l’intérêt général.

Anticor regroupe des élus et des citoyens de toutes tendances politiques, ayant décidé de s’unir pour lutter contre la corruption et pour réhabiliter la démocratie représentative. On y trouve des chercheurs, des magistrats, des économistes, des journalistes d’investigation qui participent aux travaux de l’association à travers ses commissions, mais aussi de nombreux adhérents et sympathisants qui animent en France des groupes locaux au niveau régional et départemental.

Sauvegarder le pacte républicain signifie pour Anticor exiger cette probité, rétablir le rapport de confiance qui devrait exister entre les citoyens et leurs représentants, politiques et administratifs.

Les membres d’Anticor ont créé une Charte Éthique qui contient de nombreuses propositions, régulièrement mises à jour, qu’ils soumettent aux candidats lors des grandes échéances électorales.

Aujourd’hui, Anticor est partie intégrante de la vie associative de notre pays : elle fait entendre sa voix aux colloques sur la corruption, aux Universités d’été de partis et de mouvements, elle fait l’objet de nombreux articles et reportages dans les médias nationaux et régionaux. Elle a également a été auditionnée à diverses reprises par le Sénat, l’Assemblée Nationale et plusieurs organismes officiels (OCDE, Commission Sauvé...).

L’Association s’est constituée partie civile depuis 2009 dans le cadre de plusieurs affaires judiciaires importantes : Pérol, Karachi, emplois fictifs à la Mairie de Paris, sondages de l’Elysée et dépenses de communication de Matignon sous la Présidence Sarkozy. La condamnation de Monsieur Chirac dans le procès dit des emplois fictifs l’a d’ailleurs mise en 2011 sur le devant de la scène.

Les objectifs d’Anticor
L’association est un groupe de pression militant et une force de propositions qui a pour objectif de rendre les citoyens plus vigilants et les hommes politiques plus rigoureux dans leur gestion des affaires publiques.

Il s’agit pour ses membres de fédérer toutes les initiatives éparpillées de citoyens, de journalistes d’investigation, de personnalités issues du monde judiciaire pour agir contre le constat impuissant du "tous pourris", pour donner une voix à ceux qui subissent au niveau local des situations d’injustice, pour mettre en marche des dispositifs démocratiques ou juridiques, et enfin pour médiatiser les affaires relatives à des délinquants politiques.

Élus et citoyens affirment ensemble qu’il est possible de faire de la politique autrement, sans pratiquer le clientélisme, sans tricher et en écartant de la scène politique tous ceux qui ont commis des délits dans l’exercice de leur fonction.

Les affaires de corruption ont l’effet désolant de banaliser la délinquance politique et de pousser de nombreux électeurs à s’abstenir ou bien à voter pour des partis non républicains.

Pour éliminer les affaires politico-judiciaires qui défraient la chronique et laissent un sentiment d’impunité, nous encourageons tous les partis à réagir et à se prononcer clairement sur les mesures d’assainissement qu’Anticor préconise pour réhabiliter la politique.

De débats publics en publications, le mouvement se développe dans toute la France et bénéficie aujourd’hui d’un large écho. C’est ce soutien qui nous permet de peser auprès de nos décideurs politiques et d’avoir un impact pédagogique et citoyen sur le débat public.

Anticor soumet ses propositions et sa Charte Éthique aux candidats à chaque élection, publie leurs réponses et leurs engagements et vérifie également qu’ils se tiennent aux promesses qu’ils ont formulées.

Anticor, ce sont aussi des concerts de casseroles et des prix d’éthique, cette remise annuelle de décorations symboliques, d’un côté à ceux qui salissent la vie politique et de l’autre à ceux qui se distinguent par leur mérite.

Anticor est aussi là pour rappeler que ces manquements à la probité peuvent et doivent être condamnés par la justice pour ne pas laisser des coupables « privilégiés » échapper au déshonneur qu’implique une condamnation pénale.

Pourquoi des citoyens réunionnais ont-ils rejoint Anticor ?
A la Réunion, il y a des personnes privées et des associations qui luttent séparément contre les injustices, avec courage et peu de moyens. En y regardant de plus près, on s’aperçoit qu’ils ont souvent les mêmes finalités qu’Anticor.
Tout le monde le sait à La Réunion !... Au vu des diverses affaires de corruption ou d’abus de pouvoir présentées régulièrement dans la presse locale :
- trop d’élus ont des comportements déviants au regard des lois de notre République ;
- et l’inertie des services de l’État et du secteur judiciaire renforce l’idée d’impunité et d’injustice auprès de la population.

Cette situation totalement anormale incite aux délits divers, au détriment d’une société réunionnaise en quête de salubrité mais qui ne trouve pas de solution dans les institutions qui devraient en principe la protéger.

En tant que citoyens honnêtes et respectueux des autres personnes et de leurs droits légitimes, nous avons décidé de nous unir pour lutter contre les pratiques nuisibles.

Pour obtenir des résultats encourageants, il faut que nous puissions faire écho de nos graves problèmes au- delà des frontières de notre île, jusqu’en métropole. Il faut aussi que nous soyons entendus en France.

Nous avons adhéré à Anticor afin de bénéficier de l’expérience de ses membres, pour apprendre à mieux lutter contre la corruption et pour assumer notre part de responsabilité en tant que citoyens engagés et actifs. Nous invitons les réunionnais à nous rejoindre massivement car plus nous serons nombreux à participer à ce mouvement de résistance, plus nous serons forts ensembles.

La naissance du groupe local AntiCor 974 Réunion
Le bureau national a jugé que toutes les conditions étaient réunies pour créer une antenne locale d’Anticor à La Réunion, en s’appuyant sur l’expérience et de la personnalité de certains adhérents réunionnais, jugés aptes à représenter l’organisation et ses valeurs.

La responsabilité du groupe local Anticor Réunion a été confiée à Jean-Paul FOIS de La Possession (président de l’ADIP). A ses côtés, des proches collaborateurs : Sophie et Djamel KADA de Saint-Denis, Josette Brosse de Saint-Louis (présidente de l’association Contribuables 974), Myriam Monzavi de Saint-Pierre et Harry Malet de Saint-Joseph.

Ils s'engagent dans une démarche collective et souhaitent poursuivre une réflexion commune en faveur du respect de la mission première des élus, qui est de servir l'intérêt général. Ils veulent inciter les citoyens à être plus vigilants en leur donnant les moyens de contrôler la rigueur dans la gestion des élus. La mission du groupe local est aussi de promouvoir la Charte Éthique et de sensibiliser les élus aux bonnes pratiques.

Le groupe local est la courroie de transmission entre La Réunion et l’organisation nationale. Les sujets préoccupants seront déterminés et traités dans le cadre d’une démarche citoyenne et collective, en accord avec la direction d’Anticor.

Association



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 04/03/2013 08:29
Tout sa lé bien , mais qu'en pense ces juges d'instruction qui instruisent des dossiers sensibles à la tête du client sous les cocotiers ( que fait la police ? ) .

2.Posté par Aimé TECHER Réunionnais de souche et de coeur le 04/03/2013 09:14
Je salue cette belle création.
Un chat c'est un chat.
Il faut maintenant être dans le vrai : donner les NOMS des élues, élus corrompues, corrompus. Ainsi nous le saurons. Ainsi nous ne ferons plus l'amalgame et dire "Toutespourries, Tous pourris".
Certaines élues, certains élus qui sont honnêtes et qui remplissent leur mandat d'élue, d'élu avec conviction, tenacité et humanisme sont trop souvent "confondues, confondus "avec ces élues, ces élus corrompues, corrompus.
Il faut dénoncer ces malfrats .
J'attends avec impatience ces noms qui circulent" sous le manteau ". Je compte sur cette association pour la publication des VRAIES, VRAIS CORROMPUES, CORROMPUS.

Merci d'avance.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger