sak ifé nout jordu ék nout demin

Aline Murin-Hoarau : "La dépénalisation d'accord, mais..."


Invité(e)
Mardi 16 Octobre 2012

"Le cannabis est un produit naturel. C'est une plante médicinale indiquée pour soigner de nombreux problèmes maux de têtes, insomnie,  troubles gastro-intestinaux. C'est aussi un excellent sédatif".


Aline Murin-Hoarau : "La dépénalisation d'accord, mais..."
"De nombreux malades atteintes du chikungunya avouent avoir fait usage de cette plante médicinale pour atténuer les douleurs articulaires. "Fumer un qualité" est une expression qui s'inscrit dans la tradition culturelle réunionnaise.
 
Actuellement, la consommation, la détention et la vente du cannabis sont interdites et constituent un délit. Le fait que le cannabis soit un produit naturel ne signifie pas, qu’il n’existe pas un impact, un danger sur la santé et le comportement, si on le consomme.

Mais au même titre que l'alcool et le tabac, il faut  encadrer la consommation de ce produit. Il faut mettre l’accent sur l’information, la prévention. Afin d'éviter la mise en place des réseaux , des trafics régis par une économie souterraine, il faut avoir recours aux moyens de répression.

Le cannabis est un sujet qui concerne notre jeunesse. En dépit de la loi qui réprime sa consommation, celle-ci n'a pas pour autant diminué. Le débat est ouvert aujourd’hui pour trancher une fois pour toute, et mettre fin à cette hypocrisie et à cette ambiguïté qui règnent autour du cannabis.

La dépénalisation accompagnée d'une réglementation de la culture et du commerce est une sécurité sur la consommation du cannabis. Un investissement bien plus important est à conduire  pour sensibiliser de manière ciblée toutes les parties prenantes (jeunes, parents, école, autorités) sur l’importance de la prévention".

Réactions



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Le Changement ce n'est pas maintenant le 16/10/2012 06:14
La mise en place de réseaux, c'est justement faite par la chasse au zamal, aujourd'hui il est plus facile dans certains coins de l'île, de se fournir en médoc (circuit officiel médecin-pharmacie ) qu'en joint !
Grâce à une affaire encore en cours, ous avons vu dans bon nombre de caricatures qu'à Marseille, il était plus facile de trouver du zamal au… commissariat…

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Décembre 2013 - 01:00 Carburants : plus de 1000 emplois en danger