sak ifé nout jordu ék nout demin

​Valorisons la Réunion


Citoyen
Lundi 6 Avril 2015

En ma qualité de professionnel aguerri du haut de mes vingt années d’expérience dans le secteur du Tourisme à La Réunion, je m’interroge sur le manque de volonté de certains à favoriser le développement de notre économie, notamment à travers la promotion et la valorisation de notre destination.


En effet, je constate, avec une grande peine que le tourisme à La Réunion se retrouve au cœur de combats politiques entre la volonté de faire et la volonté de détruire.

Partant de mon expérience personnelle sur une structure d’hébergement / restauration, j’ai frôlé la liquidation judiciaire suite aux « crises »   chikungunia et requin  qui ont fortement fragilisé ce secteur d’activité. Diverses mesures  pour favoriser la relance ont été prises, notamment par la Région Réunion et l’IRT. J’ai pu sauver mon activité et repartir sur de nouvelles ambitions grâce aux fonds FEDER et en me rapprochant de la plateforme de réservation de l’IRT qui,  en ce qui me concerne est un outil indispensable aujourd’hui.

Seulement voilà, force est de constater que malgré la mise en œuvre de dispositifs d’aides, les touristes n’affluent pas autant qu’on le souhaiterait et que cette pseudo crise requin nous suit à la trace ; qu’elle est devenue le sujet ou plutôt l’outil préféré des médias. L’Irt de son côté multiplie, à raison, ses campagnes de promotion et de présentation de notre destination dans l’objectif de contrer cette mauvaise pub liée aux requins. J’en arrive à me demander si nous professionnels sommes mauvais en matière de développement et de qualité de l’offre touristique, et à force de  retourner ce problème dans tous les sens, je finis par conclure que les moyens pour nous accompagner relèvent d’efforts salutaires de la part de la Région comme  de l’IRT.

Ceci étant, je constate également que pendant que certains daignent nous accompagner dans l’esprit de l’intérêt général et pour une relance du tourisme, d’autres prennent un malin plaisir à pratiquer une politique de casse qui va finir par gangréner notre secteur d’activité ainsi que notre économie.   A titre d’exemple pas moins de 4 articles dans une seule presse en un instant portant sur le rapport de la Chambre Régionale des Comptes sur la gestion de l’IRT pour attaquer une seule personne , en l’occurrence le Président de Région . Je ne vais pas en faire une analyse, simplement préciser que ces articles rapportent les observations et recommandations de la Chambre Régionale des Comptes sans que l’on ne sache lesquelles, si l’IRT les ont suivies mais aussi et surtout,  conformément au code des juridictions financières, si  l’IRT a apporté des réponses et des arguments en annexe à ce rapport.

Je me suis donc renseigné  et j’ai appris que oui L’IRT a répondu, oui il a suivi les recommandations ; Ce rapport est politisé et c’est pour cela que j’ose dire qu’à La Réunion, certains ont fait du tourisme une priorité pour relancer notre économie en berne , et que d’autres ont choisi de massacrer ce tourisme à des fins politiques et au détriment de l’économie et des professionnels. Le professionnel attend de voir  des actions concrètes  comme notre image rayonner de par le monde, il attend de voir des hommes se démener pour les visas, pour les ouvertures de lignes aériennes, pour valoriser et mettre en exergue  nos potentiels, nos offres de qualité. Les touristes eux sont à la recherche de saveurs, d’intensité, de charme, d’exotisme, pas de requins ou de rapport de la CRC sur la gestion ou la gouvernance de tel ou tel organisme.

La Réunion est celle du vivre ensemble, des cultures différentes, il n’appartient qu’à nous d’en faire notre fierté et de montrer ces images qui reflètent nos spécificités qui avant tout sont nos atouts. Cessons de divulguer une image qui n’est pas la nôtre, amenons comme l’IRT, notre destination de charme au cœur de tout pays en commençant par chez nous.

Un professionnel pour le tourisme



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Du BERRY le 07/04/2015 09:10
le premier frein est le coût du billet d'avion
le second est le coût des services
le troisième est le manque de professionnalisme (pas pour tous mais le plus grand nombre)
un touriste qui se fait avoir ne revient plus et il divulgue autour de lui
les allemands veulent un packaging et ne dépensent pas un sou de plus
les langues étrangères ne sont pas pratiquées

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Janvier 2020 - 20:47 Bonané de l'Est