sak ifé nout jordu ék nout demin

​Le salaud lumineux… de l’IRT


Citoyen
Mercredi 8 Avril 2015

L’actualité touristique de ces derniers jours nous amène à nous interroger sur la situation de l’IRT, organe de représentation et de promotion de notre image dans le monde du tourisme. Le rapport de la Chambre Régionale des Comptes nous éclaire sur la gestion de cette entité, et bien entendu cela nous rappelle à nos souvenirs.


( 2007 à 2009)

A cette occasion, nous pouvons pratiquer l’exercice de comparaison tant attendu et en tirer des conclusions. Exemple léger, il est reproché à Jacqueline Farreyrol d’avoir dépensé la somme de 743 euros pour un restaurant quand Pierre Vergès sortait des notes de restaurant de l’ordre de 3113 euros dénoncées par son premier Vice-Président qui avait fait une lettre de démission de plus de 10 pages relatant les dysfonctionnements graves dans la gestion de l’IRT entre 2008 et 2010, suivi également du 4ème Vice-Président pointant également une mauvaise gestion.

Tout le monde se souvient des dépenses de Pierre Verges en boite de nuit en Australie pour le compte de l’IRT , ou encore du défaut de transparence et de concertation avec le bureau sur les primes, congés maladie, augmentations de salaires pouvant atteindre 8000 euros de complément sur une année.

Bref, détailler ces dérapages serait trop long, et puis si nous cherchons, l’ancien 1er Vice-Président, sous l’égide de Verges avait déballé tous les dérapages concernant la gestion de l’IRT entre 2008 et 2010 par voie de presse. La question est qu’a-t-on fait pour le tourisme durant cette période, au moyen de quelles stratégies et quels en sont les résultats probants ?

Aujourd’hui nous sommes témoins des actions menées par l’IRT, parce qu’elles sont affichées en toute clarté et dans la transparence. Certes comme annoncé par la presse, 175 000 euros pour que le Réunion s’affiche sur un stade peut au premier abord paraitre utopique,  sauf lorsque cette image de notre destination est vu par 1 million de personnes. Par ailleurs les tournages d’une série et d’un film au cœur des paysages de  La Réunion sont le fruit de la présence de l’IRT sur le festival de cannes, et non en boite de nuit.

L’audit diligenté à la demande de Jacqueline Farreyrol dès 2010,  met en exergue un trou de 617 000 euros  creusé en deux ans ,  justifié notamment par des dépenses engagées au-delà de la limite des lignes allouées par la Région, des frais de découverts… alignés à des insuffisances dans les actions engagées; est un signe de manque de transparence de la part de l’ancienne gouvernance que la Chambre Régionale des Comptes doit prendre en compte avant de tacler l’équipe actuelle. Notons aussi que celle-ci pointe la gestion de 2007 à 2013, et qu’il est donc plus qu’opportun de distinguer les deux périodes de gouvernance de façon impartiale. Que pense la CRC des casseroles comme celle de la société Arc international d’une valeur de 250 000 euros, qualifiant les cadres de M. Verges d’amateurs dans les procédures de marché publics ! La gestion de 2008 à 2010 est plus que douteuse, ne l’oublions pas.

A ce jour, la mauvaise image de l’IRT pointée du doigt durant l’ancienne mandature de la Région par les acteurs du tourisme  demeure encore  trop ancrée, tout comme celle de la SR21 à la même époque et sous le contrôle des mêmes responsables. Force est de constater que l’actuelle gouvernance essaie tant bien que mal de redorer un blason que l’équipe de Pierre Verges a bafoué à l’insu des Réunionnais.
La fréquentation quant à elle, grâce aux efforts déployés depuis 2010, n’a pas connu la chute libre qui aurait pu anéantir des centaines de professionnels, demeurant stable, elle est en passe de devenir prometteuse et efficiente si l’on en croit les projets émergeants.

En tout état de cause, force est de reconnaitre que la gouvernance et donc gestion de l’IRT, de la SR21 ou encore de la collectivité régionale était à cette époque  entre les mains  d’une familiocratie , le népotisme des Vergés nous aura causé bien du tort. Osons croire à la fin de cette ère sous l’oligarchie Vergès.
In fine, gardons bien en mémoire, comme le disait si bien Jacques Verges dans son célèbre ouvrage, qui est le salaud lumineux !

S. Dijoux



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Pris à leur propre jeu le 08/04/2015 19:56
Mr Dijoux, j'espère que les personnes vont vous lire, vous entendre, les détracteurs sont pitoyables, OUI l'oligarchie Verges a laissé un trou, que dire, un faussé au détriment du tourisme, de l'activité réunionnaise. C'est grave, le salaud lumineux, en effet qui est-ce.

Ce que les réunionnais ne voient pas, c'est le comblement de tous les trous laissés par les précédents.

2.Posté par Caché derrière!!! le 09/04/2015 09:21
Ce n'est pas bien de se cacher derrière son petit doigt! Extrait du rapport de la CRC: " Salon de la plongée sous-marine, salon de l’agriculture, salon destination public, salon du cheval, salon du MEDEF, salon des experts-comptables, salon des seniors... : "les participations récurrentes de l’IRT à un certain nombre de salons se traduisent par un éparpillement des moyens financiers et humains (...) sans mesure de l’efficacité d’une telle présence", souligne la chambre régionale des comptes. Elle souligne en effet que l’IRT y consacre "des enveloppes financières importantes", soit 2,9 millions d’euros de 2009 à 2012, pour un résultat plus qu’incertain... ". Quand on pense que Didier Robert critiquait en 2010 l'IRT comme une association bat'karé!!!

Ah bon un resto en Australie à 3113 euros payé par Pierre Vergès et illégal? Faut porter plainte les gars! A moins que ce soit légal et justifié donc faut arrêter de mettre un firewall bidon!!!

En plus S. Dijoux s'appuie sur le 1er vice-président de l'IRT à l'époque de Pierre Vergès. Ne serait-ce pas celui qui avant l'intégration dans l'IRT de l'association Maison de la Montagne et de la Mer a augmenté les salaires et avantages du personnel de cette structure? Pour plomber en conséquence le budget de l'IRT.

Au lieu d'y mettre bon ordre, la nouvelle équipe a chargé la mule avec l'assentiment de la région qui a augmenté le budget de l'IRT de Farreyrol. Ainsi on constate du rapport de la CRC qu'aucun des cadres de l’IRT ne semble être à plaindre, puisque "les indices plancher figurant dans la convention nationale collective (...) sont très largement dépassés par l’IRT" avec des salaires se situant entre 2 500 et 3820 euros... Sans parler de la secrétaire générale et du directeur, touchant respectivement un peu plus de 6 000 et de 7 000 euros.

En fait, la politique de copinage est la marque de l'ère Farreyrol, comme le note la CRC: "En 2009, le bureau de l’association a arrêté des règles régissant la procédure de prise en charge des déplacements. L’IRT prenant notamment en charge les billets d’avions : "classe économique pour les salariés, classe Alizée ou confort pour les administrateurs, et à partir du 14 octobre 2010, extension au pôle de direction de la prise en charge prévue pour les administrateurs", et "contrairement à ce qui était énoncé (...), l’association a acheté des billets en classe confort (ou équivalent) à certains salariés alors que, jusqu’au 14 octobre 2010, cette catégorie de billets était réservée aux administrateurs"... et "les nouvelles règles, applicables depuis le 1er mai 2011, ne traitent pas de la question mais la chambre relève que l’association procède à l’achat de billets en classe confort et équivalent pour les administrateurs et certains salariés (le directeur, la secrétaire générale et la chargée du protocole)".

3.Posté par Gérard Jeanneau le 09/04/2015 10:10
L'IRT est moins friponne sous l'ère de Fareyrol ! Soit ! Mais elle est encore bien friponne ! Une association non lucrative qui a des administrateurs, un directeur, tous bien payés et qui, pour une petite envie, courent pisser à Paris. Et les Pattes Jaunes sont allées montrer leur talent urbi et orbi ... alors qu'elles auraient dû se produire localement dans les hôtels et restaurants !

Il faut cesser d'être les dindons de la farce ! de laisser danser l'anse du panier à l'IRT ! Que Thierry Robert mette fin à cette gabegie ! Qu'il aide la CRC à voir encore un peu plus clair !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 30 Novembre 2019 - 14:37 Saint-Paul : Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers