Mon Blog



Lundi 14 Juillet 2014

La vie est faite de rencontre.
Ma rencontre avec toi, Sudel m’a permis d’appréhender un pan de ma culture.


Veloma Sudel
J’ai découvert l’histoire de mon pays, de mon peuple, ce qui m’a permis d’être celle que je suis.
Les connexions artistiques  et culturelles que tu as initiées entre La Réunion et Madagascar resteront comme des phares pour les générations à venir.
Merci pour ces chemins que tu as tracés pour l’évolution de notre peuple.
Que ta route continue…
Veloma anadahy
 
Aline Murin Hoarau 

Aline Murin Hoarau


Facebook Google + Twitter Viadeo




Mon Blog



Lundi 9 Juin 2014

En novembre 2012 à l'occasion de son anniversaire, Madam Baba chante pour le monde des ancêtres.


C'est une rencontre riche et magique. Ce jour là nous avons eu un long échange sur des thèmes variés.
Elle aimait à rappeler que toute sa longue vie a été accompagnée par cette religion qui honore nos ancêtres.
Les servis kabaré étant les moments forts d'échanges qui ont rythmé sa vie.
Elle fredonne un air connu des cérémonies.
 

Aline Murin Hoarau


Facebook Google + Twitter Viadeo




Mon Blog



Jeudi 29 Mai 2014

En ce jour d'ascension, le Père Pédro a rassemblé plusieurs milliers d'habitants du village d'Akamasoa.


Ascension : sur les traces du Père Pédro
« Une expérience  spirituelle  de ce genre  nous rend très heureux !
Tous les fidèles sont partis avec  la joie dans le cœur !
Une grande partie de nos ouvriers après la messe  sont partis travailler
dans la carrière, pour gagner  le pain de ce  jour » a déclaré le Père Pédro.


 

Aline Murin Hoarau


Facebook Google + Twitter Viadeo




Mon Blog



Samedi 10 Mai 2014

Nous avons dû attendre 150 ans pour que la France reconnaisse son passé esclavagiste.
En 2001,la France sera la seule nation au monde, sous l'impulsion de Christiane Taubira à faire voter une loi qualifiant l'esclavage de crime contre l'humanité.


10 MAI : Pourquoi, Pour qui ?

En 2006, la Nation choisit la date du 10 mai pour commémorer les mémoires de la traite négrière de l'esclavage et de leurs abolitions. 

A La Réunion, c'est le 20 décembre, à la fin de la campagne sucrière de 1848, que l'esclavage fut aboli. 
Les questions de l’esclavage et de la colonisation doivent ouvrir les débats sur la repentance et les réparations.

Aline Murin Hoarau


Facebook Google + Twitter Viadeo




Mon Blog



Jeudi 1 Mai 2014

Maurice Gironcel paraissait bien seul pour présenter son budget prévisionnel.
On avait l'impression que les élus de sa majorité ne s'y intéressaient pas.


Maurice Gironcel navigue à vue
Le budget principal 2014 de la Ville de Sainte-Suzanne a été voté le 30 avril.
Il s'élève à 40 millions d’euros dont 27 millions d’euros pour le fonctionnement et 10 millions d’euros pour l'investissement.

Les élus de la majorité sont restés muets pendant toute la séance.
Ce mutisme est-il à mettre au compte de l'incompréhension des dossiers où à celui d'un autoritarisme du Maire ?

Nous avons la chance d'être dans l'opposition, nous pouvons nous exprimer pendant notre temps de parole obligatoire malgré les railleries permanentes  du maire qui cachent un manque de clarté évident dans l'explication des dossiers.

En effet sur un budget de fonctionnement de 27 millions d'euros, 20 millions sont consacrés aux charges de personnel. C'est donc 80 % du budget fonctionnement qui est utilisé à la paye du personnel. Il reste 20% comme marge de manœuvre pour le fonctionnement réel de la collectivité.

Par ailleurs, l'épargne nette de la commune est extrêmement faible avec un taux d'endettement très élevé. En effet cette épargne est évaluée à 363 000 euros alors que la commune doit rembourser plus de 20 millions d'euros.  

Les sources des recettes d'investissement ne sont pas claires.
Ce qui ne permet pas d'avoir une vision de la politique d'investissement.
Le maire a contracté 4 millions d'euros d'emprunt nouveau pour le refinancement d'une dette devenue toxique.
La municipalité est-elle en mesure de supporter ce nouvel emprunt compte tenu de l'endettement actuel ?

Le maire prévoit une recette de 3 millions d'euros. Qui va lui donner cet argent ?
D’où vient cet argent ?
Sûrement d'un futur emprunt toxique qu' il va falloir rembourser en augmentant les impôts au prochain budget.
Rappelons quand même que la mairie prévoit de faire un nouvel  emprunt de 4 millions pour faire baisser ces taux d’intérêts.

Manifestement, c'est une navigation à vue que ce capitaine impose aux Saint-Suzanniens. Il n'y pas de plan pluriannuel d'investissement ( PPI).

Les finances de la commune sont dans le rouge.
Avec un tel budget, c'est l'exemple de Saint-Louis qui nous pend au nez.

Aline Murin Hoarau


Facebook Google + Twitter Viadeo




Mon Blog



Samedi 19 Avril 2014

Dans l'état actuel des choses, nous sommes dans une période transitoire puisque nous savons tous, que suite à cette élection municipale de 2014, des recours ont été engagés.

Nous attendrons les réponses de la justice et que l'équipe municipale soit stabilisée pour aller vers un travail constructif.




Chronique d'un budget catastrophique
Il est à noter l'amateurisme le plus total qui a été le moteur de cette deuxième partie de campagne où l’affolement a été semble t-il été omniprésent.

Pour l'exemple sur le bulletin de vote de la liste de Maurice Gironcel, madame Coutandy Patricia travaille à la Cinor et est quand même inscrite sur la liste communautaire.
Encore une fois, le PCR a trompé les électeurs.

Le bilan 2012 permet de constater que l'équilibre précaire entre les produits et les charges démesurées de fonctionnement de la commune plombent le fonds de roulement de la ville.
Dans le rapport vous soulignez que les charges de fonctionnement devraient avoisiner les 29 millions dont 20 millions pour le personnel. Nous pouvons apprécier le manque de précision des chiffres avancés.

Quelle politique budgétaire comptez-vous mener avec votre équipe pour maîtriser les dépenses importantes liés au fonctionnement ?
Comment allez vous maintenir votre programme d'investissement?
Cette présentation des éléments financiers  manque terriblement de clarté, de lisibilité.
A quoi correspondent les 2 120 000 euros notés dans la section de financement et les 583 000 euros de charges ?
La présentation des principales opérations n'est accompagnée d'aucun chiffre.
Les orientations budgétaires nationales du premier ministre annonce une forte réduction des dépenses publiques dans les collectivités.
Comment traduisez-vous cette forte réduction dans votre budget pour l'année 2014.

Nous parlerons des orientations budgétaires de 2015 et plus, le moment venu, celles-ci étant suspendues aux décisions de justice avec les recours et plaintes déposées par l'opposition.




 

Aline Murin Hoarau


Facebook Google + Twitter Viadeo




Les n'importe quoi de la liste de Gironcel.
A -t-on le droit de travailler dans une collectivité et en même temps d’être un élu de cette collectivité ?


Sainte-Suzanne : Les erreurs de débutant de la liste Gironcel
Pour ceux qui ont voté pour la liste « Ensemb pour Sainte-Suzanne » cela ne semble pas poser de problème !

Madame Coutandy Patricia qui est donc élue au conseil communautaire de la CINOR, travaille en même temps dans cette collectivité.

Le maire aurait-il oublié que cette dame est payée par la CINOR ?
Ou peut être, est-ce juste un salaire ?

Quelque soit les raisons, comment expliquer que Maurice Gironcel ait pu mettre quelqu'un qui travaille à la CINOR comme élue dans cette même collectivité, comme le montre le bulletin de vote de cette liste ?

Est-ce un motif suffisant pour remettre en cause cette élection ?

De toutes les façons, cela a tendance à montrer l’amateurisme et la précipitation de l’équipe de campagne de Maurice Gironcel.

Elue municipale Objectif Réunion , Aline Murin Hoarau


Aline Murin Hoarau


Facebook Google + Twitter Viadeo




Comme vous avez raison, il faut les écraser, ces traîtres !

"Zonm politik, lé konm bichik, lé par sézon, mé pa tout bon kalité"
Les hommes politiques sont comme les bichiques, ils arrivent par saison, mais pas tous ont une bonne tenue à table.


A Sainte-Suzanne, les vieux slogans sont de retour rabâchés par ces vieux briscards de la politique. L'un d'eux doit avoir la tête remplie de souvenirs, pas tous glorieux. En revenant dans l'Est pour prendre la défense de son porte monnaie, il doit se rappeler de ses vieux camarades oubliés sur le bord des chemins de traverses.

C'est sûr que s'il y a un paradis avec une fenêtre qui donne sur l'Est de l'île, ils doivent bien rire les Baptiste Ponama, Serge Sinamalé, Gervais Barret et tous les autres qui ont été à tour de rôle les traîtres de ce parti taillé pour cet homme.

C'est vrai que dans son histoire, cet illustre personnage a côtoyé bon nombre d'amis qu'il traitera de "traîtres" pour se défaire des histoires gênantes et peu glorieuses.
Mais où sont réellement les "traîtres" ?
 Et qui sont ces "traîtres" ?

Nous pouvons affirmer que la traîtrise consiste à jouer un double jeu. Par exemple de se faire élire sur un projet ou un programme pour la population et finir inéligible parce que voleur.

Le traître est celui qui trompe la population pour profiter de l'argent des contribuables.

Le traître est celui qui transforme les voix des électeurs en billets de banque sur son compte personnel ou pour le compte de son parti.

Aujourd'hui, nous, les électeurs, avons été trahis par ceux qui n'ont pas respecté la parole donnée aux citoyens en se faisant condamner pour détournements d'argent public.

Oui, il a payé dira-t-il, mais,  personne de censé  ne laisserait son chat sans surveillance devant un plat de poissons prêt à cuire…
"i mét pa le chien voleur pou véy la graisse".

Au mois de mars 2014, les électeurs de Sainte-Suzanne sauront-ils écraser ces traîtres de la démocratie qui se moquent d'eux avec des effets de communication à la "trois permanences", "400 personnes", "600 personnes"… Même les militants de la première heure les ont lâchés, le PCR se meurt en continuant à mentir et en restant sourd.

Les vieux chevaux sont fatigués, l'odeur des abattoirs excite leurs narines, ils bavent et ils crient "aux traîtres".

Aline Murin Hoarau


Facebook Google + Twitter Viadeo




L'ISDnD ( l'installation de stockage des déchets non dangereux) (CET) de Sainte Suzanne dont l'exploitation a été autorisée le 17 juin 1992, reçoit les déchets ménagers et assimilés du Nord Est
( CINOR et CIREST) de la Réunion.


Profitons du changement de municipalité pour mettre en œuvre de vrais solutions pour le Centre Enfouissement technique

Ce site emploi actuelle 19 employés à temps plein.
Le site a connu énormément d'amélioration depuis son ouverture :
- Mise en place de 27500 panneaux voltaïques en 2007 pour une production de 2.7 Méga Watts Électriques
- Mise en place en 2011 d'une nouvelle station de traitement des lixiviats (jus de déchets) ,
- Mise en place en 2012 de deux moteurs biogaz pour un production de 2 MWe

Nous pouvons dire aujourd'hui que l'ISDnD de Sainte Suzanne est un site à vocation énergétique qui alimente en électricité plus de 2000 foyers sur Sainte Suzanne.

Ce site reçoit aujourd'hui 170 000 tonnes de déchets ménagers dont plus de 2/3 peuvent être valorisées.

Cette situation n'a que trop duré, il est temps de mettre le "cap sur la valorisation" et le réemploi.

C'est pourquoi mon équipe et moi sommes favorables pour la création d'un Ecopole avec
- une ressourcerie (+25 emplois),
- un centre de tri mécanisé (+25 emplois), avec la production de plus de 50 000 tonnes de Combustible Solide de récupération, dans un contexte ou la Réunion souhaite établir son autonomie énergétique.
- une plate-forme de tri du BTP (+3 emplois),
- un centre de tri des collectes sélectives (Bac jaune - +25 emplois) .

Cet écopôle comprendra également une École de la Biodiversité pour la sensibilisation du grand public sur la thématique "gestion des déchets - Faune et flore" (+1 emplois).

Ces 83 emplois doivent rester à Sainte-Suzanne.

Nous sommes aujourd'hui dans le mur.

La fermeture définitive du site a été annoncée pour 2014 suite à sa saturation mais on sait dores et déjà quelle sera reportée, faute de solution pour le traitement des déchets.
Or depuis bientôt 2 ans, le TCO, la CIVIS et la CASUD ont mis en place un syndicat unique pour la gestion des déchets dans le Sud Ouest de notre île. Ce syndicat souhaite mettre en place un schéma multifilière ;Ce projet à été validé par le Conseiller Général en présence de Mr Daniel Alamélou.
En parallèle le projet Écopôle de Sainte-Suzanne ne suscite pas l'attention de Conseiller Général.

La raison:

Dans le Nord et l'Est, les rivalités politiciennes bloquent ce dossier et pénalisent les habitants de Sainte-Suzanne qui attendent avec impatience une amélioration de la qualité de l'air sur le territoire.

Cela fait plus de 20 ans que nous subissons tous les jours ce site qui accueille les poubelles à ciel ouvert avec tous les désagréments olfactifs.

La guerre d'une part entre le président de la Cinor, Maurice Gironcel et le Conseiller Général Daniel Alamélou, en charge du dossier délimination des déchets et d'autre part le désaccord entre le président de la Cirest et le maire de Sainte-Suzanne ne sont pas étrangers à ce blocage.

Manifestement, le pouvoir et l'égo l'emportent sur lintérêt général.

 

Nous habitants de Sainte Suzanne nous disons halte à ces élus qui ne pensent qu'à garder le pouvoir en prenant en otage la population.

 

L'attitude du Conseiller Général et du maire sortant est inadmissible et irrespectueuse.

Nous savons tous qu'il faut bannir l'enfouissement.

Alors je propose l'action. Les critiques vaines et clientélistes sont des méthodes du passé et traduisent l'immobilisme.

Je suis pour le projet écopôle. Emplois et valorisations.

 

 

 

 

 


Aline Murin Hoarau


Facebook Google + Twitter Viadeo




Mon Blog



Mardi 28 Janvier 2014

Pendant que les personnels administratifs et de direction se réfugient dans leurs bureaux climatisés, les élèves et les enseignants s'épuisent dans les salles inadaptées et mal équipées.


Pour une école qui respecte le Réunionnais

Les enseignants dans leur grande majorité reconnaissent que la répartition des cours tout au long de l'année ne facilite pas la réussite des élèves dans notre académie.

Alors, la punition habituelle se répète.

Sueur et irritabilité perturbent grandement la capacité à se concentrer sur les apprentissages. Les mois de janvier et de février cassent la dynamique qui a pu être mis en route pendant le premier trimestre.

Si l'élève est au centre du dispositif il est évident que la seule solution serait de démarrer les cours après la saison chaude.

 

Le débat s'invite alors chaque mois de janvier sur cette chaleur harassante . Plusieurs lycées ont manifesté leur colère.

Que faire? Quel équipement pour les salles?

 

Le choix d'un calendrier revient dans les discussions réunionnaises, pour disparaître dans un discours bien mielleux d'un recteur de passage…

 

Nous sommes une terre réunionnaise, européenne et française. Géographiquement, nous sommes dans l'Océan Indien à plus de 10 000 km Paris, nous vivons sur une île avec nos spécificités culturelles climatiques et géographiques.

 

Toutes décisions politiques économiques, sociales ou éducatives… doivent tenir compte de ce contexte particulier.

 

Le monde politique a l'air d"avoir un regard sur le monde éducatif…

La proximité des élections ne peut être le seul moteur de cette action. C'est de la réussite des enfants de La Réunion qu'il s'agit.

 

Une véritable réflexion commune pour appliquer une gouvernance de proximité et non d'assimilation ou d'importation est aujourd'hui nécessaire.

 

Réunionnais Débout et Libres.


 


Aline Murin Hoarau


Facebook Google + Twitter Viadeo




1 2 3 4 5 » ... 19

Aline Murin Hoarau
Aline Murin Hoarau

Recherche

10 mai 2014
IMG_6379

Engagisme Afro-Gas
IMG_4515

Sainte-Marie
DSC_3519

20-12-FETKAF-1000.jpg


Liste de liens

Pique nique au Bocage de Sainte Suzanne avec Familles Solidaires
Familles Solidaires

Madagascar
P7297205

Sérvis Kabaré
A table, partage du repas