sak ifé nout jordu ék nout demin

Yvan Combeau et des journalistes ont analysé les dernières élections


Dans la presse
Lundi 28 Novembre 2011

"Elections cantonales et sénatoriales, les stratégies de coalitions", c'est le titre d'un magazine politique co-écrit par Yvan Combeau, historien politologue, plusieurs journalistes politiques et des analystes d'institut d'études de La Réunion. L'ouvrage est d'ores et déjà disponible.


Yvan Combeau et des journalistes ont analysé les dernières élections
"Cette publication sur l’année politique 2011 compose le deuxième volet d’une étude de la vie politique que conduit le Centre de recherches en histoire de l’Université de La Réunion. Le projet porte sur les élections de la période 2010-2012", explique Yvan Combeau.

"L’an passé, nous avons publié un ouvrage sur les régionales (Le tournant politique de mars 2010). Sur le volet de l’année électorale 2011, cantonales et sénatoriales nous avons privilégié l’étude des stratégies des partis et des comportements électoraux".

"Le Centre de recherches en histoire publie fréquemment des études politiques (voir le site www.cresoi.fr), mais cet ouvrage a une autre dimension. Il rassemble les analyses et les commentaires de journalistes (presse écrite, audio-visuelle, internet…). C’est une publication collective qui offre aux lecteurs/lectrices une expertise plurielle avec des approches très différentes sur la vie politique réunionnaise".

"Sur l’échiquier politique, les cantonales ont certes marqué le poids des trois grandes forces (PCR, PS, UMP) et la construction d’un centre autour des Modérés et du Modem. Mais n’oublions pas que nombre de candidat/e/s ont essayé de percer la ligne des partis pour bousculer les équilibres et offrir de nouvelles conceptions".

"Toutes ces tentatives participent d’une impulsion que les forces des droites et des gauches structurées auraient grand tort de sous-estimer dans l’élaboration des futures stratégies de coalitions. Et plus encore le corps électoral par son comportement (abstention, vote blanc) signifie son rejet et sa mise à l'écart d'une vie politique dominée par un jeu de pouvoirs".

"Il existe dans l’île une forte demande de renouvellement du personnel politique, un rejet des cumuls de mandats, et l’exigence de définition des engagements et des compétences face aux graves questions sociales réunionnaises".

"L’actualité politique de ces derniers jours traduit exactement les conséquences tant des élections cantonales que sénatoriales. La relecture de cette année politique permet de mieux comprendre et d’expliquer une grande part de l’histoire immédiate. La vie politique réunionnaise est entrée dans une nouvelle phase (2011-2014) qui oblige les formations a une double clarification".

"Elle s'impose tant dans la logique d’une cohérence interne dans le fonctionnement et le renouveau des partis que dans l’élaboration de stratégie liant présidentielle et législatives de 2012".

"Dans ce contexte sociale et économique, une autre tâche attend aussi les partis : être en véritable concordance avec les évolutions de la société et surtout s'adapter aux nouveaux défis de la crise économique et financière. Partis et dirigeants se doivent d'opérer une profonde mutation", a conclu Yvan Combeau, historien, politologue

Présentation



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?