sak ifé nout jordu ék nout demin

Veolia fête ses 40 ans de présence à La Réunion


COM-ECO
Mardi 26 Avril 2016

Depuis 40 ans, Veolia défend, à la Réunion, un service de l'eau de qualité, accessible au plus grand nombre et respectueux de la préservation de la ressource naturelle. Acteur du territoire, l'entreprise a mis son savoir-faire au service du développement des infrastructures de l'î?le, tant au niveau de l'eau potable qu’en matière d'assainissement. Les enjeux environnementaux et le virage du numérique sont au cœur de sa stratégie pour les années à venir.


Veolia, acteur clé du territoire

Le 28 avril 1976, la Compagnie Générale des Eaux nouait son premier contrat à la Réunion avec la Ville de Saint-Louis, avant de signer avec les Villes de Saint-Denis, de Saint-Pierre et du Port la même année. Cette arrivée de l'opérateur dans l’île – après la disparition de la Société Energie Electrique de la Réunion (avec la nationalisation de l'électricité dans les Dom) - correspond à une époque charnière. Alors que l'ensemble des infrastructures de l'île se développe, l'objectif était d'emmener l'eau potable dans les foyers réunionnais, où de nombreux réseaux restaient à construire dans les années 70 et 80.
Depuis, l'histoire de Veolia à la Réunion est indissociable de celle du territoire. Avec ses 260 salariés, l'entreprise est devenue l'acteur majeur de la gestion de l'eau et de l'assainissement au niveau local. Aujourd'hui, elle dessert 8 communes en eau potable, soit près de 400 000 Réunionnais, et gère 9 contrats d'assainissement, ainsi que 6 stations.

Qualité et amélioration continue des services

Veolia conseille et accompagne les acteurs du territoire en optimisant les performances de leurs installations et a investi directement dans des infrastructures d'envergure, comme les stations d'épuration du Grand Prado et de Saint-Louis.
L'entreprise est engagée dans l'amélioration constante et continue de ses services, au plus près des Réunionnais. Elle dispose pour cela d'atouts indéniables : ses effectifs. Des équipes prêtes à intervenir, par tous les temps, jour et nuit, pour assurer la qualité et la continuité du service. Que ce soit dans la recherche quotidienne de fuites, ou dans le fait d'agir rapidement en cas d’urgence - lors d'épisodes cycloniques - les équipes ont maintes fois prouvé leur engagement.

Vers des solutions et des services innovants

Veolia prolonge son action en direction du territoire et de sa population. L'entreprise place le développement durable au cœur de sa stratégie pour les années à venir. A travers les installations qu'elle gère, elle est entrée dans une démarche de valorisation des ressources pour favoriser l'économie circulaire : recyclage de l'eau, production de biogaz, valorisation des matières et notamment des boues.
Enfin, Veolia à la Réunion a pris le virage du numérique en s'appuyant sur des technologies de pointe. Cela passe par un nouveau système de télérelevé des compteurs d'eau, pour gérer durablement la ressource en eau, l'intégration du numérique aux services clients traditionnels (des moyens de paiement rapides et pratiques, via des applications Smartphones et tablettes), ou encore le recours à des terminaux mobiles pour l'optimisation des interventions.

source l'agence gbo



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Bayoune le 29/04/2016 07:20
Tiyn, tiyin " Aujourd'hui, elle dessert 8 communes en eau potable??, soit près de 400 000 Réunionnais, et gère 9 contrats d'assainissement, ainsi que 6 stations." - parois pour nous distribuer une eau non potable. Un extrait de Fanal, journal du LPLP :
Pas souvent que çà arrive, le 18 janvier 2016 enfin, le tribunal d’instance de Saint-Benoît a légèrement condamné Véolia reconnue comme responsable contractuel (i di pa koupab) pour défaut de fourniture d’une eau propre à la consommation et non-conforme à sa destination. Une condamnation qui ne casse pas la patte d’un canard – L’abonné/usager chiffrait ses frais à 2053€ pour l’achat de l’eau en bouteille pendant 3 ans et 78,80€ pour l’achat de gaz et 1000€ au titre de frais de transport divers. Pour Veolia, le tribunal a refait les comptes estimant le préjudice à seulement 670€.
Comme Véolia, la Cise, ou Sudeau, les élus, maires qui concèdent la distribution de l’eau sont coresponsables de cette situation alarmante. Un élu de la ville de St André a relevé pas moins de 40 communiqués de mise en garde sur la dégradation de la qualité de l’eau, soit environ un quart de l’année écoulée. Aucun usager n’a été dédommagé pour service non rendu et payé. Si en France, dans un tel cas est organisée une distribution de bouteille d’eau, ce n’est pas le cas à la Réunion. Bin konm i di nou lé biyin des français à part, et non à par entière. C’est un réel mépris pour la santé des réunionnais, de jeunes enfants, des personnes âgées et fragiles, sont souvent frappés de gastro-entérite. Les victimes en sont quand même informées de l’épidémie qui frappe le pays. Sans doute les conséquences des captages de surface. Ainsi la population otage, partage la même eau que les rats et les tangues. Il est surprenant que des cas de leptospiroses, ou de maladie de peau ne soient pas plus répandus. Pour mettre fin à ce scandale de cette exploitation de l’eau qui enrichit les capitalistes fermiers au détriment de la population, une Régie réunionnaise et collective de distribution de l’eau s’impose, et aux élus de prendre leur responsabilité pour récupérer l’eau de la rivière de l’est qui se jette perdue dans la mer. (6000m3/seconde)

Ces multinationales, Véolia, la Cise, Sudeau ne rentrent jamais, comme pour le pétrole des tankers d’eau à la Réunion. C’est l’eau de nos sources, rivièes, puisées et subtilisées pour nous être revendu à prix d’or dans certaine région de l’île. C’est un peu un braquage, un racket sur une population pauvre, fragile, au chômage, au RSA, en majorité vivant en dessous du seuil de pauvreté, avec des factures de 1500 à 2500€. Cela pour enrichir "légalement" les actionnaires de leur société.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 21 Novembre 2019 - 09:38 La rénovation énergétique pour tous