sak ifé nout jordu ék nout demin

UMP et/ou UDI : axe central et socle indispensables à l'union de la Droite


Édito
Lundi 27 Mai 2013

L'échec de l'union de la Droite dès le premier tour, est logique. Aucun camp politique ne peut construire l'union sur des incertitudes et une valse d'hésitations. Qui peut dire, c'est quoi concrètement la Droite aujourd'hui ? Qui peut dire qui sont les ténors "légitimes" et reconnus par tous les siens ? Sur quel(s) projet(s) crédible(s), la Droite propose sa stratégie d'union pour les échéances électorales à venir ? Et sur quels partis politiques bâtir cette union ?


UMP et/ou UDI : axe central et socle indispensables à l'union de la Droite
Deux partis politiques symbolisent la Gauche à La Réunion. Le PS et le PCR. La Droite, depuis la disparition de l'UDF, l'UMP est la référence en métropole. Egalement dans notre île, en nombre d'adhérents (plus de 4.000) et de par son organisation et du nombre de ses élus. L'UDI, nouvelle venue, se structure lors de sa convention, le 9 juin prochain. L'Union des démocrates et indépendants a la particularité de regrouper tous les courants du Centre au Centre droit.

La multiplication des tendances centristes au sein de l'UDI, crée un trouble, tant la volonté d'instrumentaliser l'UDI, est flagrante. Cette voie de "garage" permet d'une part, à certains de pas (re)prendre leur carte d'adhésion à l'UMP, et à d'autres de s'éloigner d'Objectif Réunion et de La Réunion en confiance, deux coquilles vides depuis longtemps. L'UDI a l'avantage de redonner un visage au Centre droit. Il est vrai qu'il y avait un vide depuis la fin de l'UDF.

La troisième force à Droite, c'est Didier Robert. Premier (et seul) délégué général d'Objectif Réunion (créé en 2008), puis président de La Réunion en confiance (créee en 2009), Didier Robert, unique caution de ces deux entités, détient aujourd'hui la clé d'un troisième courant à Droite. Celui qui a été pendant trois ans, le chef incontesté de la Droite constate que son autorité ne repose plus que sur sa présidence à la Région Réunion. Peut-il, comme annoncé depuis des mois, encore créer son propre parti politique, ne serait-ce que le seul objectif de garder la majorité au Conseil régional en 2015 ? Sans aucun doute.

En attendant, la Droite a comme axe et socle l'UMP locale, pour donner un visage politique concret à son existence, sa crédibilité et sa légitimité. La section UMP Réunion veut désormais consolider sa place au sein du microcosme local. Sur le terrain, les adhésions se poursuivent. Le président lui-même, Michel Fontaine, et son équipe remplissent les carnets d'adhésion. Le poids du nombre d'adhérents, les représentations politiques et la notoriété du parti, seront déterminants lors des négociations pour la construction de l'union.

C'est aussi pour cette raison que les membres de l'UDI mettent les bouchées doubles à deux semaines de la Convention du parti. Chaque place au sein du bureau et des différentes commissions, vaudra son pesant d'adhérents. Et c'est tant mieux pour la Droite. Car, elle a besoin d'une structuration, à défaut d'une refondation, annoncée mais jamais proposée. Cette démarche aura aussi pour avantage de devenir le terreau dans lequel l'UMP et l'UDI pourront faire germer une vraie union de la Droite...




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Électeur le 27/05/2013 07:45
Il faut impérativement que cette UNION à droite se fasse et propose un vrai projet collégial pour que la population puisse être partante pour le vrai changement en 2014 !!!
Mettons nos égaux de côté et arrêtons de se tirer la même balle dans le pied !!!!
Au boulot Mesdames et Messieurs soyons responsable !!!
Merci de votre compréhension

2.Posté par Jako le 27/05/2013 07:49
Pour un tandem Didier-Nassimah ou Nassimah-Didier, le reste ne servira (que leur poche) que de temporisateur !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit