sak ifé nout jordu ék nout demin

Tereos se sépare de Jean-François Moser


Économie
Mardi 8 Février 2011

Nous avons joint Jean-François Moser (notre photo) hier pour infirmer ou confirmer l'information suivante relatée par un ouvrier de l'usine de Bois-Rouge : “Moser, directeur général des Sucreries de Bois-Rouge quitte Teros”. L'intéressé a confirmé son départ du groupe.


Tereos se sépare de Jean-François Moser
Jean-François Moser a les qualités d'un homme simple et modeste. C'est aussi un homme de principe “attaché à faire les choses dans les règles”. C'est donc à ses collaborateurs puis à ses employés que le directeur général des Sucreries de Bois-Rouge, a annoncé son départ du groupe Tereos. “Je quitte mon poste et aussi tous mes mandats. C'est une décision de Tereos”.

Cette issue était-elle inéluctable ? “Le rachat de Tereos a naturellement conduit à la mise en place d'une nouvelle organisation. Il y a eu une redistribution des responsabilités. Cela a eu pour effet la modification de mon périmètre de décisions, et pour aboutir finalement à une séparation entre Tereos et moi”.

C'est Philippe Labro, propulsé l'année dernière à la tête du Pole océan Indien du groupe, qui prendra les rênes à La Réunion. Il sera également amené lui ou l'un de ses représentants à remplacer Jean-François Moser, à la tête des différents organismes au sein desquels son futur prédécesseur avait un rôle important, et au sein desquels il s'est beaucoup investi depuis une dizaine d'années.

Quelques exemples : en 2008, Jean-François a succédé à Guy Dupont à la présidence de l'Agence de développement de La Réunion. En 2009, il prend la place de Maurice Cérisola à la tête de La Réunion Economique. En 2010, il prend la succession de Xavier Thiéblin à la présidence du syndicat des présidents de sucre à La Réunion…

“Ce que je retiens avant tout c'est l'aventure humaine que j'ai vécue ces dix dernières années. Les projets développés et les actions entreprises pour donner plus d'outils et de moyens à notre île de La Réunion. La valorisation énergétique de la bagasse fait partie de ces grands moments. Je mesure aussi la chance que j'ai eue de travailler avec quelqu'un comme Guy Dupont et de nombreux acteurs économiques et politiques”.

“C'est un autre grand moment que je vis depuis que j'ai annoncé mon prochain départ. Je ressens un choc humain”. Jean-François Moser ne cesse de recevoir des  marques et des manifestations de sympathie et d'affection. “Je capitalise le capital humain”. Jean-François Moser apprécie.

Pas la peine pour autant de sortir les violons, le jazzman n'a pas le blues. Le futur ex-directeur général veut une transition sans fausse note, à la direction générale des Sucreries de Bois-Rouge, et ce avant de commencer à écrire puis jouer une autre partition…

Jismy Ramoudou



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 11 Octobre 2019 - 15:40 Des étoiles dans les yeux avec Back to KAP