Ce qui fait la vie de la cité…
Économie

Sébastien Blard : désormais, La Réunion produit son propre foie gras

Vendredi 24 Novembre 2017

Peu le savent, mais La Réunion produit son propre foie gras. Sébastien Blard, qui a repris les rennes de l’exploitation familiale, a donné un autre tournant à l’entreprise de la Plaine des Palmiste en 2016. Depuis quelques semaines, il marie son foie gras aux plus fines saveurs de La Réunion et se projette dans un développement à l’export.



La famille Blard a installé son élevage en 1985, c’est Noël Blard qui se lance alors dans la production de canards maigres. En 2002, Sébastien, son fils, part se former dans le Sud-Ouest de la France pour rapporter les fameuses recettes de canards gras qui font la renommée de cette région.  En 2016, il se lance dans la production de foie gras. Aujourd’hui 14 personnes travaillent sur l’exploitation familiale et veille sur les 6000 canards maigres et 900 canards gras. En 2017 ce sont 4 tonnes de foie gras qui ont été produites pour le marché réunionnais.
 

La famille Blard a choisi d’élever des canards Mulard pour la qualité de leur chair et leur adaptation au terroir. Issus d’élevages sélectionnés en France, les canards passent 40 jours sur parcours de, 27000 mètres carrés, entre les fougères arborescentes, avant d’être nourris au maïs durant leur phase d’engraissage. Les canards bénéficient d’une alimentation équilibrée, 100% végétale. L’élevage dure entre 60 jours pour les canards maigres et 90 jours pour les canards gras. Ceux-là sont élevés au maïs. En constante réflexion autour des pratiques d’élevage, la famille Blard cherche à orienter l’alimentation vers des produits issus du terroir réunionnais

Mais Sébastien Blard a su aller plus loin en mettant à profit ses connaissance acquises dans le sud ouest de La France et sa connaissance du terroir réunionnais pour créer une gamme prestigieuse de foie gras : foies gras à la vanille bleue de St-Philippe, au galabé, au sel de Saint-Leu, à la mangue confite, au gingembre confit ou encore à la confiture de papaye. En associant à la tradition et les touches de créolité il a réussit à apporter à ses produits une identité forte.  « L’objectif c’est de montrer aux réunionnais que le savoir faire est là, nos productions locales n’ont rien à envier à celle de l’hexagone ou d’ailleurs, nous devons être fière de notre terroir, de notre savoir-faire et de notre capacité à nous réinventer. Nous sommes une terre de métissage et cela se voit, jusque dans nos assiettes ! » explique Sébastien Blard. Avec cette nouvelle gamme, l’éleveur vise une production de 5 à 6 tonnes de foie gras  d’ici fin 2018 avec, à la clé, des projets de développement à l’export.
 

LT




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter






Derniers commentaires