sak ifé nout jordu ék nout demin

Sainte-Suzanne: lespri-Zélindor met l'équipe municipale en transe


Politiblog
Jeudi 5 Septembre 2013

A La Réunion nous subissons la crise que connaît la nation française avec son lot de maux, chômage, baisse du pouvoir d'achat...
Au niveau départemental, malgré les nombreuses communications du Conseil Général, nous voyons que le tissu social est mité. Dans nos familles s'est installée durablement une misère sociale économique et culturelle.


L'opération culturelle qui a consisté à rebaptiser le centre régional de boxe française et de moring  en "Centre Zélindor de moring et de boxe française", moment  qui aurait dû être festif  pour les jeunes du quartier a failli sombrer dans un bain de violences.
 
C’était vendredi 31 août à la Marine.
Les jeunes mécontents, des nombreuses promesses non tenues par le maire communiste de Sainte-Suzanne, ont tenté d'exprimer leur ras-le-bol. 
On voit bien ici l'absence totale de la mairie en matière d'éducation citoyenne pour ce jeune public.
A qui il ne reste alors que la violence pour exprimer leur mal être et leurs revendications.
 
Violence, que les maires et l’État d'une manière générale, savent gérer. On fait appel aux forces de l'ordre puis la justice par la suite condamnera ces jeunes perdus qui en fait ne réclamaient que leur dû.
 
N'est ce pas là une technique bien connue pour taire les vraies souffrances de la partie la plus fragile de notre population ?
 
Si c'est le cas, c'est un comportement indigne, de cette équipe qui a provoqué des élections anticipées pour confisquer le pouvoir.
Là nous voyons aussi que les vraies raisons de cette prise de pouvoir ne visaient pas que le mieux être pour cette population fragile.
 
Comme Zélindor, icône choisie par l'équipe municipale, les jeunes de ce quartier prennent le même chemin, celui de la lutte contre les injustices.
 
Zélindor, esclave malgache à Sainte-Suzanne a tenté de  libérer  tous ces frères esclaves de la misère et de la maltraitance. Il sera trahi torturé et mis à mort. 
 
L'histoire se répète, le maire Maurice Gironcel tente de faire réprimer par la force une expression populaire peut-être légitime.
 


Aline Murin Hoarau



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Jako le 05/09/2013 07:17
A fors manti ék do moune, pran azot pou kouyon, ala lo mér in komine pou ginye bézman ék son zabitan…
Bé ousa nou sava ?
Normalman le mér i devré re provok zéléksyon vitman é pran son kilot dan son min é baré loin…

2.Posté par walter le 07/09/2013 18:14
cette mi compren pa JAKO lété pas au temple moringue la marine et la li okipe lé ki son ban dalon d'avan commence par raze la plime dépasse si le boute ton ké apré ta cosé , fé pou domoun c sa nous demande d'un élu de la cultir du conseille régionale que nous comministe la fé a ou !!zordi ti revendict fair parti de léquipe de UMP de did rob oubli pa noute radier oula di pou 2014 zélection i vient la mange tjour gras zika 2015!!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 25 Mars 2020 - 10:16 « La fin d’un cycle et de modèle ».