sak ifé nout jordu ék nout demin

Prix du carburant : Quatre ateliers en place


Dans la presse
Samedi 18 Février 2012

Comme il s’y était engagé mardi dernier, le préfet a réuni hier après midi en préfecture, le conseil régional, le conseil général, les 3 chambres consulaires, la présidente de l’observatoire des prix, les administrations de l’Etat concernées ainsi qu’une délégation de l’inter-syndicale des professionnels de la route.


Prix du carburant : Quatre ateliers en place
Cette réunion a été l’occasion de fixer les modalités d’organisation du Grand Débat sur les carburants, Grand Débat qui poursuivra deux objectifs concrets :

- s’assurer d’un prix transparent et juste du carburant,
- travailler sur la transition énergétique de La Réunion puisque le 21ème siècle ne sera pas celui des énergies fossiles.

4 ateliers de travail ont été mis en place :
- atelier 1 : "la formation des prix des carburants à La Réunion"
- atelier 2 : "fiscalité, commande publique et développement économique"
- atelier 3 : "quelles politiques de déplacements pour réduire les consommations et optimiser le temps passé ?"
- atelier 4 : "quelles perspectives pour les 10 ans à venir pour les énergies fossiles dans les transports ? Vers la transition énergétique de l’île de La Réunion"

Ces ateliers débuteront leurs travaux dans les tout prochains jours et associeront les forces vives de la société réunionnaise.

Les conclusions de ces travaux donneront lieu à une restitution publique à la fin du mois de juin.

L’ensemble des participants a souhaité que cette démarche puisse être conduite sans délai.

L’inter-syndicale représentée par Hugues Aychy et Jean-Hugues Rtenon se sont déclarés favorables à cette démarche. Ils ont néanmoins demandé un délai pour être associés pleinement aux travaux.

Préfecture



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Parti du Bon Sens le 18/02/2012 04:16
Un projet politique qui veut le développement de son territoire ne peut pas compter sur la taxation de l'énergie.

C'est un peu comme si on mettait une taxe sur la quantité d'air respiré. Nous marchons sur la tête.

Une fiscalité basée sur les biens fabriqués à l'aide d'une énergie libre et sans taxe est peut-être une façon de s'en sortir.
L'augmentation de la fiscalité ne met en exergue que l'incapacité de ceux qui nous gouvernent aujourd'hui et nous entraîne vers un clash entre ceux qui paient et ceux qui en profitent…

2.Posté par milien le 19/02/2012 06:54
c du pipo ces 4 ateliers ! ou l'arlésienne. c une façon très élégante d'enterrer le sujet.

Le préfet a la possibilité de fixer le prix de façon raisonnable il refuse de prendre ses responsabilités, ou du moins oui il prend ses responsabilités en préservant les intérêts des profiteurs car ce sont eux qui financent le budget de l'Etat.

En tant que consommateur je constate que lorsque le brent flambe le prix à la pompe augmente brutalement et pleinement
et lorsque le brent baisse il n'y a pas précipitation à répercuter totalement la baisse sur le prix à la pompe.

Donc il y a bien plus que la préservation des marges il y a surprofit qu'il faut redistribuer.

>>> les solutions : mettre la SRPP en concurrence ou en faire un GIP ou une SPL énergie.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?