sak ifé nout jordu ék nout demin

Nassimah Dindar, première présidente du Syndicat mixte de transport


Édito
Mardi 18 Juin 2013

La question était en suspens depuis quelque temps déjà. Qui de Nassimah Dindar, Pierre Vergès ou Didier Robert serait la première ou le premier à présider le Syndicat mixte de transport ? La réponse se trouvait au départ dans la composition du futur syndicat. Puis, les deux chefs d'exécutifs ont échangé. Si Didier Robert a manifesté son intérêt pour prendre les commandes, Nassimah Dindar, elle, a mis en avant l'implication de son institution. Et surtout celle de Pierre Vergès.


Nassimah Dindar, première présidente du Syndicat mixte de transport
Le Conseil général prendra la première présidence du Syndicat mixte de transport. "Ce sera Pierre Vergès ou moi". Nassimah Dindar n'en fait pas une affaire personnelle. Pierre Vergès, si ! "La présidente du syndicat, ce sera Nassimah Dindar. Elle a mon total soutien. C'est d'abord sa volonté d'offrir un vrai service public, consolidé par le bouclier social résultant de la politique du Conseil général, qui nous a permis de parvenir à ce nouveau dispositif".

Le délégué au transport au Conseil général, devenu "technicien en la matière" selon sa présidente, sait pertinemment qu'il soit ou non président, avec Nassimah Dindar en soutien, son rôle au sein du Syndicat mixte sera prépondérant. "Il connaît bien le dossier". Et en plus, Pierre Vergès n'aura même pas à déménager puisqu'il a été convenu que le palais de La Source sera le premier siège de ce Syndicat mixte de transport. Cette fois encore la patronne du Département a mis en avant le travail par son équipe.

La Région Réunion prendra, elle aussi, à terme une place importante dans la réussite de cette nouvelle structure de transport. Car à travers, le Trans Eco Express et les millions d'euros investis dans l'acquisition de bus propres pour les différents EPCI (Cirest, Cinor, CASud, TCO, Civis), et la construction et l'aménagement d'espaces en sites propres, réservés aux bus, la collectivité veut aussi offrir une alternative au tout voiture. S'il est vrai que d'une part, Didier Robert travaille aussi à respecter l'une de ses promesses électorales de 2010, son institution a également un rôle essentiel dans le développement et la réussite du réseau de transport urbain et interurbain.

D'autre part, il y a le volet politique, sous-jacent, du dossier, qu'il ne faut nullement ignorer, surtout à moins de deux ans des Régionales 2015. Il est évident que le probable et futur succès du futur Syndicat mixte de transport fera bien sur le bilan des potentiels candidats à la présidence de la Région Réunion...




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit