sak ifé nout jordu ék nout demin

Nassimah Dindar : "Reculade ? Sens de l'écoute ? Chacun jugera"


Dans la presse
Jeudi 22 Novembre 2012


Nassimah Dindar : "Reculade ? Sens de l'écoute ? Chacun jugera"
"Reculade ? Sens de l'écoute ? Chacun jugera. En tous les cas, dans son discours devant les maires, François Hollande a fait deux annonces importantes hier :
- les maires pourront refuser de célébrer les mariages homosexuels et désigner un de leurs adjoints
- la réforme de la rentrée scolaire, avec le passage à 4,5 jours de classe qui a forcément des répercussions financières pour les communes, sera étalée sur deux ans.
Par ailleurs, le Président, même s'il a reconnu que l'Etat et non les collectivités était responsable de la dette publique, a confirmé le gel des dotations versées aux collectivités. Autrement dit, chacun va devoir se serrer davantage encore la ceinture".

Sur son blog



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par CADET le 22/11/2012 06:38
Je juge : pour moi c'est une reculade. Avec François Hollande, le changement, c'est tout le temps.

2.Posté par FAIVRE Daniel le 22/11/2012 08:11
Droits Sociaux: et si la france ne dépensait ps assez? Le Point.fr
Droit Sociaux
"Vivre à côté de ses droits a un coût." Ce message, véhiculé par les chercheurs de l'Observatoire du non-recours aux droits et services (Odenore), a une qualité première : il est audacieux. Dans un contexte de réduction des dépenses publiques, ce collectif de chercheurs pose une question taboue : la réorganisation de la politique sociale de la France. Dans l'ouvrage L'envers de la fraude sociale, le scandale du non-recours aux droits sociaux, publié aux éditions La Découverte, le chercheur Philippe Warin et ses coauteurs expliquent le défi qui attend François Hollande : "Entrer avec volontarisme dans une politique générale ayant pour objet de réduire à la fois la fraude et le non-recours, la dépense non justifiée et la non-dépense injuste."

Le Point.fr : Vos recherches révèlent que 5,3 milliards d'euros de revenus de solidarité active (RSA) ou encore 4,7 milliards d'euros de prestations familiales et de logement n'ont pas été versés aux Français en 2011. Des chiffres impressionnants. Comment les expliquez-vous ?
Philippe Warin : Ce sont des Français qui ne recourent pas aux prestations sociales auxquelles ils ont droit. Cette pratique trouve plusieurs explications. Il y a tout d'abord le non-recours pour défaut d'information. Ce sont des gens qui ne sont pas au courant de leurs droits, mal informés, ou qui ne les comprennent pas bien. On remarque également que les agents publics prestataires de ces droits n'ont pas toujours à leur disposition des informations simples, actualisées, qu'ils peuvent transmettre au public. C'est le rapport même entre les usagers et le service public qu'il faut revoir. On retrouve ensuite l'hypothèse du "non-recours temporaire". Les droits ne seront perçus que plus tard par le bénéficiaire. Le non-recours pour non-réception est également fréquent. Il implique une forme de négligence de l'administré. Ce sont, par exemple, les étudiants qui ne perçoivent pas leur aide au logement, car ils oublient de renvoyer un document à la Caisse des allocations familiales (Caf). Mais le non-recours, c'est également parfois un choix de la personne. Elle va réaliser un calcul coût/avantage et va finalement se dire qu'il y a beaucoup de démarches à faire pour au final peu de bénéfices. Ce débat, c'est celui de la pertinence de l'offre publique.
Mais dans la conjoncture économique peut-on raisonnablement dire : il faut réduire le non-recours aux droits sociaux, et donc dépenser davantage ?
Il faut comprendre une chose : si la fraude sociale coûte de l'argent, le non-recours aux droits également. Les non-dépenses sont des destructions de richesses. Elles constituent un manque à percevoir, non seulement pour les ménages, mais également pour les collectivités. C'est ce que l'on appelle dans notre jargon les "effets multiplicateurs". Si une famille reçoit moins d'allocations, elle consommera moins. Le problème se pose également pour les collectivités locales. Prenons l'exemple de l'aide personnalisée d'autonomie (Apa) : certaines personnes âgées, qui vivent seules chez elles, ont besoin de cette aide. Elles l'utilisent pour faire appel à des services d'aide à la personne. Cela crée des emplois qui génèrent eux-mêmes des cotisations pour les collectivités. D'où les destructions de richesses lorsque ces personnes ne recourent pas à leurs droits.
Vous affirmez dans vos recherches que le défi est aujourd'hui "de sortir du discours fabriqué par la droite sur la fraude sociale". Ce discours est-il responsable du non-recours aux prestations sociales ?
Il y a des propos stigmatisants d'une partie de la classe politique et de la société qui considère les prestations sociales comme de l'assistanat. Conséquence : il arrive que le citoyen lambda ne réclame pas les prestations auxquelles il a droit par peur d'une forme de "déclassement social". Notre approche est de dire : le non-recours aux droits sociaux contrebalance largement la fraude sociale. On ne peut pas évoquer l'un sans l'autre. D'après moi, les pouvoirs publics sont aujourd'hui prêts à examiner la question. Cela va permettre de définir le périmètre exact de notre politique sociale. De cerner les besoins de la population, de réduire certaines dépenses et d'en réorganiser d'autres. Les droits sociaux sont une source de bien-être pour la population. Rappelons que l'enjeu de ce débat n'est pas seulement financier. Il s'agit, par une politique publique efficace de lutte contre la fraude et de réduction du non-recours, d'améliorer les relations entre les différentes classes de la population. C'est une question de justice et de cohésion sociale.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?