sak ifé nout jordu ék nout demin

Momon papa lé la… mais en slip


Dans la presse
Mercredi 7 Décembre 2011

Il y avait en métropole "ta mère en short, chez Prisu". Depuis hier il y a : "Patrick Savatier en slip, chez Dindar". Et c'est "made in Réunion". Patrick Savatier devrait vite y mettre un "copyright", son slip va finir sur un t-shirt de Pardon et la phrase avec. Et ça urge, s'il ne veut pas avoir les boules.


Momon papa lé la… mais en slip
Les histoires sens dessus-dessous au Conseil général, ça commence à bien faire. Et même si Patrick Savatier a toutes les raisons du monde pour exposer en public, son dégoût de la politique, il aurait pu le faire avec classe. Et se faire le maillot. Et porter un slip plus classe. Comment pouvait-il espérer ainsi concurrencer la lingerie fine "griffée" d'une présidente ?

C'est vrai, Patrick Savatier s'est battu et se bat contre les violences intrafamiliales et la précarité. Il mouille son maillot. Devait-il pour autant se mettre en slip sur la place publique. Parce que sa demande subvention est passée de 190.000 € à 30.000 €, hier Patrick Savatier a commis l'irréparable : une violence faite à la décence et aux sous-vêtements masculins. Est-il autant dans le besoin qu'il en était prêt à brader ses bijoux de famille ?

Pour éviter toute surenchère, Patrick Savatier sans doute encore sens dessus-dessous, doit se reposer. Se mettre à l'arrêt. Pour éviter que les parties s'entrechoquent et que son comportement nuise à sa subvention départementale et à ses bourses. Et à celles de Momon papa lé la. Même avec un slip kangourou, ce n'est pas toujours dans la poche…




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Bayoune Raoul le 08/12/2011 05:56
Depuis 9 jours et nuit, des ex-employées de l’ARAST campent devant le Conseil pour avoir un rendez vous avec la Présidente, elles,, se sont des mères de famille réunionnaises, des petites gens méprisées par la coalition alimentaire de la collectivité. Lui, lo Momon papa lé la, un blanc qui se fout à poil a un rendez vous tout de suite dans la journée et ressort satisfait de son entretien avec la présidente. Imaginez un instant, que Mme Mimose ou une autre se serait dévêtue dans la cour du Conseil générale, ne pensez vous pas qu’elle aurait été immédiatement internée, ou embastillée pour trouble de l’ordre public et indécence - provocation ou incitation, ils auraient bien trouvé quelque chose pour interner leur victime. Là le seigneur grand chef blanc est reçu et content

2.Posté par MCB le 08/12/2011 13:39
"Une violence faite à la décence et aux sous-vêtements masculins".
En regardant la télé, ma grand-mère a eu un choc. Voir un homme exposer son anatomie devant les caméras, sans être arrêté pour outrage à la pudeur ou exhibition...?
De plus, elle pensait naïvement que seuls les mannequins étaient autorisés à poser en slip, qui plus est, démodé.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?