sak ifé nout jordu ék nout demin

Mgr Gilbert Aubry : "… Devenir éveilleurs de résurrection"


Dans la presse
Jeudi 5 Avril 2012

"Si Jésus de Nazareth n’avait pas été ressuscité, on n’aurait sans doute pas parlé de lui. Il n’y aurait pas de week-end pascal. Pour nous chrétiens, célébrer Pâques, c’est d’abord vivre le triduum pascal dans la grande semaine sainte. Le jeudi Jésus donne sa vie en nourriture jusqu’au bout de l’amour, le vendredi il meurt crucifié et le troisième jour il ressuscite".


Mgr Gilbert Aubry : "… Devenir éveilleurs de résurrection"
"Ressuscité, qu’est-ce à dire ? N’oublions pas que Jésus était réellement mort. Son cœur transpercé par la lance a laissé couler « du sang et de l’eau » (Jn 19, 34). Il a été mis au tombeau. Dans la puissance de Dieu, il est « re-vivant », toujours lui-même et pourtant différent.

Ses disciples le re-connaissent. Ils le connaissent d’une manière nouvelle. Il leur apparaît. Il leur parle. Il mange avec eux. Il les touche. Ils peuvent le toucher. C’est bien lui. Voilà la réalité qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer.

Jésus ressuscité prépare ses disciples à la mission. Il les envoie porter la Bonne Nouvelle. Il monte au ciel. Le souffle de l’Esprit se déploie. L’Evangile ensemence lentement l’humanité. Le fruit de la terre et du travail des hommes, les hommes et les femmes sont appelés à être trans- figurés par le Christ.

"Ceci est mon corps, ceci est mon sang". C’est dire de quel amour Jésus nous aime. Quel prix nous avons à ses yeux ! Chaque être humain a la même « valeur » que lui. Tout homme, toute femme est appelé à ressusciter un jour.

Mais que de conversions n’avons-nous pas à faire en nous-mêmes et avec les autres dans notre société réunionnaise ? Pensons déjà à nos situations personnelles, aux situations familiales marquées par la violence, aux drames dans l’Eglise, aux émeutes que notre île a connues, aux manipulations, aux jeunes sans travail, à notre manque de créativité, à notre peur de nous remettre en cause pour modifier nos comportements et inventer de nouveaux modes de vie.

Agissons là où nous sommes, dans les paroisses, les mouvements, les associations de quartiers. Réussir sa vie, cela n’est possible qu’en apprenant à vivre aussi les uns pour les autres comme le Christ ! « Si Dieu nous a tant aimés, nous devons nous aussi nous aimer les uns les autres » (1 Jn 4, 11).

Pour progresser, mettons au centre de nos pensées et de nos démarches « une spiritualité de la communion » : avoir le regard du cœur, être attentif aux joies et aux peines les uns des autres, être positif, donner sa place à l’autre. Le Christ ressuscité nous ouvre les uns aux autres. Avec lui, puissions-nous devenir des « éveilleurs de résurrection » les uns pour les autres ! Il est vraiment ressuscité. Alléluia !"

Triduum pascal 2012

Mgr Gilbert Aubry



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par N'a zarét ? le 05/04/2012 04:24
Si Jézu na zarét, fo fé atansyon kan ou manj…
"donner sa place à l’autre" depuis que je suis tout petit, sur les bancs du catéchisme, vous êtes toujours là !
Allez, Luya…

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?