sak ifé nout jordu ék nout demin

Les nouvelles technologies au service des herbiers


Citoyen
Mardi 21 Juillet 2015

Ebène, 20 juillet 2015 – La gestion des herbiers et collections botaniques passent de plus en plus par le maniement des nouvelles technologies. C’est ce qu’a démontré la Commission de l’océan Indien (COI) au travers d’un atelier de formation sur l’utilisation des nouvelles technologies au service de la préservation et de la valorisation de la biodiversité durant la première quinzaine de juillet à La Réunion.


16 gestionnaires d’herbiers et de collections botaniques venant des Comores, du Kenya, de Madagascar, de Maurice, des Seychelles et de La Réunion ont ainsi été sensibilisés au maniement du logiciel BRAHMS utilisé dans plus de 50 pays.
L’atelier a déjà commencé à porter ses fruits par :
- la constitution d’un réseau d’herbiers au niveau régional ;
- le développement des sites web des herbiers nationaux (en cours)
- l’édition d’un guide sur les orchidées de la région (en cours) ;
- la digitalisation de toutes les données des herbiers nationaux ;
- et l’édition d’autres guides en projet.

A termes, cette action du projet COI-Biodiversité permettra de :
- standardiser les données / informations des herbiers nationaux ;
- faciliter les échanges de données et informations sur les espèces végétales de la région ;
- faciliter les échanges de spécimens entre les herbiers ;
- faire connaître les richesses biologiques de la région ;
- avoir une meilleure visibilité sur les compétences et expertises disponibles au niveau régional.
Cet atelier de formation du projet COI-Biodiversité, financé par l’Union européenne (UE), a été organisé en partenariat avec l’Université de La Réunion, l’Université du Kwazulu Natal et l’Université d’Oxford.
Le projet COI-Biodiversité, financé par l’UE à hauteur de 15 millions €, a débuté ses activités en avril 2014. Il a pour objectif de promouvoir la gestion durable de la diversité biologique en conformité avec les Accords Multilatéraux Environnementaux (AME), pour le développement durable des pays bénéficiaires de la région Afrique australe et orientale – océan Indien (Comores, Kenya, Madagascar, Maurice, Seychelles et Tanzanie). La formation à destination des gestionnaires d’herbiers des pays de la région vise ainsi à améliorer la connaissance de l’état de la biodiversité, particulièrement riche, des pays de l’Indianocéanie et de l’Afrique orientale.
 

Généralement accompagnés d’autres données (photos, livres, cartes, collections vivantes…), les herbiers fournissent des éléments utiles à de nombreuses études, pour ne citer que la médecine par les plantes, l’écologie, le changement climatique, l’écologie, la science de l’évolution, la génétique, la science médico-légale et bien sûr la biodiversité.
L’île Maurice possède aujourd’hui l’herbier le plus ancien de la région. En effet, le « Colonial Herbarium » fut créé en 1830 par les botanistes Louis Bouton et Wenceslas Bojer. Maurice abrite également le plus ancien jardin botanique tropical dans le monde, le jardin botanique Sir Seewoosagur Ramgoolam anciennement connu sous le nom de jardin de Pamplemousses.

COI - Communication
 




      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 30 Novembre 2019 - 14:37 Saint-Paul : Y-a-t-il un pilote dans l'avion ?

Lundi 24 Juin 2019 - 12:12 Mensonges à la Chambre des Métiers