sak ifé nout jordu ék nout demin

La question politique du drapeau régional


Dans la presse
Dimanche 20 Octobre 2013

Le CRAN Réunion (Conseil Représentatif des Associations Noires) prend acte de la demande de Monsieur le conseiller général et Municipal Cyrille Hamilcaro que les Assemblées Locales de l’île notamment les Mairies et les Assemblées Régionales et Départementales statuent en faveur de la reconnaissance du drapeau régional à La Réunion.


La question politique du drapeau régional
Pour sa part, le CRAN Réunion accompagne cette réclamation et salue l’audace d’un élu réunionnais qui pose la question politique de l’existence des valeurs culturelles du peuple réunionnais dans le cadre de la mondialisation.

Un nombre de régions de France affiche fièrement leur emblème régional et cela converge à la nécessité  de la république française d’être en conformité avec les spécificités des territoires et des régions qui ont leurs particularismes historiques et culturels. Pour mémoire notre drapeau régional a été officialisé en 2003 par le président de l’association de vexillologie. Le concepteur du drapeau est un réunionnais originaire de la ville de Sainte-Rose, Monsieur Guy Pignolet qui n’est autre que l’ancien Président du Comité d’Education de la Fédération Internationale d’Astronautique.

A ce jour, 32 drapeaux régionaux/territoriaux existent sur le territoire national et ce n’est pas pour autant qu’on attribue à ces territoires un recul identitaire quelconque.

Par ailleurs, le drapeau régional réunionnais symbolise « l’arrivée des populations dans notre île », une terre d’accueil qui est le carrefour des continents avec un ancrage historique, et qui est majoritairement peuplée par des afro-malgaches, des tamouls, des asiatiques et des indo-musulmans. Ces différentes composantes se trouvent être la fondation même de l’identité réunionnaise.

En plus des interrogations de visibilité culturelle du peuple réunionnais, cette île se trouverait-elle victime de sa tolérance, dépossédée de son visage et obligée de vivre dans un confusionnisme culturel qui assiègerait le droit d’un peuple à l’égalité ?

Car c’est de cela qu’il s’agit, l’homme réunionnais n’a t-il pas le droit de savourer la  « matrice » de la république française ? A savoir Liberté, Egalité, Fraternité. Le réunionnais n’est t-il pas suffisamment « mature » d’esprit et d’expérience humaine pour différencier un slogan autonomiste, indépendantiste, nationaliste ou séparatiste ?  

Si le réunionnais est continuellement enfermé dans un mutisme culturel, alors notre île n’aura aucune maturité pour affronter les phénomènes de déplacement de populations, nous serons  ainsi incapables de faire face aux bouleversements culturels de la planète. L’officialisation du drapeau régional à La Réunion n’est pas un refus du « visage » de la France, mais l’acceptation du visage de la Réunion.

 Nous avons le devoir de préparer la génération future à l’essentiel : Forger son caractère « d’être » pour déconditionner sa peur d’homme. Le CRAN Réunion lance un appel aux Maires de la Réunion, aux Parlementaires, aux Exécutifs Régionaux et Départementaux afin qu’ils tranchent sur la question du drapeau régional à la Réunion.



Erick Murin, responsable du CRAN Réunion



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Croisier le 20/10/2013 22:03
Ce drapeau flotte devant la mairie du Portb[

2.Posté par Babou B''''Jalah le 21/10/2013 14:41
Le président, c'était moi. Et aujourd'hui encore, c'est avec fierté que je suis avec le plus grand intérêt l'histoire de ce drapeau, dont la naissance fut officialisée à Art Sénik en 2003. J'étais alors le président de l'Association réunionnaise de Vexillologie. Et ce drapeau, peut-être "le blason familial des Pignolet", avait été choisi par un jury divers et varié pour sa signifiance clairvoyante. pic volcanique accueillant une population de toutes les origines. Ce drapeau dit l'histoire réunionnaise. Non pas seulement l'histoire géologique de l'île. Ce pic rouge semble être une pyramide édifiée avec le sang de ceux qui ont fait l'île. les esclaves, les engagés, les salariés.

Aujourd'hui, d'autres drapeaux ont été proposés, dont celui du mouvement indépendantiste d'Aniel Boyer. Mais il faut croire que les réunionnais ont choisi. Lo Mavéli flotte même sur la place du Capitole, ou dans les rues de Paris, ou encore dans des manifestations sportives internationales. Les Réunionnais affirme ainsi leur lien avec une région de France, leur île natale, une terre métissée. Cependant, je ne crois pas qu'ils affichent une certaine appartenance à un parti indépendantiste. L'heure n'est pas encore à l'indépendance. Les Réunionnais ont peur de passer le cap.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?