sak ifé nout jordu ék nout demin

L’octroi de mer, colonie un jour, colonie toujours


Économie
Vendredi 8 Mai 2015

Les nouvelles de ce jour sur l’octroi-mer vont faire sourire certains, les uns seront ravis pendant que les autres vont crier. L’octroi de mer, taxes existants dans et à destination des territoires d’outre-mer est basé sur la taxation des produits importés sur ces territoires. Par conséquent, lorsque vous importez des produits, ces derniers sont soumis à taxation, plus il y a d’importation et plus cela est signe d’une économie qui se porte bien. Cette taxe a un très haut rendement, mais malheureusement, sont montant est dépendant de la conjoncture économique.


Octroi de mer : Hérésie économique

L’octroi de mer est un aveu d’échec de notre gouvernement. Un aveu d’échec à sa capacité de nous fournir les dotations d’État. En effet traditionnellement c’est l’État qui abonde les finances des collectivités territoriales via des dotations puisque les collectivités territoriales sont une décentralisation de la compétence de l’État.  L’incapacité actuelle du gouvernement conduit les territoires ultramarins à subir l’octroi-mer, l’État devrait nous fournir les dotations nécessaires au fonctionnement, mais non il laisse l’octroi-mer financer. Par conséquent, l’État s’est donc littéralement déchargé de sa responsabilité de garant de financement des collectivités alors même qu’elle transfère plus de compétence, mais jamais sans les moyens.

Une irresponsabilité qui s’accroit au regard du fait que les dépenses des collectivités d’outre-mer sont bien plus élevées qu’ailleurs tout comme les besoins d’équipements et surtout le besoin de développement du territoire. La dotation de l’État ne couvre donc pas les enjeux du développement économique. Pour exemple, la dotation générale de fonctionnement représente 38€ par habitant pour les régions d’outre-mer à la place des 83€ par habitant en France métropolitaine (confère rapport du Sénateur Georges PATIENT sur les pistes de réformes des finances des collectivités locales).

Il faut rajouter que malgré le contexte que nous connaissons tous, le premier ministre, soutenu par un hollandinisme ridicule, a demandé une économie de plus de 11 milliards d’euro pour les collectivités territoriales. Ce qui se fera par une diminution de la dotation générale de fonctionnement. Si l’octroi de mer a un fort rendement, elle n’est nullement facteur de dynamisme économique. Bien au contraire, il est tout à fait anormal de voir un produit importé moins cher que celui de La Réunion. Malheureusement parfois l’achat sur internet avec livraison Réunion coûte moins cher que l’achat en local, dont les produits sont parfois soumis à l’octroi de mer. L’économie locale ne se trouve pas améliorée,

D’une part Hollande et ces comparses, ne font rien pour améliorer la situation, il cherche des solutions, mais apportent des problèmes. Et d'autre part, ce sont les Réunionnais qui payent la facture du désengagement de l’État. C’est ça le changement maintenant, c’est ça le hollandinisme.


Économiste un jour, économie toujours

Christophe



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Emilien BOYER le 09/05/2015 11:40
Pardi!L'affaire est juteuse et intéressante à deux niveaux. L'Etat se désengage, le consommateur (le citoyen) trinque. Les collectivités locales ne courent pas après sa suppression, elles abondent leurs budgets, le citoyen trinque encore.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 30 Novembre 2019 - 14:02 La Réunion gagnera par sa jeunesse