sak ifé nout jordu ék nout demin

Jean-Jacques Grondin : "L'UFR se trompe de combat"


Dans la presse
Samedi 21 Avril 2012


Jean-Jacques Grondin : "L'UFR se trompe de combat"
Une communication très surprenante de l'UFR est apparue dans la presse cette semaine suite à la parution d'un article sur l'image des politiques dans un média spécialisé. L'association qui à la base lutte contre les violences faites aux femmes, s'engage pour l'émancipation de la femme et la parité, se retrouve donc mis au devant de la scène pour défendre l'image d'Huguette Bello quelque peu égratignée dans l'article en question.

De quoi s'agit-il ? La revue fait parler des professionnels de la com pour analyser l'image des politiques de la Reunion. Un certain nombre sont passés au crible, hommes comme femmes. Les éléments sont parfois positifs, parfois négatifs, et ceci que ce soit un homme politique ou une femme politique. Bien sur l'analyse ne se fonde sur aucune discrimination entre l'homme et la femme, juste sur l'image que renvoi les politiques cités.

Il est vrai que l'analyse faite sur Huguette Bello est plus qu'objective. Elle dévoile son visage de femme autoritaire et contestataire. Visiblement cela n'a pas plu à l'élue de St Paul, qui au lieu de faire intervenir son service de presse déclenche une communication en défense par l'UFR, ce qui n'a vraiment rien à voir avec le sujet.

Cela démontre que l'UFR est instrumentalisée au seul profit de Huguette Bello. Pire encore, au même moment intervient un drame humain lié aux violences faites contre les femmes, où une femme meurt sous les coups de son compagnon. Pas une réaction de l'UFR ni d'Huguette Bello qui est restée ce jour là obsédée et surement très en colère contre ce média qui a osé la juger sous un angle qu'elle n'apprécie pas.

Cela démontre enfin qu'en tant que politique elle ne supporte ni la critique ni la contestation par rapport à sa seule parole unique.

Et oui les pros de la com l'ont bien cernée, c'est elle Huguette Bello".


JJ Grondin



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Libre-politiquement le 21/04/2012 08:13
Les pros de la com, comme tous les gens qui réfléchissent par eux-mêmes ont bien sûr cerné le véritable personnage de Bello. Personne n'a oublié le visage lissé à l'extrême qui lui donnait un petit air de madone sur sa carte postale-politique diffusée lors de la campagne des dernières municipales Saint-Pauloises.

La question est alors, pourquoi les médias adulent-ils toujours ce personnage ?
"Ils sont sous son charme", s'auto-clament-ils en cœur !

Comment un personnage aussi improbable peut-elle charmer les médias ?
Qu'est-ce qu'il y a derrière le mot charme, quelles en sont les ficelles de ce système ?

Peut-être que c'est en s'entourant de journalistes débauchés ou à la retraite qui gardent un contact et une relation indéfectible avec la profession en l'alimentant de ce dont ils ont le plus besoin, d'articles prêt à l'emploi (textes et photos) expédiés sous la forme de "communiqué" et souvent diffusés sous la forme d'articles au mieux non signés !
Complété par un budget communication conséquent pour fêtes, commémorations, kabars et autres sauteries municipales…

Le capital sympathie qu'elle avait venant des actions de l'UFR, défense médiatisée de certaines femmes, action coups de ciseaux dans un magasin…, avant de mettre réellement les mains dans le cambouis de la politique de terrain, est en baisse.
Ce système qui était valable au siècle dernier, il fonctionne moins bien avec l'arrivée des nouvelles technologies de l'information, de l'ère des blogs, des réseaux sociaux qui montrent l'érosion de son capital de sympathie si patiemment engrangé. Alors dans un sursaut, elle reprends sa cape de super UFR.

Elle espère avoir suffisamment de suffrages pour être réélue, il n'y a que ça qui compte, comme pour Sarkozy aujourd'hui…

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?