sak ifé nout jordu ék nout demin

Info Plus du mardi 29 mai 2012


INFO PLUS
Mardi 29 Mai 2012


Info Plus du mardi 29 mai 2012
info_plus_du_29_mai_2012.mp3 Info Plus du 29 mai 2012.mp3  (2.1 Mo)

Bonjour à tous !

Cumul des mandats : Monique Orphé et Ericka Bareigts montrent la voie

Monique Orphé, candidate dans la sixième circonscription, l'a annoncé hier : elle démissionnera de ses autres mandats politiques, si elle est élue députée. Pareil pour Ericka Bareigts, candidate dans la première circonscription.

Quelle sera la position des deux députés sortants socialistes, Jean-Claude Fruteau, maire de St-Benoît, et Patrick Lebreton, maire de St-Joseph ? Vont-ils adopter la même attitude ?
La fin du cumul des mandats pour les sénateurs et députés, c'est une des promesses de l'ex-candidat socialiste à la présidentielle. Je cite François Hollande : "Une ou un parlementaire est une ou un élu(e) national(e), pas local(e). Fin de citation.

Ainsi à partir de 2014, un(e) député(e) ou un(e) sénateur(trice) ne pourra plus cumuler sa fonction parlementaire et une présidence d'exécutif local (que ce soit maire , membre de la Civis ou la Cinor, Conseil régional et Conseil général) ou la participation à un exécutif (vice-président, maire adjoint).

François Hollande pose ainsi les premiers jalons de sa réforme territoriale.
Michel Fontaine, sénateur-maire de Saint-Pierre, et président de la Civis, est sans doute le premier concerné par la volonté de François Hollande, président de la République d'instaurer "une loi limitant le cumul des mandats".

Cet engagement, l'ex-candidat socialiste l'avait pris dès septembre 2011. "L'engagement que je prends, c'est qu'au lendemain de notre victoire de 2012, je ferai voter, une loi prohibant le cumul des mandats et cette loi sera d'application en 2014".

A La Réunion, deux sénateurs, Michel Fontaine et Paul Vergès, et les sept députés qui seront élus le 17 juin prochain, entreront dans le cadre de cette loi de non-cumul de mandats.

Si Paul Vergès devra abandonner son siège de conseiller régional, Michel Fontaine, s'il décide de rester sénateur, devra abandonner son fauteuil de maire de Saint-Pierre, et la présidence de la Civis en 2014. Le choix ne sera pas simple.

Ce le sera sans doute encore moins pour les candidats aux Législatives, des candidats qui pour la plupart a déjà un mandat, et postuleront pour un grand nombre aux Municipales de 2014.

Prenons quelques exemples circonscription par circonscription

Première circonscription
- Nassimah Dindar, présidente du Conseil général ;

Deuxième circonscription
- Huguette Bello, députée sortante et maire de Saint-Paul ;
- Jean-Yves Langenier, maire du Port et président du TCO ;

Troisième circonscription
- Paulet Payet, conseiller régional et maire du Tampon ;
- André Thien-Ah-Koon conseillers général et régional ;

Quatrième circonscription
- Patrick Lebreton, député sortant et maire de Saint-Joseph ;

Cinquième circonscription
- Jean-Claude Fruteau, député sortant et maire de Saint-Benoît ;
- Eric Fruteau, maire et conseiller général de Saint-André et président de la Cirest ;
- Stéphane Fouassin, maire et conseiller général de Salazie ;

Sixième circonscription
- Maurice Gironcel, maire de Sainte-Suzanne et président de la Cinor ;
- Jean-Louis Lagourgue, maire de Sainte-Marie et premier vice-président du Conseil régional ;

Septième circonscription
- Thierry Robert, maire et conseiller général de Saint-Leu ;
- Jean-Claude Lacouture, maire et conseiller général de l'Etang-Salé ;

En 2014, c'est sûr, il y aura des pleurs, des cris et des grincements de dents. Tant mieux pour la démocratie et la population. A demain




      Partager Partager

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Septembre 2013 - 01:00 Des Réunionnais encore victimes d'arnaques sur le net