sak ifé nout jordu ék nout demin

Henri Hippolyte, le politique poursuit l'action sociale du militant et du bénévole associatif


Dans la presse
Lundi 22 Avril 2013

L'enfant des HLM "pétrole" construit pierre par pierre, le chemin de sa vie. Avec simplicité et humilité. Avec abnégation et persévérance. Avec détermination. Et une discrétion indicible. Son énergie, les obstacles que la vie. L'adjoint au maire à la vie associative et aux finances, se dépense sans compter pour Le Port. Et le conseiller général à l'Action sociale et à la solidarité, rêve de l'économie sociale et solidaire pour son île…


Henri Hippolyte, le politique poursuit l'action sociale du militant et du bénévole associatif
Henri Hippolyte a la culture de la lutte. "Notre famille vivait dans ce qu'on appelait à l'époque, les immeubles pétrole. Il n'y avait pas d'électricité voire d'eau courante dans ces HLM". Et quand il y avait l'eau courante, il y avait aussi les remontées d'eau usée et les inondations dans l'appartement familial. "On passait des soirées à éponger, à nettoyer et à faire disparaître les mauvaises odeurs". Sans trop se plaindre.

C'est au travers d'une Amicale des locataires que le jeune adulte découvre alors le bénévolat et le militantisme. Se mettre au service des autres. "Comme c'est encore le cas des habitations individuelles ou collectives, aujourd'hui, l'objectif est le même : attirer l'attention des bailleurs sur l'état de l'immobilier mis en location. Il y a des familles modestes qui vivent dans des conditions extrêmes. C'est vrai dans toutes les communes de La Réunion".

Défenseur et promoteur de la culture "à l'Atelier portois avec Alain Séraphine, au Village Titan, à Pipangaï ou à l'école des Beaux arts", Henri Hippolyte a gravi les échelons du savoir et du savoir-faire au service des autres. "J'ai été simple adhérent, trésorier, président, salarié. J'ai appris à gérer une structure associative". Sa route l'a conduit à la politique. En 2008, il devient adjoint à la mairie du Port. "La politique n'est pas une fin en soi. C'est disposer de plus de moyens pour avancer".

Elu conseiller général en 2011, l'adjoint au maire à la vie associative et aux finances, a hérité de l'Action sociale et de la solidarité. "C'est un autre niveau de décision, et aussi une autre opportunité. Une association exécute les tâches publiques. La politique permet de mieux imposer la structure associative dans sa dimension entrepreneuriale. Il y a là une alternative à l'économie sociale et solidaire. L'argent public ne doit plus être investi à fonds perdu".

Henri Hippolyte défend aussi sa "vision communiste de la politique. Nous devons aider les gens, à les aider soi-même, à s'émanciper, à devenir autonome et indépendant…"




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par TEGO le 11/02/2013 12:23
C'est fou les communistes , tel que Henri Hippolyte PCR embrasse le mot " indépendant…" , c'est une religion !

2.Posté par avec aide du pcr le 12/02/2013 20:48
si ce n'était pas le pcr tu n'étais rien, clientélisme au port et famille....alors que d'autres na besoin

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?