sak ifé nout jordu ék nout demin

Français bloqués au Quatar : "J'ai du prendre un kayak et partir au large"


Dans la presse
Jeudi 29 Août 2013

Au Qatar, au moins quatre Français sont privés de visa de sortie pour ne pas avoir cédé leur entreprise. Ils en appellent aux autorités françaises pour les aider à quitter le territoire. L'un d'eux témoigne sur RMC.


Français bloqués au Quatar : "J'ai du prendre un kayak et partir au large"
Ils sont bloqués, pour certains d’entre eux, depuis plusieurs années : quatre Français retenus au Qatar faute de visa de sortie lancent un appel à l’aide.
Ces hommes ont en effet monté des business au Qatar et se voient aujourd’hui soumis à un chantage : le Qatar veut qu’ils donnent toutes les parts de leurs entreprises, sans contrepartie, pour obtenir leur visa de sortie du territoire.Les femmes de ces quatre Français, ainsi que leur avocat Maître Berton, demandent aux autorités d’intervenir. L’un d’eux, Jean-Pierre, a témoigné en exclusivité chez les Grandes gueules sur RMC.


« Je suis parti au large, en kayak... »
« Une fois que mon entreprise a marché, quelqu’un est venu me voir en me disant bravo pour la progression de la société, je souhaite récupérer la société pour l’intégrer dans mon groupe. On la récupère gratuitement parce qu’elle nous appartient. J’ai refusé, on m’a privé de visa de sortie », raconte Jean-Pierre. Aujourd’hui, il n’a plus rien, ni société, ni visa, ni même papiers, et il est prêt à tout pour partir. « Au bout de deux ans sans revenus, sans voir ma famille, sans pouvoir sortir, j’étais désespéré. Pas d'autre choix que d'acheter un kayak à Go Sport et je suis parti au large, à contrecourant, de nuit. Au bout de quelques heures, la tempête s’est levée, le bateau s’est fracassé, je suis resté accroché au caisson flottant pendant des heures jusqu’à ce qu’un bateau de pêche me repère et me ramène sur les plages du Bahreïn ».

« Le Consulat m'a remis aux autorités »
Mais le calvaire ne s’arrête pas là, car les autorités françaises n’ont alors pas souhaité l’aider. « J’ai pris le premier taxi pour aller au Consulat de France et demander une lettre de sortie de territoire. Le consul m’a dit qu’il ne pourrait pas la faire, il a demandé à l’ambassadeur de m’accompagner à l’aéroport et demander de me laisser passer. A 2h moins le quart du matin, on me dit que c’est trop compliqué. Ils m’ont remis aux autorités bahreinis, qui m’ont remis aux mains du Qatar, j’ai fait 17 jours de prison ». Aujourd’hui, Jean-Pierre remercie le consul, « qui est venu me voir en prison » et l'accompagne moralement, mais en veut à l’ambassadeur. Sans revenus, il survit grâce à ses livres. « Je suis dans une chambre d’hôtel louée au nom d’un ami, car je n’ai plus de papiers, je ne peux plus rien faire ».

« Hillary Clinton est venue chercher un américain ! »
Difficile de savoir ce qui l’attend, mais Jean-Pierre ne se fait pas d’illusion. « J’ai fait appel de la condamnation de 6 mois de prison pour être sorti illégalement du Qatar. Le 18 septembre, ce sera confirmé, la justice qatarie est une vaste plaisanterie ». L’entrepreneur en appelle donc à la France, et donne l’exemple américain : « Hillary Clinton est venue chercher un américain, elle l’a mis dans son jet diplomatique, elle l’a ramené aux Etats-Unis sans rien demander à personne. Peut-être faut-il être une femme pour être aussi couillue », conclue-t-il.

M. Chaillot avec Les Grandes Gueules

Cet article provient du site : RMC
Français bloqués au Quatar : "J'ai du prendre un kayak et partir au large"

INFO REUNION



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?