sak ifé nout jordu ék nout demin

Egypte, Tunisie, Turquie… « Tuez-les tous! Dieu reconnaîtra les siens »*


Édito
Dimanche 18 Août 2013

On tue, on massacre au non d'Allah. Ils n'ont à la bouche que le nom de dieu et se comportent comme des démons. Les guerres de religion en France n'ont pas été plus reluisantes. Il faut dire que la Bible comme le Coran, c'est l'auberge espagnole, on y dit à peu près tout et son contraire. Qui le veut, trouve la légitimation du crime ou comme sa condamnation, la tolérance ou l'intolérance religieuse…


Egypte, Tunisie, Turquie… « Tuez-les tous! Dieu reconnaîtra les siens »*
C'est cette multiplicité de lectures possibles qui a engendré un foisonnement d'interprétations et de courants religieux, chacun se réclamant du vrai dieu et de la vraie croyance. La barbarie s'est emparée des écrits les plus radicaux, tandis que la civilisation ne retenait des écritures que ses aspects humanistes.
Mais on le sait bien, depuis toujours, la religion est instrumentalisée à des fins politiques.
 
Il en de même aujourd'hui. On s'étripe joyeusement, la conscience tranquille puisque c'est au nom d'Allah. Les chiites, contre les sunnites, les salafistes contre tout le monde… L'Iran chiite contre les sunnites des pétromonarchies du golfe… 
 
Et nous, et la France? Nous sommes tétanisés par le besoin d'énergie et d'or noir. Nous laissons faire les plus extrémistes des islamistes dans notre pays pour ne pas exciter les rois du pétrole. Pour les amadouer, on compose avec le voile, les prières de rue, la nourriture hallal pour tous… mais ces arrangements ne sont pas compris comme une volonté d'apaisement et de modération par l'islam politique, mais comme des aveux de faiblesse. 
 
On peut cracher sur le Christ, mais pas sur Mahomet, plaisanter à l'infini sur le Dieu des chrétiens, mais jamais sur le compte d'Allah. L'autocensure et la terreur gagnent les esprits.
Qu'avons-nous à gagner ou à perdre dans les évènements du Moyen-Orient? 
Rien. 
 
*En 1209, Arnaud Almaric s’apprête à lancer l’assaut contre une ville hérétique. Ses soldats lui demandent comment faire pour reconnaître les bons des mauvais chrétiens? Selon la légende, Arnaud aurait répondu : « Tuez-les tous! Dieu reconnaîtra les siens. »

Jasmin du Monde



      Partager Partager

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 18 Juillet 2015 - 06:31 La Région et le très haut débit