sak ifé nout jordu ék nout demin

Didier Robert demande à l'Etat le même quota de contrats aidés qu'en 2012


Dans la presse
Vendredi 22 Février 2013

"La situation économique et sociale extrêmement tendue qui s’est traduite malheureusement ces derniers jours par des violences de rue exige, plus que jamais, solidarité et cohérence de la part de tous les acteurs".


Didier Robert demande à l'Etat le même quota de contrats aidés qu'en 2012
"Les accusations et les rejets de responsabilités, les contre vérité énoncées sont des éléments aggravants de la situation qui n’honorent pas leurs auteurs.

Chacun doit œuvrer activement et en responsabilité dans les domaines qui le concerne.
                              
Depuis 2010, la Région compte parmi les collectivités qui prennent une part très importante et sans précédent pour soutenir les familles réunionnaises, soutenir l’activité économique et l’emploi.

- Les « Grands Chantiers Régionaux » avec notamment la Nouvelle Route du Littoral et la modernisation des aéroports de Roland Garros et de Pierrefonds ;
- Un soutien ciblé et sans précédent aux filières porteuses d’avenir comme le tourisme,  le numérique, les énergies nouvelles ou les secteurs de l’agro industrie…
- Un soutien déterminé à la commande publique à travers notamment le Plan de Relance  Régional (300 millions d’euros pour soutenir l’emploi) ;
- Un soutien exceptionnel aux Réunionnais en contribuant à une baisse du carburant et du gaz en 2012.
- Un soutien aux familles et à la mobilité grâce au dispositif de la continuité territoriale qui a permis à près de 200 000 Réunionnais de se rendre en métropole ;
- Un soutien à la construction de logements : 14 millions qui ont permis la construction de plus de 1600 logements supplémentaires pour un total de 4900 logements
- Un soutien à la jeunesse dans le domaine de la formation et de l’apprentissage avec l’élaboration, en concertation pleine et entière du monde de l’entreprise et de la formation. L’adoption d’un nouveau plan régional de formation pour accompagner plus et mieux les jeunes vers une qualification et une intégration professionnelle.

Ce sont là, parmi d’autres, quelques unes des interventions fortes engagées par la Région depuis maintenant trois ans souvent dans l’adversité et hors champs de compétence et sans compensation financière.

Le rôle de la Région est délibérément renforcé depuis 2010. Et les décisions que nous prenons, au-delà de nos champs traditionnels de compétence sont mis en œuvre dans le seul intérêt du développement de La Réunion et de l’accompagnement des Réunionnais.

Dans le même temps, nous considérons aussi qu’il est de notre responsabilité de répondre aux difficultés quotidiennes auxquelles sont confrontées beaucoup trop de Réunionnais, notamment parmi les plus jeunes.

C’est la raison pour laquelle la Région a décidé depuis 2010 de renforcer le dispositif des emplois aidés à travers les emplois verts notamment.
Sur la seule année 2012, la Région a consacré 27 millions d’euros pour les emplois aidés au bénéfice de 2268 postes sur 134 chantiers (embellissement, valorisation de sites touristiques…) dont un effort supplémentaire de 7 millions d’euros.

Pour 2013, notre objectif est de maintenir l’ensemble des chantiers. A ce titre, la commission sectorielle programmée ce 28 février aura à valider le renouvellement de 510 postes (sur un total de 750 disponible pour le premier semestre – suite à la notification reçue le premier février de la part de la préfecture du quota de contrats aidés affectés à la Région).  

L’implication de la Région dans ce dossier est totale. Tout le quota attribué sera entièrement mobilisé. Cependant nous dénonçons une fois encore la diminution du nombre de contrats aidés par rapport au premier semestre 2012  qui met en péril le maintien des chantiers engagés et soutenus par la Région.

S’agissant enfin des emplois d’avenir, c’est un dispositif à ce jour  inadapté au contexte local et national. Le débat n’est ni politique ni philosophique. Au bout de 4 mois de mise en oeuvre seul 4600 emplois d’avenir ont été signés pour toute la France y compris l’Outre Mer sur un objectif total de 150 000 contrats promis par le Gouvernement. Ces chiffres sont révélateurs des difficultés rencontrées par l’Etat dans la mise en oeuvre de ce dispositif.

A La Réunion, sur 5000 Emplois d’Avenir uniquement 104 contrats ont été signés.
Pour la Guadeloupe et la Guyane, la presse fait état de d’une cinquantaine de contrats signés (20 Guadeloupe, 30 Guyane).

Un échec aussi largement imputable au coût du dispositif. Les collectivités locales déjà fortement contraintes par une baisse des dotations de l’Etat ne peuvent en effet pas assurer le co-financement (un CAE-CUI non marchand coute 5.232 euros/an/personne, un contrat d’avenir coute 7.590 euros /an/personne)

Nous demandons à l’Etat :
- le rétablissement des quotas de contrats aidés CUI-CAE non marchands pour 2013 identique à celui de 2012.
- L’ouverture d’une véritable concertation sur le dispositif Emplois D’Avenir avec pour objectif l’alignement de la participation de l’Etat dans les mêmes proportions que les emplois aidés CUI_CAE  non marchands".

Communication Région Réunion



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Jako le 22/02/2013 06:14
Oui la réussite du projet Réunionnais passe par la réussite économique…
Il faut aussi organiser aussi la réussite de l'Homme Réunionnais dans sa reconnaissance…
Il ne peut se résumer à être un travailleur…
Ne le laisse pas tomber dans les pièges à la Niquaise !

2.Posté par TEGO le 22/02/2013 07:06
TEGO a lu ce passage suivant dans un journal local , le 21 Fév. : Mais force est de constater que les mesures présentées pour 2013 sont une décision prise sans y avoir associer les collectivités. Quels sont en effet les élus réunionnais qui ont participé à un processus qui aboutit à une diminution des emplois aidés et leur remplacement par un autre type de contrat ?
Ce qui veut dire que ces mesures de traitement social du chômage ont été décidées unilatéralement. Voilà qui contredit la lettre adressée en octobre 2011 par François Hollande . Le futur président de la République avait annoncé « une nouvelle relation avec les territoires d’Outre-mer » : « rien ne se décidera plus de manière unilatérale ».
Le moment est arrivé de mettre en pratique cet engagement qui est à l’origine des 71% obtenus à la présidentielle.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?