sak ifé nout jordu ék nout demin

"Dans "changement", c'est la dernière syllabe qui compte"


Dans la presse
Lundi 13 Août 2012


"Dans "changement", c'est la dernière syllabe qui compte"
Il est parfois intéressant et instructif de revenir sur les engagements de campagne des politiques une fois élus. Ainsi la récente polémique sur la rentrée scolaire que 23 maires vont devoir reporter m’a incitée à me replonger dans le journal de campagne de Ericka Bareigts.

J’aurais sans aucun doute pu le faire pour d’autres, mais habitant St Denis,  je m’intéresse particulièrement à notre récente députée que l’on a vu récemment faire du shopping à Paris pendant que des Réunionnais attendent désespérément un travail. Bref…

Je lis donc parmi ses engagements, que tous les Dionysiens ont reçus dans leur boîte aux lettres : "L’éducation et la qualité de l’enseignement pour nos jeunes sont des sujets qui me tiennent particulièrement à cœur. (…) Comment ne pas se révolter face à la politique destructive qui a été menée pendant 5 ans par le président sortant ? À nous d’ammener (sic) le changement, et de replacer l’éducation à sa juste place !".

Elle nous disait aussi retrouver "dans le discours de François Hollande les mots et les idées qui remettent au goût du jour l’espoir et la main tendue vers la génération de nos enfants…". "Parmi les tâches qui m’attendent, je serai fière d’être la porte-parole de cette jeunesse réunionnaise à l’Assemblée Nationale », affirmait-elle encore.

Faut-il en rire ou en pleurer ? Le chômage n’a jamais été aussi important à La Réunion, des jeunes et des moins jeunes réclament un travail pour ne pas tomber dans la désespérance, et pendant ce temps. Quelle est la réponse à cette urgence sociale ?

Des emplois en moins. Si ce n’est pas la même "politique destructive" que celle du gouvernement précédent, ça y ressemble quand même fortement, non ? Et ce, avec le silence complice de notre soi-disant « porte-parole », qui avait affirmé, main sur le cœur, qu’elle ne serait pas une députée "béni oui oui".

On voit le résultat. Et en réalité, dans le mot changement vu par Ericka Bareigts, tout laisse à penser que c’est la dernière syllabe la plus importante.

Joséphine Cadet



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Les soldes le 13/08/2012 05:52
En tous cas pour Erika le problème de la distance avec son île ne pose pas de problème… Elle va y faire du shopping à Paris…
Après chaque élection, ce sont les mêmes refrains, ils ne tiennent pas leurs promesses… C'est avant d'aller voter qu'il faut peser ce qui est faisable…

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?