sak ifé nout jordu ék nout demin

Communiqué de Jean-Jacques Vlody : Foyer de Terre Rouge


Économie
Jeudi 12 Décembre 2013

Foyer de Terre Rouge : Jean Jacques Vlody rappelle qu’il est de son devoir d’élu de répondre à la souffrance du chômage en transmettant les candidatures des Tamponnais qui le sollicitent


Suite à son audition le 4 novembre dernier par le juge en charge de l’affaire du Foyer de Terre Rouge, Jean Jacques Vlody rappelle qu’il est de son devoir de répondre à la souffrance du chômage en transmettant aux organismes recruteurs les candidatures des Tamponnais qui le sollicitent.
 
 
Jean Jacques Vlody précise que la quasi-totalité des Tamponnais reçus lors de ses réceptions publiques sont des personnes à la recherche d’un emploi. Avec plus de 12 000 chômeurs dans la commune, la population du Tampon attend de ses élus des solutions concrètes. Par conséquent, Jean Jacques Vlody estime qu’en plus de l’écoute, la transmission des candidatures à tout organisme employeur, est un devoir que chaque élu se doit de remplir.
 
Jean Jacques Vlody souligne que la totalité de ces recommandations ont été faites systématiquement sans distinction quant à l’opinion politique des candidats. Ainsi, parmi ces candidatures se trouvent une majorité de personnes qui n’ont jamais été engagées politiquement.
 
Concernant les candidatures de personnes partageant ses opinions politiques  qui ont été transmises, Jean Jacques Vlody considère que ce qui est un devoir envers ceux qui souffrent du chômage, l’est aussi envers des citoyens engagés qui connaissent la même situation et que l’engagement politique ne supprime pas de droits.  
 
Par conséquent, en raison du caractère systématique des transmissions de candidatures, Jean Jacques Vlody récuse catégoriquement toute forme de complicité de discrimination pour raison politique. 
 
Pour rappel : Il est reproché à Jean Jacques Vlody de s’être rendu complice du délit de discrimination en raison des opinions politiques en ce qui concerne la transmission certaines candidatures. Les faits remontent à 2008-2009 pour lesquels une première audition avait eu lieu 5 mois avant les élections cantonales de 2011 et une seconde à 4 mois des municipales de 2014.
 

Jean Jacques VLODY



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Papang le 12/12/2013 06:42 (depuis mobile)
Donc si on ne vote pas pour lui: pas de boulot!! Vive la démocratie!!

2.Posté par leny le 12/12/2013 07:05 (depuis mobile)
Pour répondre à l'' urgence sociale, combien. D''

Pour répondre à l'' urgence sociale, combien de contrats. Aviez vous mis fin
Afin de les remplacé par ceux de vos proche ami du progrès du tampon.


3.Posté par doudoul97430 le 12/12/2013 10:46
L'aveu...

Interrogé sur cette affaire par Télé Réunion dans le journal télévisé du mercredi 11 décembre à 12 heures, Jean Jacques Vlody a déclaré:

"« Dans une situation de l’emploi extrêmement difficile à la Réunion, et en particulier au Tampon, je reçois dans ma permanence des gens de tous bords sans leur poser la question de leur appartenance politique et je recommande effectivement des candidatures sur des postes susceptibles d’être vacants ou disponibles par tout ceux qui pourraient être des employeurs.

Ca ne concerne pas que le conseil général. Ca concerne aussi des entreprises, des chambres consulaires etc.
Il se trouve que dans ce dossier, certaines personnes ont été retenues sur ces fonctions et parmi ces personnes, quelques unes sont effectivement des personnes qui sont engagées à mes côtés.

Eh bien je reconnais effectivement d’avoir fait des transmissions de candidatures pour tout le monde. Si des personnes sont engagées à mes cotés, elles n’ont pas plus, ni moins de droits que les autres. »

Une simple petite phrase qui sonne comme un aveu...






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 30 Août 2020 - 09:32 Où sont les boulettes mauriciennes ?

Samedi 30 Novembre 2019 - 14:02 La Réunion gagnera par sa jeunesse