sak ifé nout jordu ék nout demin

Bras de fer au sein du PS, certains parlementaires veulent continuer à cumuler les mandats


Dans la presse
Mercredi 29 Août 2012

Que vont faire les députés-maires de Saint-Benoît et Saint-Joseph, Jean-Claude Fruteau et Patrick Lebreton, et tous les autres parlementaires socialistes également maire, adjoint, président ou vice-président d'un exécutif local à la fin du mois de septembre ? Tous ont pris l'engagement de respecter le non-cumul des mandats. Ils sont plusieurs à ne plus vouloir à démissionner de leur fonction élective locale.


Bras de fer au sein du PS, certains parlementaires veulent continuer à cumuler les mandats
C'est sans aucun doute le premier bras de fer que Matignon et l'Elysée vont livrer à une partie des parlementaires socialistes qui ne veulent pas "respecter l'un des 60 engagements présidentiels : démissionner de leur mandat exécutif local. La protestation jusqu'ici silencieuse, a trouvé une porte-voix en la personne du sénateur-maire de Dijon. François Rebsamen demande au gouvernement de ne pas respecter cette promesse présidentielle. A La Réunion, Seuls Jean-Claude Fruteau, député-maire de Saint-Benoît, et Patrick Lebreton, député-maire de Saint-Joseph, sont encore concernés par ce cumul des mandats.

Alors que dimanche dernier à l'Université d'été socialiste à La Rochelle, la première secrétaire nationale du PS, Martine Aubry, a rappelé à ceux qui ne veulent pas respecter "l'un des 60 engagements pris par le PS et François Hollande lors de la campagne de la Présidentielles, "qu'ils ont signé une lettre par laquelle ils se sont engagés de démissionner de leur mandat local à la fin du mois de septembre". Lundi, invité du JT de France 2, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, a rappelé "qu'il n'y aura pas de débat sur ce sujet et qu'il y aura une loi", applicable à partir de 2014.

La situation se complique donc un peu plus au sein du PS. Eprouvé par des chiffres inédits (forte hausse) du chômage, une situation économique proche de la récession, des relations difficiles avec les Verts sur le nucléaire et les Roms, et un président de la République et un Premier ministre en chute dans les sondages, l'Elysée, Matignon et le PS auraient sans doute préféré se passer de cette nouvelle polémique.

Trop tard. Car, cette seule polémique suffit à elle seule à noircir le tableau rose des socialistes, eux souvent prompt à donner des leçons à la Droite sur le partage et l'équilibre des pouvoirs, la parité, et les valeurs progressistes, voilà que parmi eux, certains veulent cumuler les mandats et les indemnités, et ne pas respecter une promesse présidentielle...




      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par pascal le 03/09/2012 20:52
Ils sont en train de voir qui pourrait les remplacer tout en etant sur de pouvoir tenir les rennes aux conseil ET surtout pouvoir repprendre le meme SIEGE !!!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Avril 2016 - 07:43 ​DROIT DE RÉPONSE

Mardi 3 Février 2015 - 19:14 La première d'après qui ?