sak ifé nout jordu ék nout demin

Atelier régional sur les espèces marines envahissantes


Citoyen
Samedi 25 Juillet 2015

Les espèces marines envahissantes sont considérées comme l’une des quatre plus importantes menaces pesant sur les écosystèmes marins. Les effets en sont presque toujours irréversibles d’autant que les méthodes d’endiguement et de lutte sont difficiles à mettre en place. Or, l’expansion des espèces marines envahissantes constitue un enjeu tant écologique qu’économique.


Atelier régional sur les espèces marines envahissantes


Au travers de cet atelier, le projet Biodiversité de la Commission de l’océan Indien entend :
  • présenter un état des lieux régional sur la menace des espèces marines envahissantes ;
  • informer les décideurs,  les institutions nationales et les professionnels de la mer sur les risques écologiques et économiques que représentent les espèces marines envahissantes ;
  • faciliter une réflexion régionale sur les mesures prioritaires de prévention et de gestion à mettre en place.
 
La région élargie de l’Indianocéanie et de l’Afrique australe et orientale est riche d’une biodiversité exceptionnelle se caractérisant par un fort taux d’endémisme. Les ressources de cette biodiversité constituent le socle d’activités économiques telles que la pêche, la mariculture, l’artisanat, l’agriculture et le tourisme. Mais cette biodiversité est menacée  et risque d’être bientôt marginalisée sous la pression d’activités humaines comme la déforestation, l’urbanisation et les pollutions diverses. A cela s’ajoute le choc planétaire du changement climatique, avec ses effets dramatiques sur la nature, les populations littorales et les économies.
C’est dans ce contexte que la Commission de l’océan Indien (COI) conduit un projet Biodiversité (« COI-Biodiversité »), financé à hauteur de 15 millions d’euros par l’Union européenne (UE). Il a pour objectif de « développer et renforcer la gestion durable de ces ressources en vue de promouvoir une conservation durable de la biodiversité dans les pays de la région et une amélioration des conditions d’existence des populations ».
L’atelier rassemblera des scientifiques, des techniciens, des décideurs et acteurs économiques de toute la région Afrique australe, orientale et océan Indien. Il sera l’occasion de mieux informer le public sur cette menace écologique encore peu connue.  
 

Info Run



      Partager Partager

Les commentaires

1.Posté par Pine Okio le 27/07/2015 12:03
Pendant longtemps, un imbécile venu d'ailleurs nous a fait répéter que le bois de goyavier était une peste végétale…
Aujourd'hui, créoles i mange le goyavier, i transforme à li en toutes sortes confitures, gelée, la page… Ék son bois i fait l'artisanat d'art…

En fait, au départ i fait tout pour que nous lé que consommateur de zot pensée…

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 30 Août 2020 - 08:31 Lucie PAULA BAWEDIN